Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L’Ukraine rejette ouvertement les pressions exercées par la Maison Blanche pour négocier

Publié par wikistrike.com sur 9 Novembre 2022, 00:16am

Catégories : #Politique internationale

L’Ukraine rejette ouvertement les pressions exercées par la Maison Blanche pour négocier

Les dirigeants ukrainiens ont réagi à un rapport publié ce week-end par le Washington Post, selon lequel la Maison Blanche a exhorté en privé le gouvernement ukrainien à se montrer ouvert aux négociations avec la Russie. Selon le rapport, ces efforts font partie d’une « tentative calculée de s’assurer que le gouvernement de Kiev conserve le soutien d’autres nations face à des circonscriptions qui craignent d’alimenter une guerre pour de nombreuses années à venir« . Il évoque également une « lassitude de l’Ukraine » parmi les électeurs occidentaux.

En réponse, un conseiller du président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a réaffirmé la position affichée de longue date selon laquelle les négociations restent impossibles tant que Vladimir Poutine est président.

« L’Ukraine n’a jamais refusé de négocier. Notre position de négociation est connue et ouverte« , a écrit le conseiller présidentiel, Mykhailo Podolyak, sur Twitter. Il a précisé que les négociations ne peuvent avoir lieu qu’après le retrait des forces russes du territoire ukrainien. Il a ensuite posé la question suivante : « Poutine est-il prêt ? De toute évidence, non. Par conséquent, nous sommes constructifs dans notre évaluation : nous nous entretiendrons avec le prochain dirigeant de la FR [la Fédération de Russie]. »

 

Début octobre, Zelensky avait signé un décret visant à inscrire cette position dans la loi ukrainienne, qui stipule que les négociations ne peuvent jamais avoir lieu avec Poutine au pouvoir. « Il (Poutine) ne sait pas ce que sont la dignité et l’honnêteté. C’est pourquoi nous sommes prêts à dialoguer avec la Russie, mais avec un autre président de la Russie », avait alors expliqué Zelensky.

Non seulement Kiev a déclaré qu’il ne négocierait pas tant qu’il ne chasserait pas la Russie d’Ukraine, mais Zelensky a même promis la « libération » de la Crimée. Si l’on s’en tient à une ligne de conduite aussi dure, le conflit risque d’être dévastateur et de s’enliser lentement, peut-être pendant des années, ou bien de connaître une escalade incontrôlable qui finira par entraîner l’Occident plus directement dans la guerre contre la Russie.

Le rapport du Washington Post indique que la Maison Blanche est pleinement consciente de la lassitude croissante à l’égard de la guerre, notamment en raison des objections de plus en plus vives du Parti républicain à l’égard de l’approche « chèque en blanc » de l’aide étrangère à l’Ukraine :

Si les responsables américains partagent l’avis de leurs homologues ukrainiens selon lequel Poutine, pour l’instant, n’est pas sérieux dans ses négociations, ils reconnaissent que l’interdiction des pourparlers avec le président Volodymyr Zelensky a suscité des inquiétudes dans certaines régions d’Europe, d’Afrique et d’Amérique latine, où les effets perturbateurs de la guerre sur la disponibilité et le coût des denrées alimentaires et du carburant sont les plus fortement ressentis.

« La fatigue de l’Ukraine est une chose réelle pour certains de nos partenaires », a déclaré un fonctionnaire américain qui, comme d’autres personnes interrogées pour ce rapport, a parlé sous couvert d’anonymat pour discuter des conversations sensibles entre Washington et Kiev.

Selon les responsables américains cités dans le rapport, l’arrivée d’un hiver rigoureux et le fait que l’Ukraine connaît déjà des pannes d’électricité d’urgence en raison des attaques de la Russie sur le réseau énergétique sont susceptibles de rendre Zelensky favorable à des pourparlers de cessez-le-feu.

Les responsables américains pensent que Kiev « tente d’engranger autant de gains militaires que possible avant l’arrivée de l’hiver, lorsqu’il pourrait y avoir une fenêtre pour la diplomatie ». À l’heure actuelle, il semble que les électeurs américains soient de plus en plus sceptiques et fassent preuve d’une certaine réticence à l’égard des dizaines de milliards de dollars versés à l’Ukraine, malgré l’augmentation des prix des denrées alimentaires et de l’énergie, ainsi que de l’inflation dans le pays.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents