Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

Des scientifiques prévoient de frapper un astéroïde avec plus de 9,6 millions d’ondes radio émises par HAARP

Un astéroïde de 150 mètres de large, appelé 2010 XC15, passera près de la Terre le 27 décembre. Bien qu’il n’ait pas l’intention de nous frapper, c’est nous qui enverrons une impulsion radio à l’astéroïde.

Des scientifiques de l’Université d’Alaska Fairbanks (UAF) et de la NASA veulent examiner la roche spatiale 2010 XC15 pour tester leur préparation contre Apophis. Ce dangereux astéroïde pourrait frapper notre planète en 2029. On pense que le 13 avril 2029, Apophis sera 10 fois plus proche de la Terre que la Lune.

Les chercheurs utiliseront le réseau HAARP (High-frequency Active Auroral Research Program) pour envoyer des ondes radio de 9,6 mégahertz vers l’astéroïde 2010 XC15. HAARP est un programme de recherche financé par le gouvernement qui étudie généralement l’ionosphère (partie de l’atmosphère terrestre située entre 80 et 640 km au-dessus de la surface).

Cependant, ce sera la première fois qu’il sera utilisé pour examiner un astéroïde.

HAARP va creuser profondément dans l’astéroïde

Les astronomes émettent des ondes radio dans l’espace pour repérer les astéroïdes, déterminer leur forme, leur trajectoire, la structure de leur surface et bien d’autres caractéristiques. À cette fin, ils utilisent des ondes radio dont les fréquences se situent soit dans la bande S (2 000 à 4 000 MHz), soit dans la bande X (8 000 à 12 000 MHz).

Il est intéressant de noter que pour sonder 2010 XC15, les chercheurs utilisent des ondes de fréquence beaucoup plus basse (9,6 MHz) et de plus grande longueur d’onde car, cette fois, ils ne veulent pas seulement explorer la surface de l’astéroïde. Ils veulent savoir ce qu’il y a à l’intérieur.

Les informations sur l’intérieur des astéroïdes pourraient révéler des détails importants sur les dommages qu’ils pourraient causer et aider les scientifiques à élaborer une contre-stratégie efficace.

Expliquant cela plus en détail, le chercheur principal et ingénieur à la NASA, Mark Haynes, a déclaré : « Ce qui est nouveau et ce que nous essayons de faire, c’est de sonder l’intérieur des astéroïdes avec des radars et des radiotélescopes à grande longueur d’onde depuis le sol. Les longueurs d’onde plus grandes peuvent pénétrer à l’intérieur d’un objet. »

Il a ajouté : « Si vous connaissez la répartition de la masse, vous pouvez rendre un impacteur plus efficace car vous saurez un peu mieux où frapper l’astéroïde. »

Tous les yeux sur HAARP et 2010 XC15

Le 27 décembre, la distance entre 2010 XC15 et la Terre sera environ deux fois la distance entre la Terre et la Lune. HAARP émettra 9,6 millions d’ondes radio chaque seconde vers cette distance, et ce processus sera répété toutes les deux secondes.

Ce test est crucial car si les chercheurs parviennent à examiner 2010 XC15 en utilisant des ondes radio basse fréquence à une si longue distance. Ils pourraient alors facilement employer la même méthode pour analyser Apophis.

Bien que l’astéroïde de 2029 ait de fortes chances de manquer la Terre, les conséquences pourraient être catastrophiques dans le cas contraire.

Par exemple, en réponse à une FAQ qui explore la possibilité qu’Apophis frappe la Terre, The Planetary Society a écrit sur son site Web : « Apophis causerait une destruction généralisée jusqu’à plusieurs centaines de kilomètres de son site d’impact. L’énergie libérée serait égale à plus de 1 000 mégatonnes de TNT, soit des dizaines ou des centaines d’armes nucléaires. »

De plus, Apophis n’est qu’un seul astéroïde. De nombreux astéroïdes passeront à proximité de la Terre ou pourraient même la frapper à l’avenir. Les ondes radio basse fréquence pourraient jouer un rôle clé dans la compréhension de la composition de ces mystérieux objets spatiaux et, dans le même temps, nous aider à renforcer notre mécanisme de défense planétaire.

Toutefois, avant que tout cela ne se produise, HAARP et ses ondes radio basse fréquence devront passer leur premier test, prévu le 27 décembre.

Vous pouvez lire le communiqué de presse original de l’UAF ici.

 

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :