Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

Le bureau de Pelosi était directement impliqué dans l’échec de la sécurité du 6 janvier, selon des SMS et des courriels

Le bureau de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a été directement impliqué dans le plan de sécurité du Capitole, dans lequel les fonctionnaires ont déclaré qu’ils avaient été « rejetés à maintes reprises » lorsqu’ils ont demandé les ressources nécessaires pour protéger le complexe du bâtiment lors de l’émeute du 6 janvier 2021.

Le bureau de Pelosi a-t-il fait échouer la police du Capitole ?

 

Selon un ensemble de messages textuels et électroniques rendus publics mercredi par les républicains de la Chambre des représentants, le Capitole a été laissé vulnérable le 6 janvier en raison de l’échec de la direction démocrate de la Chambre et des responsables de la police du Capitole, qui ont laissé les préoccupations relatives à l' »image » des officiers armés et des gardes nationaux prendre le pas sur un niveau approprié de personnel compte tenu des protestations évidentes qui allaient se produire.

Le rapport, compilé par les représentants républicains. Rodney Davis, Jim Banks, Troy Nehls, Jim Jordan et Kelly Armstrong, couvre les résultats de plusieurs mois d’enquête sur les événements du 6 janvier, que la commission J6, dirigée par les démocrates, n’a pas menée, rapporte Just the News.

« Les défaillances du leadership et des forces de l’ordre au sein du Capitole des États-Unis ont laissé le complexe vulnérable le 6 janvier 2021. L’enquête menée par les démocrates à la Chambre des représentants n’a cependant pas tenu compte de ces défaillances institutionnelles qui ont exposé le Capitole à la violence ce jour-là », conclut le rapport du parti républicain, qui souligne également que la police du Capitole a commencé à recevoir des avertissements spécifiques en décembre concernant des violences potentiellement importantes prévues contre le Capitole et les législateurs par des manifestants en colère qui prévoyaient de contester la certification des résultats des élections de 2020.

« Avant ce jour, la police du Capitole des États-Unis (USCP) avait obtenu suffisamment d’informations provenant de toute une série de canaux pour anticiper et se préparer aux violences qui se sont produites », peut-on lire dans le rapport. « Le 6 janvier 2021, des émeutiers criminels ont agressé des policiers, pénétré dans le Capitole des États-Unis, endommagé des biens et perturbé temporairement la certification des électeurs présidentiels et vice-présidentiels des États lors de la session conjointe du Congrès – un événement typiquement pro forma. »

Mais les révélations les plus explosives concernent des messages texte et des courriels montrant que deux membres clés du personnel du bureau de Pelosi ont participé à des réunions régulières pour discuter du plan de sécurité pour le 6 janvier, depuis début décembre 2020, et que le principal assistant de Pelosi a même modifié certains des plans. La plupart de ces discussions et réunions excluaient les législateurs républicains de la Chambre, note le rapport.
« Paul Irving, alors sergent d’armes de la Chambre, qui siégeait au conseil de la police du Capitole en vertu de son poste, a cédé aux pressions politiques du bureau de la présidente Pelosi et des dirigeants démocrates de la Chambre jusqu’au 6 janvier 2021 », indique le rapport. « Il a coordonné étroitement avec la présidente et son personnel et a laissé les républicains en dehors des discussions importantes liées à la sécurité. » -Just the News

« Notre rapport expose la partisanerie, l’incompétence et l’indifférence qui ont conduit à la catastrophe du 6 janvier et le rôle prépondérant que la présidente Pelosi et son bureau ont joué dans l’échec de la sécurité au Capitole », a déclaré le représentant Jim Banks. « Contrairement à la commission fictive du 6 janvier, les républicains de la Chambre ont produit un rapport utile qui assurera la sécurité des agents du Capitole et de l’USCP, sans pouvoir d’assignation et sans budget. »

Après les événements du 6 janvier, Pelosi a forcé le sergent d’armes de la Chambre Irving à démissionner, après quoi un membre du personnel de l’ancien bureau d’Irving a envoyé un courriel cinglant suggérant que la direction démocrate avait jeté Irving et le chef de la police du Capitole Steve Sund sous un bus pour couvrir leurs propres échecs à fournir une sécurité adéquate.

« La réaction instinctive de la présidente de la Chambre des représentants à l’événement sans précédent d’hier (et Dieu sait comment le Congrès vit pour ses réactions instinctes et au diable les conséquences futures . )… pour demander immédiatement votre démission… après que les crédits vous aient refusé à maintes reprises de fournir un équipement de sécurité adéquat au Capitole (et j’ai ÉCRIT plusieurs de ces témoignages, bon sang de bonsoir)… et pour vous blâmer personnellement parce que notre service faisait de son mieux avec ce qu’il avait et avec la taille relativement petite de notre service et les ressources limitées de nos agents… et parce que d’autres agences sont intervenues pour assurer la sécurité du Capitole. … et parce que d’autres agences sont intervenues pour aider juste un peu trop tard… encore une fois, pour le Congrès, exiger votre démission est spectaculairement injuste, inéquitable et injustifié« , a écrit le membre du personnel.

« Ce n’est pas votre faute. Ni de la faute de Sund. Si quoi que ce soit, les crédits devraient être mis à sec. »

(…)

Traduction de Just The News par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :