Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le vaccin de Moderna multiplie par 44 le risque de myocardite chez les jeunes adultes

Publié par wikistrike.com sur 2 Juillet 2022, 09:27am

Catégories : #Santé - psychologie

Le vaccin de Moderna multiplie par 44 le risque de myocardite chez les jeunes adultes

Le risque était 13 fois plus élevé avec le vaccin de Pfizer.

Une étude française évaluée par des pairs a conclu que pour les vaccins de Pfizer et de Moderna, le risque de myocardite monte en flèche une semaine après la vaccination.

 

Le risque de myocardite après une vaccination à ARNm était 8 fois et 30 fois plus élevé que dans les groupes témoins non vaccinés pour le BNT162b2 (Pfizer-BioNTech) et l’ARNm-1273 (Moderna), respectivement.

L’association la plus importante pour la myocardite après le vaccin de Moderna était un risque 44 fois plus élevé pour les personnes âgées de 18 à 24 ans.

Quant au vaccin Pfizer, par rapport au même groupe d’âge, le risque était 13 fois plus élevé.

L’infection par le virus du Parti communiste chinois entraînait, en comparaison, un risque 9 fois plus élevé de la même affection.

La myocardite désigne l’inflammation du muscle cardiaque, une maladie potentiellement mortelle. Il existe de nombreuses causes établies pour cette affection cardiaque. La principale cause – selon les découvertes les plus récentes de la science moderne – est les virus ; mais pendant la pandémie, les vaccins à ARNm anti COVID ont gagné une place comme principal suspect pour la myocardite.

L’objectif de la nouvelle étude était de fournir une évaluation de l’association avec les vaccins à travers le sexe et les groupes d’âge.

« L’infection par le SRAS-CoV2 et les vaccins à ARNm anti COVID ont été associés à la myocardite. Connaissant l’affinité de la protéine spike pour les récepteurs ACE2 du cœur et les lésions de la protéine spike sur les cardiomyocytes (cellules du cœur), l’association de la myocardite avec le virus SRAS-CoV2 ou la vaccination ARNm à base de protéine spike n’était pas totalement inattendue », a déclaré le Dr Sanjay Verma, cardiologue, à The Epoch Times par courriel.

Verma pense également que l’analyse des CDC « suggère à tort » que le risque de myocardite après une infection par le SRAS-CoV2 est plus élevé qu’après une vaccination à ARNm COVID-19.

Pour les cas de myocardite après une infection par le SRAS-CoV2, les CDC utilisent des « cas » officiellement confirmés par PCR+, même si leurs propres données de séroprévalence démontrent que le nombre de personnes infectées est bien supérieur à celui des « cas » officiellement confirmés par PCR+. Par exemple, les données de séroprévalence au 21 février 2022 révèlent que 75 % (environ 54 millions) de tous les enfants ont été infectés, contre 12 millions de « cas » PCR+ officiellement confirmés (c’est-à-dire que le nombre réel d’enfants infectés est 4,5 fois supérieur aux « cas » PCR+). Par conséquent, si l’on calcule le risque de myocardite après une infection par le SRAS-CoV2, le taux noté par le CDC devrait donc être réduit de 4,5 fois. Jusqu’à présent, les CDC n’ont pas ajusté leurs données de morbidité et de mortalité du COVID-19 en conséquence », a déclaré le cardiologue, qui exerce dans la vallée de Coachella, en Californie.

L’étude a analysé 1 612 cas de myocardite et 1 613 cas de péricardite en France du 12 mai 2021 au 31 octobre 2021, concernant 32 millions de personnes âgées de 12 à 50 ans qui ont reçu 46 millions de doses de vaccins ARNm.

Elle est limitée en utilisant uniquement les diagnostics de sortie d’hôpital. Par conséquent, elle n’inclut pas les personnes qui ont pu décéder avant d’être hospitalisées ou celles dont les symptômes n’étaient pas assez graves pour être hospitalisées.

« Il existe des rapports (pdf) de myocardite prouvée par autopsie après une vaccination et des preuves anecdotiques de patients renvoyés par les urgences et qui n’ont jamais été hospitalisés. L’ajustement pour ces sous-ensembles exclus peut donner un risque encore plus élevé que celui rapporté dans cette étude. Le suivi des patients de cette étude a été limité à un mois après la sortie de l’hôpital. Cependant, une précédente étude d’IRM cardiaque a révélé qu’environ 75 % des patients atteints de myocardite associée à un vaccin peuvent présenter des anomalies IRM persistantes 3 à 8 mois après le diagnostic initial« , a déclaré Verma.

Les auteurs de l’étude n’ont pas analysé l’effet de la vaccination de rappel car elle n’est pas encore recommandée pour les jeunes adultes en France.

Aux États-Unis, cependant, les doses de rappel sont obligatoires pour les facultés et les universités, les employeurs et même certains départements de santé publique des États, indépendamment de l’âge ou d’une infection antérieure.

« Dans une préimpression faisant suite à leur étude sur la myocardite après la vaccination, revue par des pairs, l’analyse a révélé un risque supplémentaire continu de myocardite après la vaccination de rappel. En fait, alors que de nombreux pays se sont abstenus de recommander la vaccination COVID chez les très jeunes enfants parce que les risques ne justifient pas les avantages, les États-Unis sont les seuls à la recommander chez les enfants les plus jeunes », a déclaré Mme Verma.

Un article de recherche publié le 18 mai a étudié les mesures de contrôle de la pandémie – qui comprenaient des obligations en matière de vaccins et de masques, ainsi que l’isolement et la recherche des contacts – à l’université Cornell, qui était presque entièrement vaccinée, et a constaté que ces politiques n’étaient pas adaptées au variant Omicron et à sa propagation rapide.

Syndrome de la mort subite de l’adulte

Récemment, un nouveau terme a été mis en avant dans les médias : le « syndrome de mort subite de l’adulte », ou SMSA.

Les facteurs sous-jacents du SMSA comprennent la myocardite non diagnostiquée, des conditions inflammatoires et d’autres conditions qui provoquent des irrégularités dans le système électrique du cœur, déclenchant ainsi un arrêt cardiaque.

Les données compilées par le Comité international olympique font état de 1 101 morts subites chez des athlètes de moins de 35 ans entre 1966 et 2004, soit un taux annuel moyen de 29, tous sports confondus. Entre mars 2021 et mars 2022 – une seule année – au moins 769 athlètes ont subi un arrêt cardiaque, se sont effondrés ou sont morts sur le terrain, dans le monde entier.

Parmi les athlètes de la FIFA (football/football), les décès soudains ont augmenté de 420 % en 2021. Historiquement, environ cinq joueurs de football sont décédés chaque année en pratiquant ce sport. Entre janvier et mi-novembre 2021, 21 joueurs de la FIFA ont été victimes d’une mort subite.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents