Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

858 millions de dollars pour associer la Syrie au Captagon

Le président Joe Biden a promulgué, le 23 décembre 2022, le Countering Assad’s Proliferation Trafficking And Garnering Of Narcotics Act, en acronyme « loi CAPTAGON » (H. R. 6265).

Officiellement, il s’agit de stopper le trafic de cette drogue de synthèse entre le Liban et l’Arabie saoudite. Officieusement, il s’agit de trouver un nouveau prétexte à l’acharnement des États-Unis contre la République arabe syrienne.

Depuis deux ans, alors que les Nations unies obtenaient l’aide de la Syrie contre les trafiquants, quantité d’articles de presse ont lié le trafic de Captagon libanais au président syrien Bachar el-Assad1.

Cette drogue a été introduite au Moyen-Orient par l’OTAN afin de procurer un sentiment d’invincibilité aux jihadistes2. Elle est constituée d’une molécule d’amphétamine unie à une molécule de théophylline par un pont éthyle.

Les États-Unis, après avoir perdu la guerre qu’ils menaient par le truchement des jihadistes, ont initié une nouvelle guerre, économique cette fois, à la République arabe syrienne sous prétexte que celle-ci pratiquerait la torture à grande échelle (Caesar Act). Le pays est assiégé de sorte qu’il est impossible, même pour les ONG humanitaires et pour les Nations unies d’y importer quoi que ce soit. Depuis que les approvisionnements provenant de Russie ont été interrompus par les sanctions contre Moscou, les Syriens n’ont plus de carburant, plus d’électricité (sauf 2 heures par jour) et commencent à souffrir de la faim. Il n’est donc pas possible d’y faire parvenir les composants du Captagon. On ne voit pas dans ces conditions comment le « régime » pourrait en fabriquer.

La loi CAPTAGON prévoit une campagne de presse internationale pour associer contre toute logique cette drogue au président el-Assad et pour populariser l’idée que la République arabe syrienne n’est qu’un narco-État. En outre, l’administration US devra produire des rapports à ce sujet. Cette campagne d’intoxication a été dotée d’un budget de 858 millions de dollars.

source : Réseau Voltaire

  1. Voir par exemple : « On Syria’s Ruins, a Drug Empire Flourishes », The New York Times ou encore « How Iran turned Syria into ‘the den of Captagon », Arab News. Plusieurs think tanks ou ONG ont également produit des rapports comme The Syrian Economy at War Part 3 Captagon, Hashish, and the Syrian Narco-State, Center for Operational Analysis and Research (COAR Global LTD), April 2021, ou encore The Al-Assad Regime’s Captagon Trade, Carnegie endowment for International Peace, october 2022, et surtout The Captagon Threat. A Profile of Illicit Trade, Consumption, and Regional Realities, New Lines Institute for Strategy and Policy, april 2022.
  2. « Comment la Bulgarie a fourni des drogues et des armes à Al-Qaïda et à Daesh », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 janvier 2016.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :