Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L’avantage de l’Afrique : Les vraies raisons pour lesquelles les « pays sous-développés » ne sont pas touchés par le COVID

Publié par wikistrike.com sur 3 Août 2022, 09:08am

Catégories : #Santé - psychologie

L’avantage de l’Afrique : Les vraies raisons pour lesquelles les « pays sous-développés » ne sont pas touchés par le COVID

Selon le tableau de bord du COVID-19 de l’Organisation mondiale de la santé, il y a eu environ 9 millions de cas confirmés et 173 900 décès dus au COVID en Afrique en juillet 2022.

 
L’avantage de l’Afrique : Les vraies raisons pour lesquelles les « pays sous-développés » ne sont pas touchés par le COVID

Ces chiffres contrastent fortement avec les taux d’infection et de mortalité du reste du monde. Depuis le début de la pandémie jusqu’à aujourd’hui, l’Europe a signalé plus de 239 millions de cas confirmés et plus de 2 millions de décès.

« Nous considérons cela comme un simple rhume », a déclaré Illiasou Ibrahim, 53 ans, qui travaille avec des groupes internationaux à but non lucratif à Niamey, la capitale du Niger.

Le Niger est un pays enclavé où le paludisme et la méningite sont tous deux endémiques et où l’espérance de vie moyenne n’est que de 63 ans.

Pourtant, Ibrahim a déclaré à The Epoch Times qu’il ne connaissait pas une seule personne décédée du COVID.

Donc, soit les Africains ne contractent pas le COVID aussi souvent que les Européens, soit, lorsqu’ils le contractent, ils ne sont pas assez malades pour le signaler. Quoi qu’il en soit, l’Afrique s’en sort beaucoup mieux avec le COVID que l’Europe ou les États-Unis.

Ce n’est pas ce à quoi on pourrait s’attendre. La malnutrition, la pauvreté, le manque d’accès à l’eau potable rendent difficile une vie saine dans de nombreux endroits d’Afrique subsaharienne.

Nos responsables de la santé publique ne cessent de nous répéter que les pays à haut revenu sont plus avancés sur le plan médical et mieux à même de lutter contre les pandémies.

Alors comment est-il possible que des pays sous-développés comme le Niger soient largement épargnés par le COVID par rapport aux pays développés d’Amérique et d’Europe ?

L’aide des helminthes

Dans un article publié en 2021 dans la revue Evolution, Medicine, and Public Health, une équipe de scientifiques du Duke University Medical Center a prédit que les pays africains et les autres pays en développement auraient moins de décès et de meilleurs résultats que les pays économiquement plus développés.

Ils ont expliqué que l’assainissement moderne peut entraîner un manque de biodiversité dans le corps humain et que cette diversité aide le système immunitaire à ne pas réagir de manière excessive aux infections virales ou bactériennes.

Selon ces chercheurs, l’absence de vers intestinaux, également connus sous le nom d’helminthes, chez les habitants des pays à revenu élevé compromet leur santé, les rendant plus vulnérables aux infections graves du COVID.

Si une bonne hygiène est importante pour arrêter la propagation des maladies infectieuses, tous les effets de l’hygiène ne sont pas bénéfiques. En fait, une hygiène excessive peut rendre les gens plus sensibles à certaines maladies auto-immunes, selon l’hypothèse de l’hygiène qui a été proposée pour la première fois dans le British Medical Journal par un épidémiologiste britannique, le Dr David Strachan, à la fin des années 1980.

Bien que le point de vue conventionnel soit que les vers commensaux comme les helminthes sont des parasites pathogènes sans aucun avantage, des preuves émergentes suggèrent que les vers intestinaux sont essentiels au développement de notre fonction immunitaire et de notre santé globale.

Comme l’a souligné le Dr William Parker, immunologiste et expert en vers symbiotiques, dans un article de 2016, ils peuvent « sembler grossiers », mais les helminthes sont responsables de la stimulation de l’organisme à produire des molécules anti-inflammatoires et de la stimulation de la construction d’une immunité saine.

M. Parker est l’un des coauteurs de l’article de 2021 dans lequel les chercheurs expliquent en détail comment la perte d’helminthes dans l’organisme en raison d’un excès d’hygiène peut entraîner une susceptibilité aux maladies inflammatoires chroniques telles que les troubles auto-immuns et les allergies.

Cela pourrait expliquer pourquoi les taux de morbidité et de mortalité liés au COVID-19 sont plus élevés dans les pays développés où les maladies auto-immunes et la « déplétion du biome » sont courantes.

L’épuisement du biome fait référence à un manque de diversité des organismes présents chez l’homme, qui comprennent nos propres cellules humaines, ainsi que des bactéries, des champignons, des parasites animaux et des protistes.

Ces scientifiques émettent l’hypothèse que la principale raison pour laquelle le COVID-19 n’a pas touché les pays africains est qu’une majorité de la population d’un pays comme le Niger cohabite avec des helminthes et que ces helminthes empêchent les effets néfastes majeurs du virus.

Des résultats améliorés grâce à l’ivermectine

Une autre raison pour laquelle l’Afrique s’en sort tellement mieux que l’Europe et l’Amérique pourrait être l’utilisation généralisée de l’ivermectine, selon une équipe de chercheurs en Colombie.

L’ivermectine est utilisée à titre prophylactique pour traiter la cécité des rivières (onchocercose).

Une étude publiée en 2021 dans l’American Journal of Therapeutics a examiné l’efficacité de l’ivermectine pour la prévention et le traitement de l’infection par le COVID-19. Ces chercheurs ont constaté que « l’utilisation de l’ivermectine au début de l’évolution clinique peut réduire le nombre de personnes qui progressent vers une maladie grave. »

Bien que l’ivermectine reste controversée, des cliniciens du monde entier ont rapporté d’excellents résultats en utilisant l’ivermectine dans le cadre d’un protocole de traitement précoce.

Des mesures qui ont aggravé la situation

Les traitements agressifs qui ont été employés dans les pays occidentaux pour contenir le COVID-19 pourraient, ironiquement, avoir en fait aggravé la situation.

Illiasou Ibrahim a déclaré à The Epoch Times qu’il n’a porté un masque que quelques fois au cours des deux dernières années, mais uniquement pour éviter la poussière et les mauvaises odeurs, et que personne au Niger ne s’est jamais éloigné socialement les uns des autres.

« Nous avons toujours gardé les mêmes habitudes de contact », a expliqué Ibrahim.

Selon des données scientifiques récentes, le slogan « les masques sauvent des vies » est faux.

Dans presque tous les cas, lorsque les taux d’infection par le COVID dans la région de la baie de Californie sont comparés dans les comtés qui exigent le port du masque forcé et ceux qui ne le font pas, les taux sont soit plus élevés là où le masquage est forcé, soit similaires.

Une étude publiée en 2022 dans la revue Medicine a comparé les taux de décès dus au COVID entre les comtés du Kansas qui avaient des obligations de port de masque et ceux qui n’en avaient pas.

Dans les comtés où le port du masque était obligatoire, le nombre de décès dus au COVID-19 était supérieur de 50 % à celui des comtés sans masque.

Comme l’explique Zacharias Fögen, un médecin basé en Allemagne, dans cette étude, les personnes portant un masque conservaient inconsciemment les gouttelettes du virus dans leur masque et les réinhalaient dans leurs poumons.

Ainsi, selon le Dr Fögen, le port d’un masque augmente en réalité la charge virale, en amenant les personnes à réinspirer des particules que les voies respiratoires ont déjà volontairement éliminées.

En 2020, un vaste essai contrôlé randomisé mené au Danemark, publié dans les Annals of Internal Medicine, n’a révélé aucun effet protecteur statistiquement significatif pour les personnes portant un masque par rapport à celles qui n’en portaient pas.

D’autres travaux scientifiques ont montré que « la rétention d’humidité, la réutilisation des masques en tissu et une mauvaise filtration peuvent entraîner un risque accru d’infection. »

Comme l’a récemment rapporté The Epoch Times, les neurologues ont constaté que le port du masque peut également compromettre la santé du cerveau.

La distanciation sociale nuit à nos systèmes

La distanciation sociale était une autre mesure courante mise en place pour ralentir la propagation du COVID-19 en Europe et en Amérique, mais elle était pratiquement inconnue dans de nombreux pays africains.

Le Dr Byram Bridle, immunologiste de l’Université de Guelph au Canada, a déclaré à un journaliste du Guardian que l’isolement social des enfants limite leur exposition au monde naturel, qui regorge de microbes qui aident le système immunitaire à se renforcer.

 

Les personnes contraintes de s’isoler socialement manquent de microbes et risquent davantage de souffrir d’une série de maladies inflammatoires lorsqu’elles sortent de l’isolement.

C’est ce qu’a constaté le Dr Thomas Murray, professeur de pédiatrie à Yale et spécialiste des maladies infectieuses. Comme l’indique un récent article du New York Post, Murray et d’autres chercheurs constatent une augmentation étonnamment élevée des virus respiratoires à la suite des confinements et des fermetures d’écoles de 2020 et 2021.

La distanciation sociale, semble-t-il, a conduit les enfants à subir des infections virales et bactériennes plus graves.

L’isolement social n’a pas permis d’arrêter la propagation du COVID-19 en Europe ou aux États-Unis. Mais forcer les humains – enfants et adultes – à s’isoler a eu des effets négatifs sur notre bien-être physique et émotionnel.

Le virus contre les vaccins

Alors que les faibles taux de vaccination dans les pays sous-développés ont été présentés comme un problème d’inégalité mondiale, nous disposons désormais de données qui suggèrent que le fait de ne pas vacciner pourrait en fait avoir un effet protecteur et entraîner moins de décès dus au COVID.

Comme l’explique le Dr Joseph Mer.cola, auteur de « The Truth About COVID-19 » et praticien de la santé qui a examiné de près les données relatives aux pandémies, les taux de vaccination en Afrique subsaharienne sont inférieurs à 6 %. Bien qu’elle représente plus de 17 % de la population mondiale, l’Afrique ne contribue que pour 3 % au nombre total de décès dus au COVID-19.

Les effets négatifs involontaires des taux de vaccination élevés dans les pays développés comme les États-Unis sont effrayants. Au 15 juillet 2022, 1 350 947 événements indésirables ont été signalés aux CDC et à la FDA par le biais du VAERS (Vaccine Adverse Events Reporting System).

Parmi ces rapports figurent 29 635 décès consécutifs aux vaccins COVID.

Il peut y avoir d’autres explications aux meilleurs résultats de l’Afrique, notamment des niveaux optimaux de vitamine D grâce au soleil et une population plus jeune. Mais il est fort probable que la diversité du biome africain, qui regorge d’helminthes et de microbes bénéfiques, l’absence de masquage et de distanciation sociale, l’accès à l’ivermectine et les faibles taux de vaccination du continent ont donné un avantage à l’Afrique contre le COVID-19.

Il semble bien que l’Amérique ait beaucoup à apprendre de l’Afrique en termes de gestion des pandémies.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents