Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La « désinformation » de Wuhan

Publié par wikistrike.com sur 21 Juillet 2022, 15:06pm

Catégories : #Santé - psychologie, #Science - technologie - web - recherche, #Politique internationale

La « désinformation » de Wuhan
  • Il s'agit de revirements surprenants de la part des deux organisations : l’OMS et la Commission Lancet. Elles ont constamment ridiculisé et minimisé la possibilité que le virus provienne et s’échappe d’un laboratoire de Wuhan, en Chine. Maintenant, près de trois ans après que le COVID-19 a commencé à dévaster le monde tel que nous le connaissions, il y a juste ce « Oups ! » collectif ?
  • Pendant deux ans, l’OMS, le Lancet et d’autres ont été les laquais des communistes chinois. Il est temps de les identifier tous et de leur demander des comptes pour leurs graves erreurs. Leurs actions ont probablement coûté la vie à des millions de personnes et ont jusqu’à présent permis à la Chine d’échapper à toute responsabilité.
  • Il semble que, tout en couvrant les communistes chinois depuis le début de la pandémie, Sachs a également décidé de les absoudre de toute responsabilité et de pointer du doigt les États-Unis.
  • Sachs a peut-être raison, mais ce n’est pas lui qui est en mesure de délivrer davantage de messages. Le Congrès américain doit enquêter de manière approfondie sur le rôle du gouvernement américain et sa coopération avec la Chine dans la recherche biotechnologique, y compris la coordination entre les laboratoires américains et les laboratoires du monde entier engagés dans d’autres types de recherche, apparemment encore plus dangereux.
  • Le gouvernement chinois doit être tenu responsable de la fuite du laboratoire de Wuhan, de la dissimulation, de la rétention de fournitures médicales vitales, des dommages causés à l’économie mondiale et, surtout, de la mort de plus de 6,3 millions de personnes dans le monde.

« Mes sources », lit-on dans l’e-mail reçu le 24 janvier 2020, « ont reçu des informations fiables selon lesquelles la situation liée à l’infection par le virus corona est très grave et ce sont des centaines de personnes qui tombent dans les rues comme des mouches à la fois à Wuhan et dans les 12 autres provinces. »

Le message poursuit :

« Les informations données par le gouvernement chinois ne représentent pas l’énorme risque lié au nouveau corona virus.

« Mes sources confirment que le nouveau corona virus s’est échappé du laboratoire national de biosécurité de Wuhan, qui est un laboratoire P4, par l’intermédiaire d’un technicien de laboratoire qui est entré en contact avec ce nouveau corona virus.

Mes sources indiquent que les autorités chinoises couvrent cet « incident » qui s’est produit à l’intérieur du laboratoire. Il est donc extrêmement urgent de comprendre et de faire face à la situation comme une menace mortelle pour la sécurité nationale américaine et le reste du monde. »

Le message provenait d’une source de renseignement européenne fiable avec laquelle j’avais travaillé après avoir quitté le Congrès et qui avait partagé des informations sur de multiples sujets. Comme toutes les sources de renseignement, ses informations devaient toujours être vérifiées et confirmées et, comme cela arrive dans le monde du renseignement, les résultats varient parfois.

Au cours des deux années suivantes, il a envoyé des centaines d’e-mails supplémentaires sur la pandémie de COVID. Certaines de ces informations étaient clairement en dehors du courant dominant. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les principaux professionnels de la santé ont clairement indiqué que la seule explication acceptée pour la source de la pandémie était la transmission naturelle à partir d’un marché humide ou d’une chauve-souris perdue.

La possibilité que le virus ait pu être manipulé scientifiquement et libéré – ou avoir fuité – d’un laboratoire n’a guère été prise en considération – en fait, elle n’a été que rejetée et tournée en dérision.

Tout cela a officiellement changé lors d’une série d’événements stupéfiants survenus ces derniers jours. On a d’abord appris que le directeur de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, pense que le COVID s’est très probablement échappé du laboratoire de Wuhan. L’OMS a révisé sa position antérieure, à savoir qu’une explication naturelle était la plus probable, pour dire maintenant que toutes les options concernant les origines du COVID devraient être sur la table.

En outre, Jeffrey Sachs, qui dirigeait la commission sur le COVID 19 du Lanceta déclaré qu’il était désormais convaincu que la pandémie avait débuté en laboratoire. Il s’agit de revirements surprenants de la part des deux organisations : l’OMS et la Commission Lancet. Elles ont constamment ridiculisé et minimisé la possibilité que le virus soit né et se soit échappé d’un laboratoire à Wuhan, en Chine. Maintenant, près de trois ans après que le COVID a commencé à dévaster le monde tel que nous le connaissions, il y a juste ce « Oups ! » collectif ?

Ces deux organisations ont été dès le départ à l’avant-garde de la promotion – en insistant sur – l’origine naturelle du virus. Comme ma source l’a indiqué dans sa correspondance, certains soupçonnaient fin 2019 et début 2020 que le virus s’était échappé du laboratoire de Wuhan, qu’il était bien plus dangereux que ce que les Chinois disaient au reste du monde, et que ces derniers essayaient fermement de le dissimuler.

Les points clés énoncés par ma source le 24 janvier 2020 se sont avérés totalement exacts. Avec les récents aveux de Tedros et Sachs et des organisations qu’ils représentent, la théorie d’origine dominante repose désormais sur le laboratoire de Wuhan. Le virus s’est avéré plus mortel que les Chinois ne l’ont jamais laissé entendre, et à ce jour, le gouvernement du Parti communiste chinois n’a pas coopéré avec les organisations internationales pour contenir le virus ou déterminer ses origines exactes.

La Chine a au contraire fait exactement le contraire. Dans un premier temps, elle a nettoyé le marché humide de Wuhan, a refusé de laisser entrer des enquêteurs extérieurs, a refusé de partager des informations avec la communauté internationale et, au fur et à mesure que le virus se développait, a permis aux gens de fuir Wuhan sur des vols vers le monde extérieur alors que la ville elle-même était verrouillée.

Pendant deux ans, l’OMS, le Lancet et d’autres organismes ont été les laquais des communistes chinois. Il est temps de les identifier tous et de leur demander des comptes pour leurs graves erreurs. Leurs actions ont probablement coûté la vie à des millions de personnes et ont jusqu’à présent permis à la Chine d’échapper à toute responsabilité.

On pourrait penser que l’OMS et le Lancet seraient réservés dans leurs déclarations et observations sur le COVID, mais ce n’est pas ce qui se passe. Sachs, dont la crédibilité est maintenant en lambeaux, a fait une nouvelle déclaration : le COVID a été créé avec l’aide de la biotechnologie américaine.

Il semble que Sachs, tout en couvrant les communistes chinois depuis le début de la pandémie, ait décidé de les décharger de toute responsabilité et de pointer du doigt les États-Unis.

Sachs a peut-être raison, mais il n’est pas en mesure de délivrer d’autres messages. Le Congrès américain doit enquêter de manière approfondie sur le rôle du gouvernement américain et sa coopération avec la Chine dans la recherche biotechnologique, y compris la coordination entre les laboratoires américains et les laboratoires du monde entier engagés dans d’autres types de recherche, qui seraient encore plus dangereux.

Si, comme cela semble possible, des fonds et des informations provenant de la recherche américaine ont pu se retrouver dans des endroits où ils n’auraient jamais dû se trouver, il est temps que le peuple américain exige une action. Plus d’un million d’Américains sont morts, et pourtant le Congrès n’a rien fait, ou presque, pour déterminer les origines du virus ou en rendre compte.

Alors que le Congrès doit examiner quel rôle, le cas échéant, le gouvernement américain a joué dans la recherche qui a conduit au virus mortel, le rôle de l’Amérique est certainement mineur par rapport à celui du gouvernement du Parti communiste chinois. Le gouvernement chinois doit être tenu responsable de la fuite du laboratoire de Wuhan, de la dissimulation, de l’accaparement de fournitures médicales vitales, des dommages causés à l’économie mondiale et, surtout, de la mort de plus de 6,3 millions de personnes dans le monde.

 

JADE ADigitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents