Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le « Great Reset » : Un plan pour éliminer la liberté, l’innovation et la prospérité

Publié par wikistrike.com sur 29 Août 2022, 12:34pm

Catégories : #Economie, #Politique internationale

Le « Great Reset » : Un plan pour éliminer la liberté, l’innovation et la prospérité
  • Notez qu’aucune nation n’a réussi à imprimer de l’argent et à taxer ses citoyens sur le chemin de la prospérité. La richesse réelle ne peut pas être simplement créée à partir de rien. Il faut que la valeur de ce que possèdent une nation et ses citoyens soit reconnue.
  • Cependant, plus que toute autre source de richesse nationale, il en est une qui domine les autres : l’innovation. La capacité de l’esprit humain à créer quelque chose de nouveau et de précieux permet à la société de créer des richesses sans fin….. L’innovation est la formule magique pour générer de la richesse.
  • Les humains qui se battent pour survivre dans ce monde ne gaspillent pas leur temps, leur travail ou leurs ressources dans des projets qui n’offrent aucune perspective de récompense future. Les humains qui travaillent au service de l’État dans le cadre d’économies centralisées ne sont pas incités à innover. Ce n’est que lorsque la propriété privée et la liberté individuelle se combinent que l’innovation humaine peut s’épanouir. La liberté est l’ingrédient secret de la sauce magique de l’innovation pour accroître la richesse.
  • Un pays dont les institutions ne respectent pas les droits de propriété ou dont les coutumes ne valorisent pas la liberté restera un désert aride pour l’innovation humaine. Ainsi, les nations ont tout intérêt à se libéraliser au fil du temps. Si elles ne le font pas, elles deviennent rapidement vulnérables, financièrement et militairement, face à des nations plus innovantes et plus riches. Observant cette simple vérité, les libéraux classiques ont toujours considéré les marchés libres comme la porte d’entrée de l’émancipation humaine. L’intérêt économique personnel, en d’autres termes, conduit finalement à l’expansion des droits de l’homme et des libertés sur toute la planète.
  • L’adhésion des politiciens occidentaux aux paradigmes de la « Grande Réinitialisation » ou de la « Meilleure Reconstruction » du Forum économique mondial ne protège en rien les droits de propriété ou la liberté. L’agenda du Forum Economique Mondial (FEM) promeut des programmes radicalement antilibéraux… [qui] étoufferont l’innovation humaine en privant d’abord les Occidentaux de leurs libertés.
  • Les nations libres et riches sont une menace pour le nouvel ordre mondial du FEM. Si la censure doit être adoptée pour contrôler le « récit », qu’il en soit ainsi. Si les citoyens doivent être privés de leur liberté de mouvement sous prétexte d’une « urgence sanitaire », ce n’est pas grave. Si des comptes bancaires privés doivent être saisis pour intimider les manifestants, alors de telles menaces sont le prix à payer pour assurer la conformité. De cette façon, les plans du FEM pour une économie contrôlée renversent intentionnellement des siècles de progrès libéraux. Les dirigeants politiques d’aujourd’hui entraînent l’Occident dans le passé.
  • D’abord, les libertés individuelles vont continuer à disparaître. Ensuite, le plus grand moteur économique de tous, l’innovation, se tarira. Enfin, la richesse reviendra uniquement aux mains d’une petite minorité de la « classe dirigeante ». Voilà l’avenir que le Forum économique mondial qualifie de « progrès ». Il n’en est rien. C’est une recette pour l’esclavage humain.

Comment les nations deviennent-elles riches ? Beaucoup ont la chance de disposer d’abondantes ressources naturelles. D’autres conquièrent des terres étrangères. Certaines se spécialisent dans des compétences commerciales et artisanales uniques. Le bois, l’exploitation minière, la pêche, le sucre, le rhum, les stupéfiants, le coton, la soie, l’agriculture, la conquête, l’esclavage humain, l’industrie manufacturière, le pétrole, l’industrie, la banque, et ainsi de suite – selon le siècle et la région, les nations ont atteint une énorme richesse de multiples façons. Notez qu’aucune nation n’a réussi à imprimer de l’argent et à taxer ses citoyens sur le chemin de la prospérité. La vraie richesse ne peut pas être simplement créée à partir de rien. Il doit y avoir une valeur reconnue dans ce qu’une nation et ses citoyens possèdent.

Cependant, plus que toute autre source de richesse nationale, il en est une qui domine les autres : l’innovation. La capacité de l’esprit humain à créer quelque chose de nouveau et de précieux permet à la société de créer des richesses sans fin. Contrairement à l’assouplissement quantitatif des banques centrales et aux autres outils (ou astuces ?) monétaires, le cerveau est réellement une machine à imprimer de l’argent. Qu’un innovateur modifie les techniques agricoles, minières ou manufacturières existantes pour rendre la production moins chère et plus efficace, ou qu’un inventeur conçoive quelque chose d’entièrement unique, la valeur qui n’existait pas hier se matérialise le lendemain. L’innovation est la sauce magique pour générer de la richesse.

Si l’innovation produit de la richesse, pourquoi toutes les nations ne sont-elles pas riches ? Parce que trop de nations ne valorisent pas les innovateurs ou n’encouragent pas l’innovation. En l’absence de droits de propriété fondamentaux, d’institutions sociales fortes et d’un système juridique fiable, les inventeurs potentiels ne sont guère incités à construire quelque chose de nouveau. Les êtres humains qui se battent pour survivre dans ce monde ne gaspillent pas leur temps, leur travail ou leurs ressources dans des projets qui n’offrent aucune perspective de récompense future. Les êtres humains qui travaillent au service de l’État dans le cadre d’économies centralisées ne sont pas incités à innover. Ce n’est que lorsque la propriété privée et la liberté individuelle se combinent que l’innovation humaine peut s’épanouir. La liberté est l’ingrédient secret de la sauce magique de l’innovation pour accroître la richesse.

Lorsque les économistes calculent les chiffres du produit intérieur brut pour déterminer si l’économie d’un pays est en hausse ou en baisse, une mesure de l’innovation devient quantifiable. Dans ce chiffre, il y a quelque chose qui résume l’ingéniosité humaine, la liberté individuelle et la propriété. De cette façon, l’innovation économique reflète directement la condition humaine à tout moment. Elle fournit une mesure de la liberté d’une nation.

Or, le « libéralisme » tel qu’il est classiquement compris – en tant que philosophie politique englobant les droits naturels, un gouvernement limité, des marchés libres, les libertés politiques et religieuses, et la liberté d’expression, le tout promu et protégé par une règle de droit impartiale et juste – a toujours saisi cette vérité fondamentale. La liberté et les droits de propriété engendrent la créativité. Lorsque ces deux éléments sont appréciés à leur juste valeur, les grands écrivains, artistes et inventeurs produisent des nouveautés qui n’existeraient pas autrement. C’est pourquoi la Florence médiévale a donné naissance à la fois à la banque moderne et à la Renaissance européenne. La liberté personnelle de créer, de construire, d’investir et de posséder des biens génère une innovation et une richesse nationale considérables.

À l’inverse, lorsque les planificateurs centraux d’aujourd’hui plaident en faveur d’un contrôle socialisé des marchés et de la substitution de « droits collectifs » aux « droits individuels » tout en appelant leur programme « libéralisme progressif », ils cooptent et subvertissent la signification historique du libéralisme.

De cette reconnaissance du fait que la liberté d’une nation affecte directement la richesse d’une nation découle une vérité encore plus remarquable : toute nation qui ne parvient pas à embrasser et à protéger la liberté humaine en sera plus pauvre. Un pays dont les institutions ne respectent pas les droits de propriété ou dont les coutumes ne valorisent pas la liberté restera un désert aride pour l’innovation humaine. De cette manière, les nations sont fortement incitées à se libéraliser au fil du temps. Si elles ne le font pas, elles deviennent rapidement vulnérables, financièrement et militairement, face à des nations plus innovantes et plus riches. Observant cette simple vérité, les libéraux classiques ont toujours compris que les marchés libres étaient la porte d’entrée de l’émancipation humaine. L’intérêt économique personnel, en d’autres termes, conduit en fin de compte à l’expansion des droits de l’homme et des libertés sur toute la planète.

 

LIRE LA SUITE 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents