Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L’immunité naturelle est efficace à 97 % contre les formes sévères du Covid-19 après 14 mois (Étude)

Publié par wikistrike.com sur 13 Juillet 2022, 07:06am

Catégories : #Santé - psychologie

Micrographie électronique à balayage colorisée d’une cellule (en violet) infectée par une souche variante des particules virales du SARS-CoV-2 (en rose), isolée d’un échantillon de patient. (NIAID via The Epoch Times)

Micrographie électronique à balayage colorisée d’une cellule (en violet) infectée par une souche variante des particules virales du SARS-CoV-2 (en rose), isolée d’un échantillon de patient. (NIAID via The Epoch Times)

Selon une nouvelle étude, la protection contre les maladies graves assurée par l’immunité dite naturelle reste supérieure à celle conférée par les vaccins anti COVID-19.

Des chercheurs du Qatar ont découvert que les personnes ayant survécu à l’infection par le COVID-19 et n’ayant pas été vaccinées bénéficiaient d’une protection très élevée contre les formes graves ou mortelles du Covid-19.

« L’efficacité de la primo-infection contre la réinfection sévère, critique ou fatale par le COVID-19 était de 97,3 %, quelle que soit la variante de la primo-infection ou de la réinfection, et sans preuve d’affaiblissement. Des résultats similaires ont été trouvés dans les analyses de sous-groupes pour les personnes âgées de plus de 50 ans », ont déclaré le Dr Laith Abu-Raddad, de Weill Cornell Medicine-Qatar, et ses collègues après avoir étudié l’immunité naturelle à long terme chez les personnes non vaccinées.

Ce pourcentage est plus élevé que la protection conférée par les vaccins anti COVID-19, selon d’autres études et des données du monde réel.

Des chercheurs suédois, par exemple, ont constaté en mai que deux doses d’un vaccin n’étaient efficaces qu’à 54 % contre le variant Omicron du COVID-19.

Des scientifiques sud-africains, quant à eux, ont constaté que l’efficacité des vaccins d’AstraZeneca et de Pfizer atteignait un pic de 88 %, avant de chuter rapidement à 70 % ou moins.

 
 

Le groupe du Qatar a constaté que l’immunité naturelle pendant plus de 14 mois après la première infection d’une personne « reste très forte, sans preuve de déclin, quel que soit le variant ».

L’étude a été publiée avant l’examen par les pairs sur le site Web medRxiv.

Peu de chercheurs ont étudié l’immunité naturelle à long terme chez des personnes non vaccinées, en partie parce que beaucoup de ces personnes ont fini par recevoir un vaccin contre le COVID-19.

Les vaccins, quant à eux, ont perdu de leur efficacité contre les infections et les maladies graves au fil du temps, ce qui a donné lieu à des recommandations de rappels, certains Américains recevant même cinq doses en dix mois.

L’immunité naturelle est peu efficace contre la réinfection

Les vaccins étaient autrefois censés offrir une protection proche de 100 % contre les infections symptomatiques. Aujourd’hui, ils offrent moins de 50 % de protection contre l’infection après une courte période, même après des rappels, suite à l’émergence d’Omicron.

Cette souche et ses sous-variants sont dominants dans plusieurs pays du monde, dont les États-Unis et le Qatar.

On pensait que l’immunité naturelle offrait une forte protection contre la réinfection. Mais les chercheurs qataris ont découvert qu’elle offrait une faible protection contre la réinfection par Omicron.

Selon l’étude, l’infection primaire pré-Omicron contre la réinfection pré-Omicron atteignait 90,5 % et restait autour de 70 % au 16e mois. Mais l’efficacité de l’infection primaire pré-Omicron contre la réinfection Omicron n’était que de 38 %, bien qu’elle soit plus élevée chez les personnes infectées par la souche originale Wuhan ou par le variant Delta, et plus faible chez celles qui ont été infectées par les souches Alpha ou Beta.

La modélisation a indiqué une chute à zéro pour cent de protection à 18 mois, mais la protection semble encore durer plus longtemps que celle des vaccins, ont déclaré les chercheurs.

« L’immunité vaccinale contre les sous-variants Omicron dure moins de six mois, mais l’immunité naturelle pré-Omicron, … peut durer un peu plus d’un an », ont-ils écrit.

Les limites de l’étude comprenaient des différences dans la fréquence des tests parmi les cohortes étudiées, et l’épuisement des groupes qui avaient une infection par le COVID-19, en raison de leur décès.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents