Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Contre-offensive : Une victoire ukrainienne, de l'OTAN, ou un repli russe ?

Publié par wikistrike.com sur 11 Septembre 2022, 06:51am

Catégories : #Politique internationale

Contre-offensive : Une victoire ukrainienne, de l'OTAN, ou un repli russe ?

Version occidentale de la contre-offensive:

 

L'armée russe a abandonné samedi son principal bastion dans le nord-est de l'Ukraine, Izioum dans la région de Kharkiv, face à la contre-offensive des forces ukrainiennes qui "s'arrêteront là où s'arrêtent nos intérêts", a déclaré le secrétaire du Conseil de défense et de sécurité nationale ukrainien.

Le président ukrainien Volodimir Zelensky a déclaré samedi soir, dans un message vidéo, que les forces ukrainiennes avaient reconquis quelque 2.000 km2 de territoire depuis le début de leur contre-offensive.

"C'est la première contre-offensive que nous menons. Elle prouve que la Russie peut non seulement être stoppée mais aussi battue", affirme le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmitri Kouleba, dans le Journal du Dimanche.

"Si nous joignons nos efforts, que la force morale et les sacrifices des Ukrainiens se conjuguent aux armes fournies par l'Occident, nous pouvons gagner", assure-t-il.

Les troupes russes présentes autour d'Izioum, important nœud logistique, ont reçu ordre de se redéployer dans la région du Donetsk, a annoncé samedi le ministère russe de la Défense.

L'armée ukrainienne a également repris le contrôle de Koupiansk, un carrefour ferroviaire essentiel à l'approvisionnement des forces russes déployées dans l'Est.

"Dans le but d'atteindre les objectifs affichés de l'opération militaire spéciale de libération du Donbass (dans l'est de l'Ukraine), il a été décidé de regrouper les forces russes stationnées dans les districts de Balakliia et Izioum", a déclaré le général Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense, cité par l'agence de presse.

Quelques heures plus tard, la vice-ministre ukrainienne de la Défense Hanna Maliar annonçait dans un communiqué la prise de Balakliia.

La reconquête d'Izioum est le revers le plus sévère essuyé par l'armée russe depuis son offensive avortée contre Kyiv en mars.

Vitali Gantchev, chef de l'administration prorusse dans la partie de la région de Kharkiv contrôlée par Moscou, a appelé les populations civiles à évacuer et à fuir en Russie, dans le but de "sauver des vies", rapporte l'agence Tass.

 

"Progression très nette et très rapide"


Un journaliste de Reuters présent dans une vaste zone reprise ces derniers jours par l'armée ukrainienne a pu voir des unités de police ukrainienne patrouillant dans plusieurs villes et des caisses de munitions abandonnées par les soldats russes en fuite.

Natalia Popova, conseillère auprès du président du conseil régional de Kharkiv, a partagé sur les réseaux sociaux des clichés montrant des troupes hissant les couleurs ukrainiennes devant l'hôtel de ville de Koupiansk, le drapeau russe étalé à leurs pieds.

Dans cette ville située il y a encore 72 heures à une cinquantaine de kilomètres de la ligne de front convergent des lignes ferroviaires reliant la Russie à l'est de l'Ukraine.

Selon les experts occidentaux, sa reconquête par l'armée ukrainienne pourrait couper d'importantes lignes d'approvisionnement entre la Russie et le Donbass et fragiliser tout le dispositif russe dans la région, des milliers de soldats risquant de se retrouver encerclés dans le secteur d'Izioum, plus au sud.

À Hrakove, l'un des villages repris par Kyiv, des journalistes de Reuters ont vu des véhicules calcinés portant la lettre "Z" utilisée par les forces russes pour s'identifier depuis le début de l'opération d'invasion lancée par Moscou le 24 février dernier. Dans une cour gisaient trois corps enveloppés dans des sacs mortuaires blancs.

Le chef de la police régionale, Volodimir Timochenko, a déclaré que la police ukrainienne, arrivée vendredi dans cette localité, contrôlait les identités des habitants qui vivaient sous occupation russe depuis le deuxième jour de l'invasion.

"La première mission est de fournir l'aide dont ils ont besoin. Ensuite, il s'agit de réunir des informations sur les crimes commis par les occupants russes", a-t-il dit.

 

Renforts russes


Après avoir gardé le silence en réponse aux premières annonces de percée ukrainienne dans la région de Kharkiv dans la soirée de mercredi, Moscou a finalement reconnu vendredi que ses défenses avaient été enfoncées sur une partie de la ligne de front au sud-est de la deuxième plus grande ville d'Ukraine.

Vitali Gantchev a fait état d'une "progression très nette et très rapide" des forces adverses. "Nous ralentissons l'ennemi autant que possible mais plusieurs villages sont déjà passés sous le contrôle des forces armées ukrainiennes", a-t-il admis.

Dans sa rituelle allocution télévisée du soir, le président ukrainien Volodimir Zelensky a déclaré que l'armée ukrainienne avait libéré une trentaine de villages en quelques jours dans la région, et qu'elle poursuivait aussi ses contre-offensives dans le Donbass (est) et autour de Kherson (sud).

"Notre armée, nos unités de renseignement et nos services de sécurité mènent des opérations actives dans plusieurs zones opérationnelles. Ils le font avec succès", a-t-il assuré.

Après l'avoir négligée pour renforcer le front Sud, la Russie a annoncé avoir envoyé des renforts dans la région de Kharkiv et le ministère de la Défense a diffusé une vidéo de véhicules militaires se déplaçant à grande vitesse sur une autoroute, sans que l'on puisse dire dans quelle direction.

L'armée ukrainienne n'avait pas enregistré d'avancée aussi rapide depuis que les troupes russes ont renoncé à prendre Kyiv en mars et se sont retirées précipitamment en direction de la frontière.

"Nous voyons que les Ukrainiens enregistrent des succès à Kherson, nous en voyons maintenant à Kharkiv, c'est très, très encourageant", a commenté le secrétaire à la Défense américain, Lloyd Austin, pendant une conférence de presse à Prague.

"Les forces armées (ukrainiennes) s'arrêteront là où s'arrêtent nos intérêts, et cela dépendra de beaucoup de circonstances", a déclaré sur Voice of America le secrétaire du Conseil de défense et de sécurité nationale, Oleksiy Danilov.

L'armée russe n'en continue pas moins de bombarder Kharkiv, la deuxième ville d'Ukraine, où dix personnes, dont trois enfants, ont été blessées vendredi par des tirs de roquettes, selon le gouverneur de l'oblast de Kharkiv.

 

Source: Reuters 

Version russe de la contre-offensive:

 

 

Lors des dernières 24 heures de son opération militaire en Ukraine, l’armée russe a neutralisé 300 militaires ukrainiens dont des nationalistes. Parmi les équipements militaires figurent 13 drones, cinq obus HIMARS et un obusier américain M777, de multiples batteries et détachements d’artillerie, six entrepôts de munitions.
En 24 heures, la Russie a utilisé des armes de haute précision contre les troupes de Kiev, a indiqué ce 10 septembre la Défense russe.
Environ 300 militaires ukrainiens, dont des membres du groupe nationaliste Kraken ont été éliminés.
De plus, 13 drones ukrainiens ont été abattus et cinq obus de lance-roquettes multiples HIMARS ont été interceptés.
Sept batteries ukrainiennes d’artillerie et un obusier M777 de 155 mm de production américaine ont été détruits en République populaire de Donetsk (RPD), ainsi que sept postes de commandements, 48 détachements d’artillerie et six entrepôts de munitions dans la région de Zaporojié. Une station radar a été mise hors service dans la région de Nikolaïev.
Regroupement des troupes
La Défense russe a aussi déclaré avoir regroupé certaines de ses forces en direction de la RPD au cours de ces trois derniers jours, en se retirant de la zone de Balakleïa et d’Izioum. Cela pour concentrer ses efforts à libérer le Donbass. Diverses manœuvres de diversion ont aussi été employées.
Depuis le début de l’opération militaire en Ukraine, l’armée russe a abattu 293 avions, 152 hélicoptères, 1.929 drones, 374 systèmes de défense antiaérienne, 4.870 chars et autres véhicules blindés, 830 véhicules de lance-roquettes multiples, 3.375 équipements d’artillerie de terrain et de mortiers, ainsi que 5.432 unités de véhicules militaires.
 
Sputnik

L'OTAN officiellement engagée en Ukraine ?

Quant à William Scott Ritter Jr. ,un ancien inspecteur de la commission spéciale des Nations unies (UNSCOM) en Irak entre 1991 et 1998, il assure dans une lettre que l'OTAN se trouve derrière cette contre-offensive et qu'avec elle, la guerre est entrée dans une nouvelle phase, plus dangereuse.

 

Lire ici sa lettre

 

WikiStrike 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents