Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le responsable de la commission des origines du COVID-19 du Lancet est « convaincu » que le virus est sorti d’un laboratoire

Publié par wikistrike.com sur 13 Août 2022, 06:31am

Catégories : #Santé - psychologie

Le responsable de la commission des origines du COVID-19 du Lancet est « convaincu » que le virus est sorti d’un laboratoire

Le responsable de la commission des origines du COVID-19 de la prestigieuse revue scientifique The Lancet est « convaincu » que le virus est sorti d’un laboratoire et affirme qu’une véritable enquête est bloquée.

Le professeur Jeffrey Sachs a déclaré à Current Affairs qu’il est « assez convaincu que le COVID-19 est issu de la biotechnologie des laboratoires américains » et a averti que les recherches en cours pourraient conduire à une nouvelle pandémie.

 

Sachs note que les scientifiques qui ont rejeté la théorie de la fuite en laboratoire l’ont fait « avant même d’avoir effectué la moindre recherche », ajoutant « ils créent un récit. Et ils nient l’hypothèse alternative sans l’examiner de près ».

Sachs fait référence à la recherche sur le « gain de fonction » et aux marqueurs génétiques trouvés dans le coronavirus SRAS-Cov-2 qui indiquent qu’il a été manipulé pour être plus mortel.

« Ce qui est intéressant, et inquiétant si je puis dire, c’est que la recherche qui était en cours très activement et qui était encouragée, consistait à insérer des sites de clivage de la furine dans des virus semblables à celui du SRAS pour voir ce qui se passerait. Oups ! » déclare Sachs.

« Ils ne cherchent pas », dit Sachs à propos des scientifiques qui rejettent la fuite du laboratoire, ajoutant : « Ils ne cessent de nous dire : ‘Regardez le marché, regardez le marché, regardez le marché !’ Mais ils n’abordent pas cette alternative. Ils ne regardent même pas les données. Ils ne posent même pas de questions. Et la vérité est que depuis le début, ils n’ont pas posé les vraies questions. »

Sachs qualifie en outre les efforts visant à détourner l’attention des recherches en laboratoire de « mauvaise orientation » et de « tour de passe-passe ».

« Il y a une énorme quantité de raisons de croire que cette recherche était en cours. Parce qu’il y a des articles publiés à ce sujet. Il y a des interviews à ce sujet. Il y a des propositions de recherche. Mais le NIH ne parle pas. Il ne demande rien. Et ces scientifiques n’ont jamais demandé non plus », affirme encore Sachs.

Il poursuit : « Depuis le tout premier jour, ils ont caché l’alternative. Et quand ils discutent de l’alternative, ils ne discutent pas du programme de recherche. Ils discutent d’hommes de paille à propos du laboratoire, et non du type de recherche qui était en cours, à savoir l’insertion de sites de clivage de la furine dans des virus semblables au SRAS, d’une manière qui aurait pu créer le SRAS-Cov-2. »

« Ce que je demande, ce n’est pas la conclusion. Je demande une enquête », insiste M. Sachs, ajoutant : « Enfin, après deux ans et demi, il est temps d’admettre que ce virus a pu sortir d’un laboratoire et voici les données dont nous avons besoin pour le découvrir. »

Sachs aborde également la question d’EcoHealth Alliance et de Peter Daszak, notant qu’il avait initialement nommé personnellement Daszak pour présider le groupe de travail de la commission pandémie du Lancet.

Sachs déclare : « J’ai réalisé qu’il [Daszak] ne me disait pas la vérité. Cela m’a pris quelques mois, mais plus je le voyais, plus je lui en voulais. Alors je lui ai dit : ‘Ecoute, tu dois partir’. »

Sachs ajoute qu’une fois qu’il a licencié Daszak, d’autres scientifiques ont commencé à l’attaquer.

« Je leur ai demandé : ‘Quels sont vos liens avec tout cela ?’ Ils ne m’ont rien dit. Puis, lorsque la loi sur la liberté d’information a permis de publier certains de ces documents que les NIH avaient cachés au public, j’ai vu que les personnes qui m’attaquaient faisaient également partie de cette affaire. J’ai donc dissous l’ensemble de ce groupe de travail », note Sachs.

« Mon expérience personnelle a donc été de voir de près comment ils ne parlent pas. Et ils essaient de garder nos yeux sur autre chose. Et ne posent même pas les questions dont nous parlons », avertit encore Sachs.

Sachs conclut qu’il « ne fait pas confiance » aux gouvernements et aux scientifiques qui rejettent la théorie de la fuite en laboratoire, ajoutant « Je veux savoir. Parce que même ce que nous savons des recherches dangereuses est suffisant pour soulever de nombreuses questions de responsabilité pour l’avenir. Et de poser la question suivante : ‘Hé, sur quels autres virus travaillez-vous ? Que devrions-nous savoir ?' »

« Je veux savoir ce qui est fait. Je veux savoir ce que font les autres gouvernements aussi, pas seulement le nôtre. Je veux un contrôle mondial sur ce genre de choses », insiste encore Sachs.

Le professeur appelle enfin à « une enquête de surveillance bipartisane du Congrès, avec un pouvoir d’assignation à comparaître », et demande instamment que « vous nous donniez vos dossiers de laboratoire, vos carnets de notes, vos fichiers de données sur les souches de virus, et ainsi de suite ».

Comme nous l’avons souligné, c’est ce que le sénateur Rand Paul poursuit sans relâche.

Après une première audition la semaine dernière devant la sous-commission de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales du Sénat, Paul a révélé qu’il existe un comité censé superviser l’expérimentation de virus potentiellement mortels, mais qu’il est au-dessus de la surveillance du Congrès.

« Nous ne connaissons pas les noms. Nous ne savons pas s’ils se réunissent, et nous n’avons aucun compte rendu de leurs réunions », a noté le sénateur, ajoutant : « C’est top secret. Le Congrès n’est pas autorisé à le savoir. Donc, si le comité existe réellement, nous ne sommes pas certains. »

 

 

https://www.anguillesousroche.com/coronavirus/le-responsable-de-la-commission-des-origines-du-covid-19-du-lancet-est-convaincu-que-le-virus-est-sorti-dun-laboratoire/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents