Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La myocardite post-vaccinale n’est pas « bénigne », avertissent les médecins

Publié par wikistrike.com sur 27 Août 2022, 11:46am

Catégories : #Santé - psychologie

La myocardite post-vaccinale n’est pas « bénigne », avertissent les médecins

par Kathy Gyngell.

Le Dr Jonathan Engler et le Dr Clare Craig, coprésidents de HART (Health Advisory & Recovery Team), http://www.hartgroup.org, ainsi que quelque 70 médecins et scientifiques de HART, ont écrit au Dr Jenny Harries, directrice générale de l’UKHSA, pour l’exhorter à prendre les preuves cumulatives et inquiétantes de la myocardite post-vaccinale avec le sérieux qu’elles méritent. Nous publions ci-dessous la lettre, qui explique en détail comment les autorités médicales britanniques ont dangereusement minimisé les effets indésirables de la myocardite, donne des preuves actualisées de sa gravité et de ses effets cumulatifs, et décrit les actions que le gouvernement doit immédiatement entreprendre.

***

Dre Jenny Harries.

Directrice générale, UKHSA

Copies : Dr Andrew Goddard : RCP, Dame Clare Gerada : RCGP, Professeur Kevin Fenton : FPH,

Dr Jim McManus : ADPH, Dr Camilla Kingdon : RCPCH, Dr Tim Cooksley : Society for Acute Medicine, Dr John Greenwood : British Cardiovascular Soc, Dame Helen Stokes-Lampard : AoMRC

Chère Dre Harries,

Objet : Myocardite associée au vaccin Covid-19 – un risque cumulatif

Nous, soussignés, vous écrivons pour vous faire part de notre profonde inquiétude quant aux recommandations concernant la poursuite de la vaccination par ARNm après tout épisode de myocardite, telles qu’elles sont détaillées dans le guide de l’UKHSA destiné aux professionnels de santé.

La gravité de la myocardite a été minimisée :

La majorité des patients atteints de myocardite associée à un vaccin présentent des douleurs thoraciques. Cela peut être mal interprété, par le patient ou le médecin, comme une douleur musculo-squelettique, qui est un effet secondaire non grave reconnu de ces produits, et une pathologie cardiaque pourrait être manquée. Tout patient présentant une douleur thoracique doit être immédiatement examiné à l’hôpital car il peut mettre sa vie en danger.

Pendant la « pandémie de Covid », toute personne admise à l’hôpital avec un résultat de test positif était considérée comme ayant une Covid-19 sévère. Dans le cas de la myocardite, tout patient présentant des symptômes cardiaques doit faire l’objet d’une évaluation à l’hôpital, y compris des ECG, des taux de troponine sanguine et des échocardiogrammes. Cette maladie ne correspond donc pas à la définition d’une maladie bénigne. Une revue récente du BMJ cite « La plupart des personnes ont été admises à l’hôpital (≥84%) pour une courte durée (deux à quatre jours). La revue cite également « des anomalies persistantes à l’échocardiogramme, ainsi que des symptômes continus ou un besoin de traitements médicamenteux ou de restriction d’activités chez plus de 50% des patients ». Lorsque des IRM cardiaques ont été réalisées, 89% des patients ont présenté un rehaussement tardif au gadolinium (LGE), connu pour être un facteur prédictif de mauvais pronostic. L’inflammation du cœur peut entraîner une fibrose et d’autres complications telles que des arythmies et la mort. Si elle n’est pas diagnostiquée et donc non traitée, il existe également un risque réel de dysfonctionnement silencieux du ventricule gauche. La myocardite doit être considérée comme loin d’être une maladie bénigne.

Le pronostic à long terme de la myocardite post-vaccinale est également incertain, mais les premières études de suivi chez les enfants ont montré que deux tiers d’entre eux présentaient des changements persistants sur les scanners IRM cardiaques 3 à 8 mois plus tard, malgré une amélioration clinique. Un rapport détaillé du comité consultatif de la FDA américaine datant de la fin de l’année 2021 a montré que 40% des adolescents affectés étaient toujours symptomatiques après 3 mois de suivi et que 50% d’entre eux restreignaient toujours leur activité physique. La myocardite virale peut avoir de graves conséquences tardives, avec une mortalité à six ans d’environ 20%. En l’absence d’un suivi à long terme approprié, il est imprudent de supposer que la myocardite associée au vaccin a une issue moins grave.

Il est donc inquiétant que les directives de l’UKHSA contiennent des conseils tels que :

– Nous considérons qu’une évaluation en face à face est essentielle et nous pensons que l’expression « lorsque cela est approprié » est mal placée. Si les patients présentent des symptômes légers, ils n’ont pas besoin d’être orientés vers les soins secondaires à ce stade « Encore une fois, tout patient souffrant de douleurs thoraciques ou de palpitations devrait subir un ECG urgent et recevoir du sang pour les troponines cardiaques. Le terme de myocardite légère fait référence à des symptômes qui se résorbent et ne peut donc être considéré que comme un diagnostic rétrospectif. »

– Il est impossible d’étayer l’affirmation selon laquelle « la majorité des cas semblent être légers et se résorber d’eux-mêmes », tout en reconnaissant qu’« aucune donnée de suivi à long terme n’est encore disponible pour les patients hospitalisés ».

L’incidence de la myocardite a été sous-estimée : Le risque de myocardite associé au vaccin varie considérablement, l’âge jeune et le sexe masculin étant les deux principaux facteurs de risque, et la grande majorité des études ont montré un risque plus élevé après une deuxième dose. À Hong Kong, où des informations spécifiques sur la myocardite sont données à tous les vaccinés, un garçon adolescent sur 2 680 a développé une myocardite après sa deuxième dose de Pfizer. On estime qu’un changement de politique en faveur d’une dose unique pour ce groupe d’âge a permis d’éviter plusieurs cas. Chez les garçons âgés de 12 à 17 ans, la myocardite post-vaccinale dépasse les taux d’hospitalisation pour le Covid-19 lui-même. Il est également inquiétant qu’il n’y ait pas eu de tentative sérieuse d’étude prospective de l’incidence de la myocardite. Une étude de l’armée américaine a révélé que la myocardite après la vaccination antivariolique était 200 fois plus élevée que les taux de base lorsqu’on utilisait des fiches d’agenda, alors qu’elle était 7,5 fois plus élevée lorsqu’on utilisait l’autodéclaration de routine. Les tests sanguins effectués après la vaccination ont permis d’identifier des cas asymptomatiques dont le taux était encore 6 fois plus élevé. Une petite étude prospective menée en Thaïlande auprès d’élèves du secondaire, à l’aide de cartes d’agenda et de troponines sanguines au troisième et au septième jour, a révélé que 29% d’entre eux présentaient un symptôme cardiaque potentiel et 18% des ECG anormaux. Il ne s’agit que d’une préimpression, mais elle doit être reproduite.

Risque cumulatif :

Dans la plupart des séries, la myocardite est survenue après la deuxième dose. Pourtant, les directives du gouvernement suggèrent que les patients qui ont souffert d’une myocardite après une première vaccination peuvent tout de même subir d’autres vaccinations :

S’il n’y a pas de preuve d’une myocardite en cours, on peut leur proposer une vaccination avec le vaccin Pfizer (Cominarty) à partir de 12 semaines après leur dernière dose si d’autres doses sont nécessaires. S’il y a des preuves d’effets continus de myocardite aiguë ou subaiguë, une évaluation individuelle des risques et des avantages doit être entreprise ».

Aucun des essais vaccinaux n’a inclus des patients ayant des antécédents de myocardite et nous n’avons connaissance d’aucune donnée permettant d’étayer ce conseil. L’administration d’un vaccin Covid-19 à une personne ayant des antécédents de myocardite, quelle qu’en soit la cause, nécessiterait une évaluation approfondie et une discussion individuelle des avantages et des risques. Tout épisode de myocardite post-vaccinale doit être considéré comme une contre-indication absolue à l’administration de toute autre dose, car le risque de cette affection cardiaque grave est connu pour augmenter après la deuxième dose. L’UKHSA a reconnu l’absence totale de suivi à long terme après une myocardite associée à un vaccin. La poursuite de la politique décrite ci-dessus est donc imprudente.

Actions requises :

– Nous vous demandons de mettre à jour de toute urgence les conseils afin de garantir que tous les patients présentant des symptômes pertinents soient vus en personne et reçoivent au minimum un ECG et des troponines cardiaques, puis un échocardiogramme et une IRM cardiaque si les examens initiaux confirment le diagnostic de myocardite.

– Nous vous demandons également de reconnaître que la myocardite est une affection cardiaque potentiellement grave et de ne pas la qualifier de maladie bénigne. Ce terme est trompeur car nous ne disposons pas de données de sécurité à long terme pour justifier l’utilisation du terme « bénin ». La myocardite s’est sans aucun doute avérée fatale pour certains.

– Le guide devrait également être corrigé pour indiquer qu’un diagnostic de myocardite associée à un vaccin devrait constituer une contre-indication absolue à l’administration de nouvelles doses.

– Ces changements devraient être notifiés à tous les médecins généralistes, centres de vaccination et services de médecine d’urgence.

Nous attendons une réponse rapide.

Cette lettre sera publiée ouvertement, et nous espérons qu’elle sera largement partagée, ainsi que toute réponse.

Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos salutations distinguées.

***

Dr Jonathan Engler, MBChB, LlB (Hons), DipPharmMed et Dr Clare Craig, BMBCh, FRCPath

Co-présidents de HART (Health Advisory & Recovery Team, http://www.hartgroup.org)

Signataires de HART :

Dr Mark A Bell, MBChB, MRCP (UK), FRCEM, consultant en médecine d’urgence.

Dr Michael D Bell, MBChB, MRCGP, médecin généraliste à la retraite

Dr Alan Black, MBBS, MSc, DipPharmMed, médecin en pharmacie à la retraite

Dr Emma Brierly, MBBS, MRCGP, médecin généraliste

Dr Elizabeth Burton, MB ChB, médecin généraliste à la retraite

Dr David Cartland, MBChB, BMedSci, médecin généraliste

Dr Peter Chan, BM, MRCS, MRCGP, NLP, médecin généraliste, médecine fonctionnelle

Michael Cockayne, MSc, PGDip, SCPHNOH, BA, RN, Praticien de la santé au travail

James Cook, infirmier diplômé du NHS, titulaire d’une licence en soins infirmiers (avec mention) et d’une maîtrise en santé publique

Dr David Critchley, BSc (Hons), PhD, pharmacologue clinique

Dr Elizabeth Evans, MA (Cantab), MBBS, DRCOG, médecin à la retraite, directrice de l’UKMFA.

Dr Ali Haggett, travail communautaire dans le domaine de la santé mentale, 3e secteur, ancien maître de conférences en histoire de la médecine.

M. Anthony Hinton, MBChB, FRCS, Consultant en chirurgie ORL, Londres

Dr Keith Johnson, BA, DPhil (Oxon), consultant IP pour les tests de diagnostic

Dr Rosamond Jones, MBBS, MD, FRCPCH, pédiatre consultant à la retraite, responsable du CCVAC

Dr Tanya Klymenko, PhD, FHEA, FIBMS, maître de conférence en sciences biomédicales

Dr Branko Latinkic, BSc, PhD, Biologiste moléculaire

Dr John Flack, BPharm, PhD, Directeur retraité de l’évaluation de la sécurité chez Beecham Pharmaceuticals, Vice-président senior retraité pour la découverte de médicaments SmithKline Beecham.

Dr Ayiesha Malik, MBChB, médecin généraliste

M. Ian McDermott, MBBS, MS, FRCS(Tr&Orth), FFSEM(UK), consultant en chirurgie orthopédique

Dr Franziska Meuschel, MD, ND, PhD, LFHom, BSEM, médecine nutritionnelle, environnementale et intégrée

Dr Alan Mordue, MBChB, FFPH. Consultant retraité en médecine de santé publique et épidémiologie.

Dr Rachel Nicholl, PhD, chercheuse médicale

Révérend Dr William J U Philip MB ChB, MRCP, BD, ministre principal de la Tron Church, Glasgow, ancien médecin spécialisé en cardiologie.

Dr Jon Rogers, MB ChB (Bristol), médecin généraliste à la retraite

M. James Royle, MBChB, FRCS, MMedEd, chirurgien colorectal

Dr Roland Salmon, MB BS, MRCGP, FFPH, ancien directeur du Centre de surveillance des maladies transmissibles du Pays de Galles

Natalie Stephenson, BSc (Hons) Audiologiste pédiatrique

Dr Zenobia Storah,MA (Oxon), Dip Psych, DClinPsy, Psychologue clinique senior (enfant et adolescent)

Dr Helen Westwood MBChB MRCGP DCH DRCOG, médecin généraliste

M. Lasantha Wijesinghe, FRCS, consultant en chirurgie vasculaire.

Autres signataires

Julie Annakin, RN, infirmière spécialisée en immunisation

Dr Michael Bazlinton, MBCHB, MRCGP, DCH, médecin généraliste

Dr David Bell, MBBS, PhD, FRCP (UK), médecin de santé publique

Dr Michael D Bell, MBChB, MRCGP, médecin généraliste à la retraite

Dr Alan Black, MBBS, MSc, DipPharmMed, médecin en pharmacie à la retraite

Dr Emma Brierly, MBBS, MRCGP, médecin généraliste

M. John Bunni, MBChB (Hons), Dip Lap Surg, FRCS [Médaille ASGBI] – Consultant en chirurgie colorectale et générale.

Professeur Angus Dalgleish, MD, FRCP, FRACP, FRCPath, FMed Sci, Directeur, Institute for Cancer Vaccines & Immunotherapy (ICVI)

Dr Christopher Exley, PhD FRSB, professeur retraité de chimie bioinorganique

Professeur John Fairclough, FRCS FFSEM, chirurgien consultant honoraire à la retraite

Dr Jenny Goodman, MA, MBChB, médecine écologique

Dr Catherine Hatton, MBChB, médecin généraliste

Dr Renée Hoenderkampf, médecin généraliste

Dr Charles Lane, MA, DPhil, biologiste moléculaire

Dr Felicity Lillingstone, IMD DHS PhD ANP, médecin, soins d’urgence, chargée de recherche

Professeur David Livermore, BSc, PhD, professeur retraité de microbiologie médicale

Katherine MacGilchrist, BSc (Hons), MSc, PDG/directrice de l’examen systématique, Epidemica Ltd.

Dr Geoffrey Maidment, MBBS, MD, FRCP, médecin consultant, retraité

Dr Kulvinder Singh Manik, MBBS, médecin généraliste

Dr Fiona Martindale, MBChB, MRCGP, médecin généraliste

Dr S McBride, BSc (Hons) Medical Microbiology & Immunobiology, MBBCh BAO, MSc in Clinical Gerontology, MRCP (UK), FRCEM, FRCP (Edinburgh). Médecine d’urgence NHS et gériatrie

Professeur Dennis McGonagle, PhD, FRCPI, Professeur de rhumatologie investigatrice, Université de Leeds

Dr Scott Mitchell, MBChB, MRCS, médecin en médecine d’urgence

Dr David Morris, MBChB, MRCP (UK), médecin généraliste

Dr Greta Mushet, MBChB, MRCPsych, psychiatre consultant en psychothérapie à la retraite

Dr Sarah Myhill, MBBS, médecin généraliste à la retraite et naturopathe

Dr Christina Peers, MBBS, DRCOG, DFSRH, FFSRH, spécialiste de la ménopause

Anna Phillips, RSCN, BSc Hons, chef de formation clinique sur les systèmes cliniques (soins intensifs pédiatriques)

Dr Angharad Powell, MBChB, BSc (hons), DFRSH, DCP (Irlande), DRCOG, DipOccMed, MRCGP, médecin généraliste

Dr Salmaan Saleem, MBBS, BmedSci, MRCGP, médecin généraliste

Dr Rohaan Seth, Bsc, MBChB, MRCGP, médecin généraliste à la retraite

Dr Noel Thomas, MA, MBChB, DCH, DObsRCOG, DTM&H, MFHom, médecin retraité

Dr Stephen Ting, MB CHB, MRCP, PhD, médecin consultant

Dr Livia Tossici-Bolt, PhD, scientifique clinique

Dr Carmen Wheatley, DPhil, oncologie orthomoléculaire

Dr Ruth Wilde, MB BCh, MRCEM, AFMCP, médecin en médecine intégrative et fonctionnelle

Dr Lucie Wilk, MD, rhumatologue consultant

Dr Stefanie Williams, MD, Dermatologue

Traduction SLT

source : Le Blog Sam la Touch

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents