Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La Chine constitue une base de données d’ADN de citoyens tibétains

Publié par wikistrike.com sur 17 Septembre 2022, 08:37am

Catégories : #Politique internationale, #Social - Société, #Science - technologie - web - recherche

La Chine constitue une base de données d’ADN de citoyens tibétains

Selon deux rapports publiés par des groupes de recherche au Canada et aux États-Unis, les autorités chinoises ont recueilli des informations génétiques sur les Tibétains et constitué une base de données.

 

La collecte d’informations génétiques est importante pour les enquêtes criminelles et la recherche scientifique, mais elle soulève d’importants problèmes d’éthique et de respect de la vie privée.

Selon un rapport du Citizen Lab de l’Université de Toronto, la police chinoise a prélevé des échantillons d’ADN de plus de 30 % des résidents au Tibet depuis 2016. Human Rights Watch dit avoir des preuves de prélèvements arbitraires d’ADN sur des Tibétains, y compris des enfants de maternelle, et les résidents n’avaient pas la possibilité de refuser la collecte de leurs échantillons d’ADN. De plus, au lieu de se concentrer sur les individus, la police cible des communautés entières.

« Sans contrôle externe du pouvoir du ministère de la Sécurité publique, la police tibétaine sera libre d’utiliser une base de données ADN massive dans le but qu’elle jugera bon », peut-on lire dans le rapport du Citizen Lab.

La collecte d’ADN par les autorités chinoises n’est pas propre au Tibet. La police a collecté des échantillons d’ADN de la population ouïghoure de la province du Xinjiang. Il a été signalé que des chercheurs associés aux forces de l’ordre ont mis au point une technologie de cartographie faciale à partir d’échantillons d’ADN prélevés sur des Ouïghours.

Au début de l’année, le gouvernement chinois a classé les données génétiques dans la catégorie des « ressources stratégiques nationales et s’est efforcé de renforcer le contrôle du gouvernement sur les bases de données d’informations génétiques, y compris celles des établissements universitaires et de recherche », selon un rapport d’Axios.

La collecte par la Chine d’échantillons d’ADN de résidents du Tibet n’est pas si surprenante si l’on considère la manière dont elle a longtemps tenté de contrôler le Tibet par la dictature, notamment en imposant des restrictions aux pratiques culturelles et religieuses locales. Certains chercheurs ont déclaré que les mesures draconiennes appliquées au Xinjiang, comme les camps de formation professionnelle, sont également mises en œuvre au Tibet.

Traduction de Reclaim The Net par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents