Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Faillite de FTX : tous les dominos de la fraude financière ne sont pas encore tombés

Publié par wikistrike.com sur 18 Novembre 2022, 09:10am

Catégories : #Economie

Faillite de FTX : tous les dominos de la fraude financière ne sont pas encore tombés

Écrit par Charles Hugh Smith via le blog OfTwoMinds, Si vous n’avez pas parcouru des dizaines de commentaires post-effondrement sur FTX, je vous épargne la peine : voici un résumé de ce qui compte pour l’avenir. FTX a compressé l’intégralité du livre de jeu et de l’histoire de la fraude financière en un bref cycle où les crédules sont embobinés, Charles Ponzi vaincu et la comptabilité créative  révélée  pour ce qu’elle est vraiment : une fraude.


Toutes les fraudes financières partagent le même ensemble d’outils. La boîte à outils de la fraude financière, qu’elle soit traditionnelle ou fondée sur la cryptographie, contient des variantes de ces mécanismes de base :

1. Utiliser le capital des clients (sans divulgation complète) pour augmenter le gain privé des propriétaires de l’escroquerie (OOTC).

2. Utiliser le capital des clients pour arbitrer les différentiels de rendement en termes de durée, de risque et d’autres asymétries au profit non pas des clients mais des Owners of the Con (OOTC) [propriétaires de l’arnaque].

3. Surestimer les actifs en répertoriant les actifs illiquides, contrôlés par des initiés et non évalués au prix du marché à des valorisations complètement déconnectées de la réalité, c’est-à-dire ce qu’ils rapporteraient sur le marché libre en taille. S’appuyer sur les actifs émis par l’entreprise ou ses filiales pour la majeure partie des actifs de l’entreprise, c’est-à-dire sa prétention à la solvabilité.

4. Attirer de nouveaux investissements de capitaux et des fonds de clients avec des rendements, des objectifs et des promesses « trop ​​beaux pour être vrais » (mais à la limite du plausible compte tenu de la croissance fantastique et des antécédents de rendements élevés) pour couvrir le roulement normal des rachats, ainsi la fraude, non détectée, disparaît. (Système de Ponzi.)

5. Jouer vite et librement avec un effet de levier, dont l’ampleur n’est pas divulguée aux clients ou aux régulateurs.

6. Émettre des titres (c’est-à-dire de la « monnaie » — des jetons, des obligations, des actions, etc.) dont la valeur est fondée sur les actifs frauduleusement répertoriés de l’entreprise et sur sa croissance alléchante.

7. Persuader les investisseurs et les clients que vous leur rendez service en les laissant participer à l’action. En d’autres termes, exploiter leur cupidité presque infinie.

8. Présenter une façade de stabilité prudente, auditée, transparente et réglementée qui masque le réseau imbriqué de fraude, de comptabilité fictive, d’actifs illiquides, etc. et de pillage par les initiés.

J’ai souvent recommandé le roman d’Herman Melville The Confidence-Man pour sa description magistrale de la façon dont l’homme de confiance persuade le sceptique que non seulement il est digne de confiance, mais qu’il rend service à la cible en prenant son argent.

Notez qu’il existe des versions quasi légales de certains de ces outils. La pleine exposition aux risques inhérents à l’effet de levier extrême et à l’illiquidité peut être masquée, enterrée dans des actifs et des passifs hors bilan, etc., tandis que des pages d’informations débilitantes ont été dûment signées par des clients aveuglés par la cupidité.

Ces versions quasi-légales sont tout aussi susceptibles de se défaire et de s’effondrer que les variétés manifestement frauduleuses. L’effet de levier et l’illiquidité correctement divulgués sont tout aussi susceptibles de se défaire que l’effet de levier et l’illiquidité non divulgués.

Les asymétries de durée, de liquidité et de risque sont tout aussi toxiques pour les entreprises à divulgation complète que pour les entreprises frauduleuses.

C’est pourquoi nous pouvons prédire que les dominos de la fraude financière de FTX ne sont pas encore tombés. Lorsqu’il y a des décalages dans les durées et la liquidité des actifs de la contrepartie, les actifs qui couvrent théoriquement les prêts appelés ne peuvent pas être vendus ou ne peuvent être vendus qu’avec des décotes ruineux.

L’effet de levier fonctionne dans les deux sens, et donc l’effet de levier de 100 pour 1 qui est si glorieux lorsque 1 $ rapporte 100 $ de gains déclenche également la liquidation massive d’actifs illiquides lorsque de petites pertes annulent tout cet effet de levier.

Tous ceux qui sont pris de court par des pertes, des rachats et des réclamations de contrepartie tenteront désespérément de cacher leur exposition à l’insolvabilité. Mais les humains sont des animaux de troupeau, et une fois que le troupeau est effrayé, la confiance dans les assurances s’effondre rapidement et tous les regards sont tournés vers les risques de contrepartie et le marché réel des actifs peu négociés.

Une fois que les actifs se sont révélés avoir une valeur bien inférieure à celle annoncée, l’insolvabilité est le résultat inévitable. Jusqu’où s’étendront les rangées de dominos qui s’effondrent ? Très probablement beaucoup plus loin que ce que les crédules croient possible.

Traduction Le Média en 4-4-2 : FTX: The Dominoes of Financial Fraud Have Yet to Fall

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents