Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

L’île d’Epstein : Des preuves d’abus inédites

Nous disposons de documents nouvellement descellés – notamment les dépositions de Ghislaine Maxwell et de l’une de ses victimes – qui révèlent de nouveaux détails sur l’ampleur des abus et de la victimisation dont Jeffrey Epstein a été l’auteur. Ces documents proviennent de Giuffre v. Maxwell, une affaire civile déposée contre Maxwell en 2015 dans le district sud de New York.

Certaines des allégations plus larges ont déjà été rendues publiques. Sarah Ransome, qui a accusé Epstein et Maxwell d’abus qui ont eu lieu au début de sa vingtaine, a réglé un procès civil contre eux en 2018. Ransome a décrit publiquement certains de ces abus. Et il y a eu des rapports sur ce qui s’est passé à Little St. James, souvent appelé l’île d’Epstein.

Venons-en aux nouveaux détails, en commençant par le témoignage de Ransome, disponible ici. Elle a effectivement vécu dans un des appartements d’Epstein en 2006 avec quelques autres filles. Pendant cette période, elle a travaillé pour ce qu’elle a décrit comme une « agence » qui organisait des dîners payés avec des clients fortunés : « J’étais payée pour passer un dîner avec un gentleman ». Tout ce qui se passait après le dîner avec le client était fait de son « propre chef » et « après que cette période soit terminée. »

Ransome a été présentée à Epstein par l’une de ses associées (son nom est toujours caviardé), qui a décrit Epstein comme un riche « philanthrope » qui « se soucie vraiment des gens » et « veut vraiment les aider ». Elle était prête à rencontrer Epstein parce qu’elle avait des difficultés financières. Peu après avoir rencontré Epstein, Ransome a été invitée à voyager dans l’avion d’Epstein pour se rendre sur l’île d’Epstein. On lui a dit que « ce serait une semaine entre filles » et qu’elles allaient « s’amuser comme des folles » :

Q. Comment la rencontre en avion a-t-elle été organisée, si vous le savez ?

R. C’était à la dernière minute. Il m’a téléphoné et m’a dit que Jeffrey Epstein aimerait beaucoup que je vienne sur son île. Ça allait être tellement amusant, ça allait être une semaine de filles, il y avait beaucoup d’autres filles qui allaient y aller, on allait tellement s’amuser, etcetera, etcetera, etcetera.

Ce qui s’est passé pendant le vol – son premier vol avec Epstein – a dû être choquant pour Ransome. Elle décrit ce qui s’est passé après le décollage :

« Le reste des passagers dans le — je pense que c’est vers l’avant de l’avion où se trouvent tous les sièges — nous tous — tous les invités étaient — endormis. J’ai fait semblant de m’endormir.

Jeffrey s’est ensuite rendu – Jeffrey s’est rendu dans son – était dans son lit dans l’avion, en train de faire l’amour ouvertement pour que tout le monde puisse voir, en exposition. »

Ransome a fini par donner des massages à Epstein sur l’île. On lui avait dit qu’Epstein « aime les femmes, aime se faire masser » et que c’était « une bonne façon de se faire de l’argent supplémentaire ». Au début, les massages étaient relativement normaux. Puis ils se sont intensifiés jusqu’à devenir le type de « massage » pour lequel Epstein est maintenant connu – et qui a été effectué en grande partie sans le consentement de Ransome.

Elle a décrit ses expériences sur l’île d’Epstein comme étant constamment entourée de « belles jeunes personnes » et qu’il y avait « toujours des filles » pour rendre visite à « Jeffrey et Ghislaine ». Ransome a également décrit l’île comme ayant plusieurs bâtiments – une maison principale et ensuite divers bâtiments autour de l’île pour Epstein et ses invités :

« comme des petits abris où lui et ses invités avaient l’habitude d’avoir des relations sexuelles avec les filles, comme des lits installés pour un divertissement sexuel instantané ».

Il y avait un « afflux constant de filles » sur cette île. C’était une sorte de bordel. Selon Ransome :

« C’est comme, je suis sûr que si vous allez dans un bordel de prostituées et que vous voyez comment elles gèrent leur business, je veux dire, c’est juste une conversation générale sur qui va coucher avec qui et, vous savez — de quoi parlez-vous quand tout ce que vous faites est de coucher tous les jours en rotation ? Je veux dire, qu’y a-t-il à dire ? »

Elle a témoigné que toutes ces filles « semblaient être des adolescentes ». Elles « semblaient jeunes ». Une fille en particulier « semblait avoir bien moins de 18 ans ». Cette fille a dit à Ransome qu' »ils ont abusé d’elle sur l’île ». Une autre fille est sortie en courant de la chambre d’Epstein en pleurant et en disant qu’elle avait été « forcée d’avoir des relations sexuelles avec Jeffrey Epstein ».

Photographies non scellées d’Epstein à l’île Epstein, 2006

Photographies non scellées d’Epstein à l’île Epstein, 2006

Ransome a rencontré Ghislaine Maxwell lors d’un voyage ultérieur sur l’île d’Epstein. On lui a dit que Maxwell était « un personnage très dangereux et qu’elle avait des relations » et « de faire tout ce qu’elle me disait de faire ». Les filles devaient rendre compte à Maxwell. Ransome et d’autres filles étaient en fait intimidées par Maxwell et en avaient peur :

« J’ai rencontré beaucoup de filles qui avaient toutes la même opinion de Ghislaine ; nous avions toutes peur d’elle. Elle avait une relation très étrange avec Jeffrey et — oui, elle n’est pas une personne sympathique — je suis désolée, je sais qu’elle est votre cliente, mais elle n’est pas — elle n’est pas une personne sympathique et chaleureuse. »

Ransome a également décrit le rôle de Ghislaine Maxwell à l’île Epstein :

« Ghislaine était le bras droit de Jeffrey, donc, vous savez, tout ce que Jeffrey voulait passait par Ghislaine et filtrait ensuite. »

« Donc il y avait… tout le monde avait peur de Ghislaine. Toutes les filles avaient peur d’elle… »

« Et Jeffrey Epstein nous a dit d’écouter Ghislaine. Ghislaine était le principal bras droit de Jeffrey Epstein. Jeffrey Epstein nous a dit d’écouter Ghislaine. »

Maxwell aurait en fait aidé Epstein à gérer sa « rotation » sexuelle sur l’île :

Q. Et quand vous dites que vous étiez en rotation, vous voulez dire que vous aviez des relations sexuelles avec Jeffrey plusieurs fois par jour ?

R. Non. Quand j’avais fini, une autre fille était appelée par Ghislaine. Et quand elles avaient fini, une autre fille était appelée.

Q. Comment savez-vous qu’une autre fille était appelée par Ghislaine ?

R. Parce que j’étais là, je l’ai vu et entendu avec tous mes sens. J’ai vu Ghislaine appeler une autre fille, et elle m’a appelé elle-même, pour aller faire un massage sexuel à Jeffrey Epstein.

Q. Qu’est-ce que vous entendez par appeler ? Je pense que je pense à téléphone. C’est peut-être mon…

R. Non. Comme aller vers la personne et lui dire, Jeffrey veut te voir dans sa chambre, ce qui voulait dire que c’est à ton tour d’être maltraitée. Ce genre de chose.

++

D’autres parties non scellées de l’affaire civile concernent la déposition de Rinaldo Rizzo – quelque chose dont nous avons déjà parlé – qui a déclaré qu’Epstein et Maxwell étaient avec une jeune fille de 15 ans et avaient pris son passeport :

R. Que se passe-t-il ensuite lorsque Ghislaine Maxwell, Jeffrey Epstein et une jeune fille de 15 ans entrent dans la maison d’Eva Anderson ? « A. Elle se met à nous dire, à ma femme et à moi, et ce n’est pas – c’est du flottement, pas une conversation comme si j’avais une simple conversation. Que rapidement, j’étais sur une île, j’étais sur l’île et il y avait Ghislaine, il y avait Sarah, elle dit qu’ils m’ont demandé du sexe, j’ai dit non.

Et elle divague, et je suis comme quoi, et elle a dit – je lui ai demandé, j’ai dit quoi ? Et elle dit que oui, j’étais sur l’île, je ne sais pas comment je suis arrivée de l’île à ici. L’après-midi dernier ou dans l’après-midi, j’étais sur l’île et maintenant je suis ici. Et je lui ai demandé si elle avait un — cela n’a aucun sens pour moi, et j’ai dit que c’était fou, avez-vous un passeport, avez-vous un téléphone ? Et elle dit non, et elle dit que Ghislaine a pris mon passeport. Et j’ai dit quoi, et elle dit que Sarah a pris son passeport et son téléphone et les a donnés à Ghislaine Maxwell, et à ce moment-là elle a dit qu’elle était menacée. »

Il y a encore plus à venir. Actuellement, plusieurs « John Does » se battent contre la levée des scellés de leurs noms. Nous nous attendons à ce que ces noms soient dévoilés mais il y a un processus d’appel que nous devrons attendre.

Certains de ces hommes sont seulement mentionnés de manière fortuite dans l’affaire. D’autres ont été potentiellement impliqués dans les actes criminels d’Epstein. Nous publierons ces noms une fois qu’ils seront connus.

En attendant, si vous avez besoin de vous rattraper sur les détails de l’affaire Epstein/Maxwell, voici quelques bons endroits où commencer :

Traduction de The Reactionary par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :