Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

Les vaccins à ARNm provoquent une myocardite en amenant vos propres cellules immunitaires à attaquer votre cœur, ce qui peut entraîner une mort subite par tachycardie ou fibrillation ventriculaire. (Kateryna Kon/Shutterstock)

Les vaccins à ARNm provoquent une myocardite en amenant vos propres cellules immunitaires à attaquer votre cœur, ce qui peut entraîner une mort subite par tachycardie ou fibrillation ventriculaire. (Kateryna Kon/Shutterstock)

Des pathologistes médicaux de l’hôpital universitaire de Heidelberg, en Allemagne, ont publié des preuves directes montrant comment les personnes retrouvées mortes après une vaccination à ARNm sont décédées. Comme l’explique cette équipe de six scientifiques dans son étude, ces patients vaccinés par ARNm ont souffert de lésions cardiaques parce que leur cœur a été attaqué par leurs propres cellules immunitaires. Cette attaque auto-immune contre leurs propres cellules cardiaques a ensuite conduit leurs cœurs endommagés à battre tellement de fois par seconde que, une fois la tachycardie déclenchée de manière inattendue, ils sont morts en l’espace de quelques minutes.

L’article intitulé « Autopsy-based histopathological characterization of myocarditis after anti-SARS-CoV-2-vaccination » a été publié le 27 novembre 2022 dans la revue Clinical Research in Cardiology, le journal officiel de la Société allemande de cardiologie. L’équipe de recherche a autopsié 25 victimes d’âges différents qui ont été retrouvées mortes à leur domicile dans les 28 jours suivant la vaccination. Ils ont examiné les tissus cardiaques au microscope afin de découvrir pourquoi ces personnes sont mortes d’une perturbation du rythme cardiaque alors qu’elles ne présentaient aucune maladie cardiaque sous-jacente apparente.

Selon les propres termes des auteurs : « Nos résultats établissent le phénotype histologique de la myocardite létale associée à la vaccination ».

Par phénotype histologique, on entend l’observation directe de tissus microscopiques.

Dans une vidéo analysant les résultats, le Dr John Campbell, infirmier éducateur basé au Royaume-Uni, a déclaré à son auditoire : « C’est un examen par les pairs. C’est de la vraie science, et un diagnostic pathologique définitif par un groupe de pathologistes allemands de premier plan. » La vidéo de Campbell a été visionnée 918 000 fois. Il compte 2,58 millions d’abonnés sur sa chaîne.

Décédé de tachycardie ou de fibrillation ventriculaire

On parle de tachycardie ventriculaire lorsque le cœur se met à battre si vite qu’il n’a pas le temps de se remplir de sang entre les battements et qu’il ne pompe donc pas correctement le sang. Le problème provient des ventricules : les chambres qui poussent le sang hors du cœur vers le reste du corps.

On parle de fibrillation lorsque, au lieu de battre, le cœur se met à frémir. Ce problème peut provenir des ventricules ou des oreillettes. Les oreillettes sont les chambres supérieures qui aspirent le sang dans le cœur en se dilatant et en se contractant. Bien que la fibrillation auriculaire soit plus connue, la fibrillation ventriculaire est beaucoup plus dangereuse et généralement mortelle en quelques minutes.

Les personnes décédées dont les cœurs ont été autopsiés dans le cadre de cette étude ont été retrouvées mortes chez elles, chacune étant décédée de tachycardie ou de fibrillation ventriculaire dans les 28 jours suivant la vaccination à ARNm.

Des cœurs visiblement endommagés

Les macrophages sont de grandes cellules qui font partie de notre système immunitaire. Lorsque le système immunitaire fonctionne correctement, notre organisme utilise les macrophages pour attaquer les agents infectieux et autres corps étrangers. Selon des chercheurs de l’université Northwestern, les macrophages sont un élément clé du système immunitaire inné et contribuent au développement normal des tissus ainsi qu’à la réparation des tissus endommagés.

Mais dans le cas des personnes décédées subitement un mois après avoir été vaccinées, les macrophages de l’organisme ont envahi le muscle cardiaque, le rongeant et provoquant des taches qui ont perturbé le rythme cardiaque. Cette invasion de macrophages semble avoir littéralement court-circuité la conduction des impulsions électriques du cœur, provoquant des battements irréguliers.

Ces battements irréguliers ont entraîné une boucle de rétroaction négative, le cœur s’emballant de plus en plus vite pour tenter de se redresser. Lorsque cela se produit, le cœur ne pompe effectivement plus de sang et la victime meurt en quelques secondes ou minutes, à moins qu’un défibrillateur ne se trouve à proximité – pour délivrer un choc électrique au cœur afin de l’aider à retrouver son rythme – et que quelqu’un sache l’utiliser immédiatement.

L’étude des chercheurs allemands, évaluée par des pairs, comprend des images microscopiques montrant les dommages subis par les cellules cardiaques des victimes, la présence de lymphocytes (un autre type de cellule immunitaire plus petite) dans le muscle cardiaque et de macrophages envahissants dans le muscle cardiaque. Des macrophages et des lymphocytes appelés cellules T-helper ont été trouvés dans le tissu cardiaque. Les cellules immunitaires étaient concentrées par endroits, chacun d’entre eux étant appelé un foyer. De tels foyers de tissus cardiaques endommagés peuvent générer des signaux parasites qui perturbent le rythme régulier du cœur.

Il y a des milliers de cellules cardiaques dans le cœur. Ces cellules ne sont pas passives, comme les cellules de votre biceps qui ont besoin de nerfs séparés pour se déplacer. Au contraire, les cellules cardiaques génèrent leurs propres impulsions électriques.

Les cellules du muscle cardiaque agissent également comme des nerfs, conduisant des signaux vers et depuis les cellules musculaires adjacentes. Cela permet de synchroniser leurs contractions et de perpétuer la continuité régulière du rythme cardiaque.

Une fois que le cœur bat, il faut beaucoup de choses pour l’arrêter. Un foyer qui brise ce rythme est comme un mauvais batteur dans un groupe de collégiens. Il peut provoquer une cascade de chaos qui empêche le cœur de pomper le sang de manière productive.

Myocardite : Un événement indésirable reconnu par les vaccins

L’OMS et les CDC reconnaissent la myocardite après la vaccination à ARNm. Les deux organismes de réglementation la considèrent comme une « complication reconnue mais rare ». La plupart des médecins considèrent également les cas de myocardite comme « bénins ».

Mais les sujets décédés de l’étude allemande, comme le souligne Campbell, présentaient également une myocardite supposée « légère ». La myocardite n’apparaissait que dans des endroits microscopiques ici et là. Cependant, la perturbation électrique de ces points a provoqué des décès rapides et spectaculaires. En d’autres termes, il n’y a pas de myocardite légèrecomme l’a dit le parent d’un adolescent blessé par le vaccin à ARNm, Aiden Ekanayake.

Campbell a recommandé aux cliniciens d’avoir un « indice élevé de suspicion » que les personnes vaccinées par ARNm pourraient être sujettes à cette myocardite auto-immune afin de pouvoir la diagnostiquer et la traiter pendant que les personnes sont encore en vie. Le fait que les cliniciens prétendent que cette lésion vaccinale est « rare et bénigne » a conduit à d’innombrables tragédies potentiellement évitables.

Votre corps s’attaque à vos propres cellules cardiaques

Pour être clair, ce n’est pas le vaccin à ARNm qui porte directement atteinte au cœur – c’est pire. L’ARNm est injecté dans vos cellules musculaires, transformant la cellule en une usine produisant des protéines spike du COVID-19.

Suite à l’immunisation par ARNm, votre corps génère une réponse immunitaire contre les protéines de pointe COVID-19.

Comme vos propres cellules musculaires ont été utilisées pour fabriquer les protéines spike du COVID-19 et qu’elles peuvent les avoir à la surface des cellules, vos cellules immunitaires nouvellement armées et ciblant la protéine spike peuvent commencer à attaquer vos propres cellules musculaires saines.

Cette nouvelle étude allemande montre des preuves photographiques que cela se produit et a tué des gens.

Corrélation ou causalité ?

Une enquête originale publiée plus tôt cette année dans le Journal of the American Medical Association a révélé qu’il y avait de nombreux cas de myocardite dans des populations inattendues, en particulier chez les garçons et les jeunes hommesaprès la vaccination à ARNm.

Sir Austin Bradford Hill était un statisticien médical anglais qui a établi en 1965 une série de directives épidémiologiques, aujourd’hui appelées critères de Bradford Hill, qui permettent de prouver la relation de cause à effet. Si nous appliquons les critères de Bradford Hill à cette nouvelle recherche, ils montrent que la myocardite mortelle de ces patients a bien été causée par les vaccins à ARNm. La recherche allemande a démontré les critères de Bradford Hill : force (plus deux choses se produisent en même temps, plus il est probable que l’une cause l’autre, même pour des événements rares) ; cohérence (la découverte de la mort subite due à la myocardite induite par les vaccins à ARNm s’est produite de manière constante dans différents endroits et populations) ; spécificité (pour Bradford Hill, c’est lorsqu’une seule cause produit un seul effet. Dans ce cas, la cause est le vaccin à ARNm et l’effet est la myocardite) ; et bien d’autres encore.

En effet, les chercheurs allemands ont éliminé la possibilité que la myocardite mortelle ait pu être causée par autre chose. Leur étude a également montré une « cohérence », un autre critère de Bradford Hill, c’est-à-dire lorsque le même effet est constaté à la fois dans les études épidémiologiques et dans les échantillons de laboratoire.

Un autre critère de Bradford Hill est l’analogie : Cette relation de cause à effet est-elle similaire à d’autres questions médicales que nous comprenons déjà ? Dans le cas présent, le critère d’analogie est satisfait car nous savons déjà que les réactions auto-immunes à son propre cœur peuvent provoquer la myocardite à cellules géantes, une maladie potentiellement mortelle qui entraîne une tachycardie ventriculaire et une mort subite chez plus de deux tiers des personnes diagnostiquées.

Pour que la relation de cause à effet soit établie, Bradford Hill se demande également si elle est plausible : existe-t-il un mécanisme par lequel une chose peut causer l’autre ? La plausibilité a également été prouvée par ces autopsies : les chercheurs allemands ont clairement montré le mécanisme. Comme l’a dit Campbell dans son compte rendu vidéo : « Vous ne pouvez pas argumenter avec une photographie prise au microscope. »

Pour que la relation de cause à effet soit établie selon les critères de Bradford Hill, il suffit qu’un ou deux des neuf points de vue soient satisfaits. Cette étude a montré que pour les vaccins à ARNm et les lésions cardiaques, sept des neuf critères de Bradford Hill étaient satisfaits, ce qui constitue une preuve épidémiologique irréfutable.

Les preuves sont là : les vaccins à ARNm provoquent une myocardite, en amenant vos propres cellules immunitaires à attaquer votre cœur, ce qui peut entraîner une mort subite par tachycardie ou fibrillation ventriculaire.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :