Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les États-Unis sont en train de tester des médicaments expérimentaux sur des Africains en Ouganda

Publié par wikistrike.com sur 20 Octobre 2022, 08:58am

Catégories : #Santé - psychologie, #Science - technologie - web - recherche

Les États-Unis sont en train de tester des médicaments expérimentaux sur des Africains en Ouganda

par Cheikh Dieng.

L’Afrique est-elle devenue le nouveau terrain d’expérimentation des médicaments de Big Pharma ? La question se pose au moment où l’Ouganda se bat contre l’épidémie Ebola qui a déjà fait plus de 35 morts. Et c’est dans ce contexte que Lecourrier-du-soir.com a appris de l’agence de presse Reuters une information qui risque de déclencher une vive polémique.

En effet, dans un article paru ce 17 octobre sur son site et intégralement lu par notre rédaction, Reuters nous apprend que les États-Unis ont envoyé à ce pays d’Afrique des anticorps expérimentaux à savoir le Remdesevir (médicament qui a connu un échec cuisant dans la lutte contre le Covid) et un médicament nommé MBP134 fabriqué par le laboratoire Mapp Biopharmaceutical Inc’s.

D’après l’agence de presse Reuters, l’information a été révélée par Jane Ruth, ministre ougandais de la Santé lors d’une rencontre à Kampala avec les autorités africaines en charge de gérer les épidémies et pandémies dans cette partie du continent africain. Lors de cette rencontre, la ministre a refusé de dévoiler le nom d’un autre médicament expérimental qui a été administré aux soignants.

Contacté par la presse, le laboratoire Gilead (qui a fabriqué le Remdesivir) a refusé de répondre. Quant au labo Mapp Biopharmaceutical Inc’s, l’agence Reuters nous apprend qu’il a récemment signé avec le gouvernement américain, ce 4 octobre, un contrat de 110 millions de dollars pour développer ce médicament MBP134.

Joint par la presse, PDG du labo Mapp Biopharmaceutical Inc’s, Larry Zeitlin, a confirmé que son médicament MBP134 est en phase de test et que les données sont en train d’être analysées.

À peine révélée, l’affaire suscite une vague indignation sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter.

 

 

 

Oh, génial. Encore des rats de laboratoire humains. Je ne suis pas antiscience/antivax mais ça
devient ridicule & extrêmement non scientifique. Ces types d’expériences peuvent causer
des mutations. Nous avons affaire à un type extrêmement rare de Ebola qui n’a pas de
remède connu ou de vaccin pour les tests.

 

 

 

…le remdesivir, qui a été largement utilisé comme traitement du COVID-19, et un anticorps
monoclonal non divulgué avaient été administrés à des travailleurs de la santé.

source : Le Courrier du Soir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents