Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Gazprom déclare un cas de force majeure et interrompt les flux de gaz vers l’Allemagne pour une durée indéterminée

Publié par wikistrike.com sur 19 Juillet 2022, 07:29am

Catégories : #Economie, #Politique internationale

Gazprom déclare un cas de force majeure et interrompt les flux de gaz vers l’Allemagne pour une durée indéterminée

Quelques jours avant l’échéance européenne du 22 juillet, date à laquelle la maintenance russe de 10 jours du gazoduc Nord Stream vers l’Allemagne devrait prendre fin – mais qui a été remise en question par Gazprom qui a récemment déclaré ne plus pouvoir garantir son « bon fonctionnement » en raison de turbines cruciales précédemment bloquées au Canada en raison des sanctions – le géant russe de l’énergie a déclaré un cas de force majeure à un client européen majeur.

En d’autres termes, Gazprom a déclaré des circonstances extraordinaires et extrêmes pour se dégager de toutes ses obligations contractuelles envers ce client, et le gaz cessera donc de circuler indéfiniment, comme le rapporte Reuters dans un communiqué publié lundi : « Le monopole russe d’exportation de gaz Gazprom a déclaré la force majeure sur les livraisons de gaz en Europe à au moins un client important à partir du 14 juin, selon la lettre vue par Reuters. » La lettre est datée du 14 juillet. « Elle précise que la mesure de force majeure, une clause invoquée lorsqu’une entreprise est frappée par un événement indépendant de sa volonté, était effective pour les livraisons à partir du 14 juin », écrit Reuters.

La lettre invoquait des circonstances « extraordinaires » indépendantes de la volonté de la société, poursuit Reuters, citant une source indiquant que le client en question est l’Allemagne via le gazoduc Nord Stream 1.

Et Bloomberg confirme également :

  • GAZPROM A ENVOYÉ UN AVIS DE FORCE MAJEURE À AU MOINS TROIS ACHETEURS.
  • L’AVIS DE FORCE MAJEURE DE GAZPROM S’APPLIQUE AUX FLUX À PARTIR DU 14 JUIN
  • UNIPER DIT AVOIR REÇU UNE LETTRE DE GAZPROM EXPORT DANS LAQUELLE LA SOCIÉTÉ REVENDIQUE RÉTROACTIVEMENT LA FORCE MAJEURE POUR LES DÉFICITS PASSÉS ET ACTUELS DE LIVRAISONS DE GAZ.
  • UNIPER : NOUS CONSIDÉRONS QUE CELA EST INJUSTIFIÉ ET NOUS AVONS FORMELLEMENT REJETÉ LA DEMANDE DE FORCE MAJEURE.
Gazprom déclare un cas de force majeure et interrompt les flux de gaz vers l’Allemagne pour une durée indéterminée

Comme nous l’avons expliqué en détail, les autorités allemandes ont pris dernièrement des mesures sans précédent en prévision d’un arrêt durable de l’approvisionnement en gaz russe, en réduisant l’éclairage dans tout le pays.

Et comme l’a montré la flambée des prix du pétrole lundi matin (ci-dessous : contrats à terme sur le brut WTI pour septembre), l’offre de pétrole restera forte tant que la force majeure durera, étant donné que les entreprises de services publics et le secteur manufacturier chercheront probablement à passer du gaz au pétrole…

Gazprom déclare un cas de force majeure et interrompt les flux de gaz vers l’Allemagne pour une durée indéterminée

Dans une analyse datant du début du mois (disponible pour les abonnés pro), les économistes d’UBS ont présenté une vision détaillée de ce qui se passerait, selon eux, si la Russie interrompait ses livraisons de gaz à l’Europe : cela réduirait les bénéfices des entreprises de plus de 15 %. La chute du marché dépasserait 20 % pour le Stoxx 600 et l’euro tomberait à 90 cents. La ruée vers les actifs sûrs conduirait les rendements des bunds allemands de référence à 0 %, écrivent-ils.

« Nous soulignons que ces projections doivent être considérées comme des approximations grossières et en aucun cas comme un scénario catastrophe », a écrit Arend Kapteyn, économiste en chef chez UBS.

« Nous pourrions facilement concevoir des perturbations économiques qui conduisent à des résultats de croissance plus négatifs. »

Certes, les marchés évaluent déjà certains des dommages, à commencer par l’euro qui, au début du mois, a atteint son plus bas niveau depuis deux décennies et a touché la parité avec le dollar, ce qu’il n’avait pas fait depuis 2002.

Pendant ce temps, l’Agence internationale de l’énergie (AIE), dont le siège est à Paris, se concentre toujours, même au milieu de cette « crise d’alerte rouge » pour l’Europe, sur une réponse à l’urgence d’une manière « compatible avec les ambitions climatiques de l’UE »… ceci alors que l’Allemagne et d’autres populations européennes sont sur le point d’entrer clairement dans un hiver extrêmement difficile, pour ne pas dire plus.

Extrait d’un nouveau rapport de l’AIE : Après de nombreux mois de signaux d’alarme, les dernières mesures prises par la Russie pour comprimer les flux de gaz naturel constituent une alerte rouge pour l’UE – dont voici un extrait…

* * *

Le monde connaît la première crise énergétique véritablement mondiale de l’histoire. Et comme l’Agence internationale de l’énergie le signale depuis de nombreux mois, la situation est particulièrement périlleuse en Europe, qui se trouve à l’épicentre de la tourmente du marché de l’énergie. Je suis particulièrement préoccupé par les mois à venir.

La crise du gaz en Europe se développe depuis un certain temps, et le rôle de la Russie dans cette crise est clair depuis le début. En septembre 2021 – cinq mois avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie – l’AIE a signalé que la Russie empêchait une quantité importante de gaz d’atteindre l’Europe. Nous avons encore tiré la sonnette d’alarme en janvier, soulignant comment les réductions importantes et injustifiées de l’approvisionnement de l’Europe par la Russie créaient un « resserrement artificiel des marchés » et faisaient grimper les prix, exactement au moment où les tensions s’intensifiaient au sujet de l’Ukraine.

Gazprom déclare un cas de force majeure et interrompt les flux de gaz vers l’Allemagne pour une durée indéterminée

Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février, personne en Europe ou ailleurs ne pouvait se faire d’illusions sur les risques liés à l’approvisionnement énergétique russe. Une semaine à peine après le début de l’invasion, l’AIE a publié son plan en 10 points visant à réduire la dépendance de l’Union européenne à l’égard du gaz naturel russe, qui présente les mesures concrètes que l’Europe pourrait prendre. Ce plan souligne la nécessité de maximiser les approvisionnements en gaz provenant d’autres sources, d’accélérer le déploiement de l’énergie solaire et éolienne, de tirer le meilleur parti des sources d’énergie à faibles émissions existantes, telles que les énergies renouvelables et le nucléaire, d’accélérer les mesures d’efficacité énergétique dans les foyers et les entreprises et de prendre des mesures pour économiser l’énergie en baissant le thermostat.

Lisez le rapport complet de l’AIE ici

En développement…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents