Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La guerre technologique de Biden devient nucléaire

Publié par wikistrike.com sur 25 Octobre 2022, 07:38am

Catégories : #Politique internationale

La guerre technologique de Biden devient nucléaire

par Mike Whitney.

 

« Beaucoup de gens ne savent pas ce qui s’est passé hier. Pour faire simple, Biden a obligé tous les Américains travaillant en Chine à choisir entre quitter leur emploi et perdre la citoyenneté américaine. Tous les cadres et ingénieurs américains travaillant dans le secteur de la fabrication de semi-conducteurs en Chine ont démissionné hier, paralysant la fabrication chinoise du jour au lendemain. Un seul cycle de sanctions de Biden a fait plus de dégâts que les quatre années de sanctions performatives de Trump. Bien que les exportateurs américains de semi-conducteurs aient dû demander des licences pendant les années Trump, les licences étaient approuvées en un mois. …

Avec les nouvelles sanctions de Biden, tous les fournisseurs américains de blocs IP, de composants et de services sont partis du jour au lendemain – coupant ainsi tout service [à la Chine]. En bref, toutes les entreprises de semi-conducteurs de pointe sont actuellement confrontées à une interruption complète de l’approvisionnement, à la démission de tout le personnel américain et à une paralysie immédiate des opérations. Voilà à quoi ressemble l’anéantissement : L’industrie chinoise des semi-conducteurs a été réduite à zéro du jour au lendemain. Effondrement complet. Aucune chance de survie »1.

L’administration Biden a intensifié sa guerre contre la Chine la semaine dernière en faisant exploser une bombe thermonucléaire au cœur de l’industrie technologique florissante de Pékin. Dans un effort pour bloquer l’accès de la Chine à la technologie cruciale des semi-conducteurs, l’équipe Biden a annoncé de nouvelles règles d’exportation onéreuses visant à « couper complètement l’approvisionnement » en technologie essentielle des semi-conducteurs, ce qui, selon un analyste, a entraîné une « paralysie immédiate des opérations ». La terreur déclenchée par cette annonce a été résumée avec justesse dans un fil de discussion posté sur le compte Twitter de Jordan Schneider à partir d’un fil de discussion traduit sur @lidangzzz (voir la citation ci-dessus).

Naturellement, le gouvernement chinois a été pris de court par ces nouvelles règles draconiennes qui incluent « toutes les entreprises chinoises de conception de puces informatiques avancées » et qui, sans aucun doute, « assureront l’élimination de tous les produits et technologies américains de l’ensemble de l’écosystème ». Le nouveau régime de sanctions infligera probablement des dommages importants à l’industrie technologique chinoise florissante tout en causant un préjudice considérable aux partenaires américains qui n’ont pas été consultés sur la question. Mais si l’annonce a été une surprise totale, elle s’inscrit dans la liste beaucoup plus longue des actions hostiles des États-Unis envers la Chine au cours des derniers mois. En voici quelques-unes :

  1. De multiples délégations américaines (Nancy Pelosi et d’autres membres du Congrès en exercice) se sont rendues à Taïwan pour remettre en cause la politique d’une seule Chine qui a été la pierre angulaire des relations normales entre les deux pays au cours des 40 dernières années.
  2. Deux navires de guerre américains traversent le détroit, BBC
  3. Manœuvres américano-indiennes à la frontière entre l’Inde et la Chine
  4. La détermination persistante de l’administration Biden à fournir à la Corée du Sud un système de défense antimissile létal qui peut être utilisé à des fins offensives et qui menace la sécurité de la Chine.
  5. Le renforcement incessant d’une coalition « anti-Chine ».
  6. Deux groupes de porte-avions américains effectuent des exercices en mer de Chine méridionale.
  7. Et maintenant, selon le Financial Times, l’UE est invitée à repenser sa politique à l’égard de la Chine.

Bien qu’elle ne soit en aucun cas exhaustive, cette liste devrait donner au lecteur une idée de la recrudescence de la belligérance qui vise actuellement Pékin. Harceler la Chine est devenu un travail à plein temps, ce qui n’est pas totalement inattendu puisque la politique d’« endiguement » des États-Unis et de la Chine remonte aussi loin que la guerre froide. Ce qui est différent aujourd’hui – comme l’indique la stratégie de sécurité nationale 2022 de Biden – c’est que les États-Unis se voient au milieu d’une « lutte entre grandes puissances » dans laquelle l’ennemi principal est la Chine qui est considérée comme « le seul concurrent ayant à la fois l’intention et, de plus en plus, la capacité de remodeler l’ordre international » (stratégie de sécurité nationale). En d’autres termes, l’administration Biden admet que nous sommes en guerre contre la Chine et que nous devons utiliser tous les moyens nécessaires pour l’emporter dans ce conflit. Comme l’a récemment noté l’analyste de politique étrangère Andre Damon, la stratégie de sécurité nationale n’est pas une stratégie de défense de la République mais un « plan pour la troisième guerre mondiale ».

En effet, l’endiguement seul ne suffira plus. Ce qu’il faut, ce sont des actions de plus en plus provocatrices qui contribueront à isoler, à vilipender et, en fin de compte, à affaiblir la Chine afin qu’elle devienne une « partie prenante responsable » dans le « système fondé sur des règles ». En d’autres termes, Biden cherche un vassal docile qui fera claquer ses talons et obéira aux ordres.

Cela vous semble familier ?

Les nouvelles règles d’exportation onéreuses de Biden s’inscrivent parfaitement dans cette stratégie plus large de confrontation et d’hostilité persistantes. Elles rejoignent également le point de vue maintes fois répété des néoconservateurs selon lequel il n’y a « aucun espoir de coexistence avec la Chine tant que le Parti communiste gouverne le pays ». Ainsi, une fois de plus, nous pouvons constater que les attaques de l’administration à l’encontre de la Chine ne sont pas simplement destinées à « contenir » le développement chinois, mais visent également un changement de régime. Nous pensons que l’intensification récente de la guerre technologique de Biden n’a rien à voir avec des préoccupations de sécurité nationale (comme « les domaines encore émergents de l’intelligence artificielle et de l’informatique quantique »), mais qu’il s’agit en fait d’une nouvelle tentative désespérée de préserver l’emprise grandissante de Washington sur le pouvoir mondial. Voici comment l’auteur Jon Bateman résume la situation dans un article du Foreign Policy Magazine :

« Le Bureau de l’industrie et de la sécurité (BIS) a annoncé de nouvelles… limites à l’exportation vers la Chine de semi-conducteurs avancés, d’équipements de fabrication de puces et de composants de superordinateurs. Les contrôles… révèlent une volonté unique de contrecarrer les capacités chinoises à un niveau large et fondamental … le premier dommage à la Chine sera économique, à une échelle bien disproportionnée par rapport aux préoccupations militaires et de renseignement citées par Washington… Ce changement laisse présager des mesures américaines encore plus sévères à venir, non seulement dans le domaine de l’informatique avancée, mais aussi dans d’autres secteurs (comme la biotechnologie et la finance) jugés stratégiques. Le rythme et les détails sont incertains, mais l’objectif stratégique et l’engagement politique sont maintenant plus clairs que jamais. L’essor technologique de la Chine sera ralenti à n’importe quel prix »2.

C’est écrit noir sur blanc. Les États-Unis feront tout ce qu’il faut pour conserver leur première place dans l’ordre mondial « contre vents et marées ». Et Bateman a raison, il y aura sans aucun doute « des mesures américaines encore plus dures à venir, non seulement dans l’informatique de pointe, mais aussi dans d’autres secteurs (comme la biotechnologie et la finance) ». Et cela signifie, bien sûr, plus de sanctions et de droits de douane, plus de perturbations dans les chaînes d’approvisionnement vitales, et des coûts plus élevés pour tout. Si vous pensiez que la guerre avec la Russie avait un impact sur les prix de l’énergie, « vous n’avez encore rien vu ! ». Revenir sur 40 ans de mondialisation va être une expérience atroce équivalente à une chirurgie dentaire majeure sans novocaïne. Selon Reuters :

« Les États-Unis s’efforcent de faire face aux conséquences involontaires de leurs nouvelles restrictions à l’exportation sur l’industrie chinoise des puces, qui pourraient par inadvertance nuire à la chaîne d’approvisionnement en semi-conducteurs, ont déclaré des personnes au fait de la question … Mardi à minuit, les fournisseurs ne pouvaient pas non plus assurer le soutien, le service et l’envoi de fournitures non américaines aux usines basées en Chine sans licence si des sociétés ou des personnes américaines sont impliquées. Par conséquent, même les articles de base comme les ampoules, les ressorts et les boulons qui permettent aux outils de fonctionner ne peuvent pas être expédiés tant que les fournisseurs n’ont pas obtenu de licence. Et sans le soutien minute par minute dont les fonderies ont besoin, elles pourraient commencer à fermer leurs portes, a déclaré une source. …

Les États-Unis ont prévu d’examiner au cas par cas les licences pour les usines non chinoises en Chine touchées par les nouvelles restrictions, mais même si elles sont approuvées, cela pourrait entraîner des retards dans les expéditions. Les licences pour les usines de puces chinoises seront probablement refusées »3.

Vous voyez ce que je veux dire ? Plus de perturbations dans la chaîne d’approvisionnement signifie des prix plus élevés, des budgets des ménages plus malmenés, et moins de familles américaines capables de s’en sortir avec leurs salaires en baisse. Y a-t-il quelqu’un à Washington qui réfléchit à ces choses avant de mettre le feu aux poudres ? L’administration Biden est tellement obsédée par l’idée de contenir la Chine qu’elle est prête à faire chuter le niveau de vie des Américains tout en rapprochant le monde de l’anéantissement nucléaire. Voici plus d’informations tirées d’un article de l’Asia Times :

« Les mesures américaines n’affecteront pas les capteurs, la surveillance par satellite, le guidage militaire et les autres systèmes stratégiques de la Chine, car la grande majorité des applications militaires utilisent des puces plus anciennes que la Chine peut produire chez elle. Les nouvelles restrictions américaines n’empêcheront pas les 2000 missiles surface-navire et surface-surface de la Chine de cibler les porte-avions américains dans le Pacifique occidental, ou les bases aériennes américaines de Guam et Okinawa, et elles n’empêcheront pas les plus de 1000 intercepteurs chinois de pointer des missiles air-air à longue portée sur les avions américains …

Cela suscitera également un effort considérable de la part de la Chine pour remplacer la technologie américaine de conception et de fabrication de puces. Les dépenses d’investissement et de R&D diminueront considérablement dans l’industrie américaine des semi-conducteurs tandis que la Chine allouera un budget massif à ce secteur. …

À l’horizon de cinq ou dix ans, l’avantage technologique des États-Unis en matière de conception et de fabrication de semi-conducteurs risque de disparaître. À mesure que les budgets d’investissement s’effondrent dans l’industrie occidentale des semi-conducteurs, les dommages causés aux États-Unis et aux autres économies occidentales risquent d’être plus importants que ceux infligés à la Chine… une interdiction totale par les États-Unis des ventes de puces à la Chine éliminerait 37% des revenus des entreprises américaines de semi-conducteurs, conduirait à… la perte de 15 000 à 40 000 emplois directs hautement qualifiés dans l’industrie américaine des semi-conducteurs ». …

Au pire, les dommages causés à l’économie chinoise seront probablement temporaires… Mais l’impact de la dépression naissante dans l’industrie occidentale des semi-conducteurs pourrait bien causer des dommages permanents4.

Donc, tout cela pourrait se retourner contre nous comme les sanctions mal conçues contre la Russie qui ont plongé toute l’Europe dans une crise énergétique sans précédent ?

Oui, c’est ce qu’il dit. Les nouvelles règles feront souffrir la Chine à court terme, mais à long terme, elles ne feront que nuire à l’industrie américaine. C’est un autre exemple classique de « couper le nez pour faire la grimace », ce qui semble être le mode opératoire de Biden sur un grand nombre de questions.

Il convient de noter que le plan Biden est un autre pas de géant vers la « démondialisation » (qui est la réimposition de barrières commerciales transfrontalières afin d’empêcher une plus grande intégration économique et une baisse des coûts). Depuis des décennies, les chefs d’entreprise et les dirigeants politiques vantent les mérites de la délocalisation des entreprises et de l’externalisation des emplois, comme si c’était la véritable expression du plan divin de Dieu. Mais maintenant que la croissance de la Chine menace l’hégémonie mondiale des États-Unis, les élites de la politique étrangère ont fait un rapide virage à 180°. Le génie de la mondialisation doit maintenant être tiré et remis dans sa bouteille pour que l’Occident puisse préserver sa primauté en se séparant effectivement de la puissance chinoise.

Au fait, le « découplage » est le nouveau mot à la mode chez les experts en politique étrangère. Ce mot implique que les États-Unis doivent mettre en œuvre « un certain degré de séparation technologique d’avec la Chine, mais ne devraient pas aller jusqu’à nuire aux intérêts américains dans le processus ». En d’autres termes, Washington est en passe de mettre fin de manière sélective à de nombreux secteurs commerciaux avec la Chine tout en essayant de ne pas se tirer une balle dans le pied.

Bonne chance avec ça.

Alors, où va tout cela, vous demandez-vous ?

Vers plus de conflits, plus de confrontations, des prix plus élevés, des niveaux de vie plus bas et, finalement, une désintégration de l’ordre dominant. Cela est certain. Le problème, bien sûr, c’est que les faucons anti-Chine contrôlent désormais les leviers du pouvoir à Washington, ce qui signifie que les attaques contre la Chine vont s’intensifier, que le découplage va s’accélérer et qu’une crise internationale massivement déstabilisante va bientôt suivre.

L’administration Biden gaspille la puissance américaine dans des actions unilatérales qu’elle ne peut pas faire respecter et qui n’auront pas d’impact significatif sur le développement de la Chine. Elle ferait mieux de chercher des moyens de faciliter la transition vers un nouveau monde, plutôt que d’essayer pathétiquement de revenir au « moment unipolaire » révolu.

source : The Unz Review

traduction Réseau International

------------------------

 

  1. Posté sur le compte Twitter de Jordan Schneider @jordanschnyc à partir d’un fil de discussion traduit sur @lidangzzz.
  2. « Biden est désormais prêt à tout pour éliminer la Chine », Jon Bateman, Foreign Policy Magazine
  3. « Les États-Unis s’efforcent d’empêcher les restrictions à l’exportation de puces chinoises de perturber la chaîne d’approvisionnement », Reuters
  4. « L’interdiction des puces en Chine, un exercice américain d’autodestruction extrême », Asia Times
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents