Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

Résumé de l’état d’altération et de la variabilité de la taille des MP dans l’enregistrement sédimentaire A. Boxplot de l’indice carbonyle dans le profil sédimentaire classé comme polyéthylène (bleu foncé) et polypropylène (bleu clair). (B) Représentation graphique de la variabilité de la taille (échelle logarithmique sur l’axe des ordonnées) dans la carotte sédimentaire. C. Augmentation de l’état d’oxydation des polymères, mesuré par l’indice de carbonyle, lorsque la taille des particules diminue (axe des y, échelle logarithmique). Crédit : Environmental Science & Technology (2022). DOI : 10.1021/acs.est.2c04264

Résumé de l’état d’altération et de la variabilité de la taille des MP dans l’enregistrement sédimentaire A. Boxplot de l’indice carbonyle dans le profil sédimentaire classé comme polyéthylène (bleu foncé) et polypropylène (bleu clair). (B) Représentation graphique de la variabilité de la taille (échelle logarithmique sur l’axe des ordonnées) dans la carotte sédimentaire. C. Augmentation de l’état d’oxydation des polymères, mesuré par l’indice de carbonyle, lorsque la taille des particules diminue (axe des y, échelle logarithmique). Crédit : Environmental Science & Technology (2022). DOI : 10.1021/acs.est.2c04264

La quantité totale de microplastiques déposés au fond des océans a triplé au cours des deux dernières décennies, avec une progression qui correspond au type et au volume de la consommation de produits en plastique par la société.

 

Telle est la principale conclusion d’une étude élaborée par l’Institut des sciences et technologies de l’environnement de l’Universitat Autònoma de Barcelona (ICTA-UAB) et le département de l’environnement bâti de l’université d’Aalborg (AAU-BUILD), qui fournit la première reconstruction à haute résolution de la pollution microplastique à partir de sédiments obtenus dans le nord-ouest de la Méditerranée.

Bien que le plancher océanique soit considéré comme le puits final des microplastiques flottant à la surface de la mer, l’évolution historique de cette source de pollution dans le compartiment sédimentaire, et en particulier le taux de séquestration et d’enfouissement des plus petits microplastiques sur le plancher océanique, est inconnu.

Cette nouvelle étude, publiée dans la revue Environmental Science and Technology, montre que les microplastiques sont conservés sans altération dans les sédiments marins, et que la masse de microplastiques séquestrée dans les fonds marins imite la production mondiale de plastique de 1965 à 2016.

« Plus précisément, les résultats montrent que, depuis 2000, la quantité de particules plastiques déposées sur les fonds marins a triplé et que, loin de diminuer, l’accumulation n’a pas cessé de croître imitant la production et l’utilisation mondiale de ces matériaux », explique Laura Simon-Sánchez, chercheuse à l’ICTA-UAB.

Les chercheurs expliquent que les sédiments analysés sont restés inchangés sur le plancher océanique depuis leur dépôt il y a plusieurs décennies. « Cela nous a permis de voir comment, depuis les années 1980, mais surtout au cours des deux dernières décennies, l’accumulation de particules de polyéthylène et de polypropylène provenant des emballages, des bouteilles et des films alimentaires a augmenté, ainsi que de polyester provenant des fibres synthétiques des tissus d’habillement », explique Michael Grelaud, chercheur à l’ICTA-UAB.

La quantité de ces trois types de particules atteint 1,5 mg par kilogramme de sédiments collectés, le polypropylène étant le plus abondant, suivi du polyéthylène et du polyester. Malgré les campagnes de sensibilisation à la nécessité de réduire le plastique à usage unique, les données issues des relevés annuels de sédiments marins montrent que nous sommes encore loin du compte. Des politiques au niveau mondial à cet égard pourraient contribuer à améliorer ce grave problème.

Bien que les microplastiques de petite taille soient très abondants dans l’environnement, les contraintes liées aux méthodes d’analyse ont limité les preuves solides sur les niveaux de microplastiques de petite taille dans les études précédentes ciblant les sédiments marins. Dans cette étude, ils ont été caractérisés en appliquant une imagerie de pointe pour quantifier les particules jusqu’à 11 µm de taille.

L’état de dégradation des particules enfouies a été étudié, et il s’est avéré qu’une fois piégées dans le plancher océanique, elles ne se dégradent plus, que ce soit par manque d’érosion, d’oxygène ou de lumière. « Le processus de fragmentation a lieu principalement dans les sédiments des plages, à la surface de la mer ou dans la colonne d’eau. Une fois déposé, la dégradation est minime, de sorte que les plastiques des années 1960 restent au fond de la mer, y laissant la signature de la pollution humaine », explique Patrizia Ziveri, professeur à l’ICTA-UAB.

La carotte de sédiments étudiée a été prélevée en novembre 2019, à bord du navire océanographique Sarmiento de Gamboa, lors d’une expédition qui est allée de Barcelone à la côte du delta de l’Ebre, à Tarragone, en Espagne. Le groupe de recherche a choisi la mer Méditerranée occidentale comme zone d’étude, en particulier le delta de l’Èbre, car les rivières sont reconnues comme des points chauds pour plusieurs polluants, dont les microplastiques. En outre, l’afflux de sédiments provenant de l’Èbre offre des taux de sédimentation plus élevés qu’en pleine mer.

Traduction de Phys.org par Aube Digitale*

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :