Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Passer juste une heure dans la nature pourrait réduire le stress dans le cerveau

Publié par wikistrike.com sur 11 Septembre 2022, 07:52am

Catégories : #Santé - psychologie

Passer juste une heure dans la nature pourrait réduire le stress dans le cerveau

Depuis un certain temps déjà, les scientifiques savent qu’une promenade en plein air peut faire des merveilles pour la santé mentale. Cependant, ils ne savaient pas pourquoi – jusqu’à présent.

Une nouvelle étude, publiée dans Molecular Psychiatry, a révélé qu’une promenade de 60 minutes dans la nature entraîne une réduction des marqueurs liés au stress dans le cerveau, ce qui constitue l’une des premières preuves causales des bienfaits de la marche sur la santé mentale.

Pour mieux comprendre cette relation, les chercheurs du groupe Lise Meitner pour les neurosciences environnementales de l’Institut Max Planck pour le développement humain ont pris 63 volontaires et leur ont demandé de faire soit une promenade dans la nature (une forêt dans ce cas), soit une promenade dans un environnement urbain.

Des scanners IRM ont été utilisés pour enregistrer l’activité cérébrale avant et après les promenades, à la recherche de marqueurs de stress via l’activité de l’amygdale. Il a déjà été démontré que l’amygdale est plus active chez les personnes vivant en ville que chez celles vivant à la campagne. Étant donné son rôle important dans le traitement des émotions et de la peur, elle constitue un marqueur important du stress.

Après la promenade dans la nature, les participants ont montré une activité amygdalienne plus faible, ce qui suggère que la promenade faisait baisser leur niveau de stress et pouvait contrecarrer les effets négatifs associés à la ville.

« Les résultats confirment la relation positive précédemment supposée entre la nature et la santé du cerveau, mais il s’agit de la première étude à prouver le lien de causalité. Il est intéressant de noter que l’activité cérébrale après la promenade en ville dans ces régions est restée stable et n’a pas augmenté, ce qui va à l’encontre de l’idée communément admise selon laquelle l’exposition urbaine provoque un stress supplémentaire », a déclaré Simone Kühn, directrice du groupe Lise Meitner pour les neurosciences environnementales, dans un communiqué.

Les résultats pourraient avoir un impact important sur la façon dont nous traitons les problèmes de santé mentale et même sur la façon dont les zones résidentielles devraient être conçues à l’avenir, car des études antérieures ont montré des liens étroits entre la vie en ville et les troubles de la santé mentale. L’accès aux espaces verts pourrait constituer une barrière entre le stress associé à la ville et même protéger contre les facteurs de risque des problèmes de santé mentale, si d’autres mécanismes sont découverts.

Parallèlement aux études antérieures qui suggèrent que les personnes qui vivent à la campagne ou ont accès à une forêt ont une structure amygdalienne plus saine, la science semble vraiment vous inciter à sortir dans la nature. Une simple exposition de courte durée à un environnement naturel pourrait contribuer à faire disparaître les effets de la jungle de béton, et des pays comme le Canada capitalisent déjà en prescrivant des laissez-passer pour les parcs nationaux aux personnes souffrant de dépression ou d’anxiété.

Il est donc peut-être temps de dépoussiérer vos vieilles chaussures de marche et de sortir au grand air, ne serait-ce que pour retourner à l’intérieur lorsque vous vous rendez compte qu’il fait froid.

Lire aussi : Comment le stress chronique modifie le cerveau – et ce que vous pouvez faire pour inverser les dégâts

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents