Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

La Corée du Sud a fait feu et a déployé des avions après que le Nord a envoyé des drones près de Séoul

Un incident rare et extrêmement significatif s’est produit lundi le long de la frontière lourdement fortifiée qui sépare la péninsule coréenne. L’armée sud-coréenne a confirmé avoir tiré des coups de semonce et fait décoller des avions à réaction après l’envoi par le Nord de drones qui ont violé l’espace aérien souverain du Sud.

Il s’agirait du premier incident majeur de ce type depuis une demi-décennie. Séoul a également réagi en envoyant des avions de surveillance de l’autre côté de la frontière. Les drones nord-coréens ont pénétré profondément dans le territoire du Sud, entraînant l’interruption temporaire des vols commerciaux civils à Séoul et dans ses environs.

« L’armée sud-coréenne a détecté cinq drones nord-coréens traversant la frontière, et l’un d’entre eux s’est rendu jusqu’au nord de la région de la capitale sud-coréenne, qui se trouve à environ une heure de route, a déclaré l’état-major interarmées de la Corée du Sud », selon l’Associated Press.

« L’armée a répondu en tirant des coups de semonce et en lançant des avions de chasse et des hélicoptères d’attaque pour abattre les drones nord-coréens« , poursuit le rapport basé sur des déclarations militaires officielles. « Les hélicoptères d’attaque ont tiré une centaine de coups de feu, mais on ne savait pas immédiatement si l’un des drones nord-coréens avait été abattu, selon le ministère de la Défense. »

Un seul des cinq drones a été observé en train de retraverser la frontière nord-coréenne, tandis que les autres ont disparu des radars, selon l’état-major sud-coréen.

Parmi les contre-mesures de surveillance autorisées en réponse, les chefs d’état-major interarmées ont déclaré que leurs avions de surveillance ont photographié les installations nord-coréennes sensibles à partir desquelles les drones opèrent habituellement.

La réponse rapide du Sud à la violation de la frontière par les drones a entraîné l’écrasement d’un avion piloté. Séoul a indiqué qu’un de ses avions d’attaque légers KA-1 s’était écrasé au décollage, les deux pilotes s’étant éjectés en toute sécurité.

« Nos militaires répondront de manière approfondie et résolue à ce type de provocation nord-coréenne », a déclaré le général de division Lee Seung-o, porte-parole des chefs d’état-major interarmées sud-coréens, lors d’un point de presse.

Les tensions le long de la frontière militarisée ont déjà été élevées en raison du nombre record de missiles balistiques et autres lancés par Pyongyang cette année, dont une paire tirée la semaine dernière en direction du Japon. À quelques jours de l’échéance de 2022, les analystes ont recensé plus de 90 missiles tirés cette année.

« La Corée du Nord a lancé au moins 92 missiles balistiques et autres en 2022 – plus qu’au cours de toute année précédente », a comptabilisé le New York Times dans un nouveau rapport. « Chacun d’entre eux l’a été au mépris des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU qui interdisent au pays de tester des missiles balistiques, ainsi que des engins nucléaires. »

Le nouvel incident de lundi illustre à quel point les parties rivales de la péninsule coréenne sont proches de tirer sur les moyens militaires de l’autre à tout moment. Le régime de Kim Jong-Un a également exprimé sa colère à l’égard des récents exercices militaires américano-sud-coréens, au cours desquels des bombardiers américains à capacité nucléaire et des avions à réaction furtifs F-22 ont survolé la péninsule et les eaux régionales.

 

Source AD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :