Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

© Gerald Henzinger/Survival

© Gerald Henzinger/Survival

Les fournisseurs de cuir de BMW et Jaguar Land Rover sont liés à la déforestation illégale sur le territoire de l’un des peuples non contactés les plus menacés au monde, selon une plainte officielle déposée aujourd’hui par Survival International

Deux entreprises italiennes, Pasubio et Gruppo Mastrotto, s’approvisionnent en cuir auprès de tanneries fournies par des ranchs bovins coupables d’occuper et de déboiser illégalement les terres de membres non contactés du peuple ayoreo du Paraguay. Ces Ayoreo sont les derniers autochtones non contactés d’Amérique du Sud en dehors de l’Amazonie, et les ranchs menacent leur existence même.

BMW, Jaguar Land Rover et bien d’autres achètent le cuir des deux entreprises pour fabriquer des intérieurs, des sièges et des volants.

© Survival

 

Ce lien est au cœur d’une plainte officielle déposée aujourd’hui par Survival International, en accord et avec l’autorisation des personnes contactées par Ayoreo, contre Pasubio au ‘Point de contact national’ (PCN) de l’Italie pour l’OCDE.

Il y a quelques semaines, Survival a envoyé des lettres de cessation et d’abstention aux deux sociétés, leur demandant de cesser ces importations. Le Gruppo Mastrotto a répondu en entamant un dialogue avec Survival, qui est toujours en cours, mais Pasubio n’a envoyé qu’un bref démenti. Survival a donc, en accord et avec l’autorisation du peuple ayoreo contacté, déposé une plainte officielle contre Pasubio dans le cadre des Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales.

Le lien entre le cuir utilisé dans l’industrie automobile et la destruction illégale de la forêt d’Ayoreo a été révélé pour la première fois dans une enquête d’Earthsight. Dans deux rapports, Grand Theft Chaco I and et Grand Theft Chaco II, Earthsight a révélé que près des deux tiers des peaux exportées du Paraguay sont destinées à des entreprises italiennes, principalement Pasubio, qui dépend pour plus de 90% de ses 313 millions d’euros de revenus annuels de l’industrie automobile.

La plainte déposée aujourd’hui indique que Pasubio semble avoir violé plusieurs principes des lignes directrices de l’OCDE, notamment ceux relatifs à la divulgation d’informations (III), aux droits humains (IV), à l’environnement (VI) et aux intérêts des consommateurs (VIII), et exige que la société cesse d’importer des peaux provenant de tanneries du Paraguay qui sont responsables et/ou impliquées dans la déforestation de la forêt d’Ayoreo.

© Simon Reeve/BBC

 

La responsable de la campagne pour les Ayoreo de Survival, Teresa Mayo, a déclaré aujourd’hui : « Le gouvernement paraguayen a cédé la majeure partie du territoire ancestral des Ayoreo à des entreprises agroalimentaires qui défrichent sans relâche la forêt : elles commencent par couper les précieux bois durs, puis elles y mettent le feu et enfin elles introduisent du bétail sur les terres défrichées. Les Ayoreo assistent à la destruction de leurs moyens de subsistance, de leur santé physique et mentale, voire de leur vie. Mais ils restent déterminés à lutter pour la pérennité de leur existence, aux côtés de leurs proches non contactés, qui sont contraints de vivre en fuyant les bulldozers dans des oasis de forêt qui se réduisent chaque jour davantage. »

Francesca Casella, directrice de Survival Italie, a déclaré aujourd’hui : « La demande de cuir de voiture devrait augmenter de plus de 5% par an jusqu’en 2027. Les clients et les consommateurs finaux doivent en être conscients, et puisque l’Italie est le plus gros acheteur mondial de cuir paraguayen, elle a le pouvoir et la responsabilité d’intervenir en cessant de faire des affaires avec les élevages de bétail qui opèrent illégalement dans les terres autochtones avec la connivence de politiciens et de fonctionnaires corrompus.

Tagüide Picanerai, un Ayoreo Totobiegosode, a déclaré aujourd’hui : « L’impact néfaste que la production de bœuf et de cuir a est la déforestation, et cela affecte les personnes vivant dans la région ]. Le cuir est comme un aspect caché de l’élevage, il n’est pas pris en compte car on ne parle que de la viande bovine, mais il affecte vraiment beaucoup les populations locales. Ce sont ceux qui produisent le bétail et l’exportent pour le vendre là-bas en Europe qui en profitent, mais ici, cela signifie la déforestation et le peuple ayoreo en souffre. »

Notes aux rédactions:

- Les Ayoreo sont plus de 5 000 et vivent au Paraguay et en Bolivie. Un sous-groupe, connu sous le nom d’ayoreo-totobiegosode, fait l’objet de cette plainte. La plupart des Ayoreo-Totobiegosode sont contactés et vivent dans des communautés sédentaires au Paraguay, mais certains ne sont toujours pas contactés.

- Les Ayoreo-Totobiegosode se battent pour la restitution de leurs terres ancestrales depuis 1993, date à laquelle ils ont présenté une revendication territoriale officielle au gouvernement.

- En 2001, le gouvernement du Paraguay a officiellement reconnu un territoire de 550 000 hectares dans la province d’Alto Paraguay comme Patrimoine naturel et culturel des Ayoreo Totobiegosode (PNCAT). Cependant, à ce jour, les autorités n’ont transféré que quelques dizaines de milliers d’hectares de titres fonciers aux Ayoreo, et elles continuent de violer à la fois l’injonction émise par la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) sur le territoire (qui exige de l’État du Paraguay qu’il protège et sauvegarde le PNCAT et les groupes non contactés qui y vivent en empêchant l’entrée de tiers et les contacts indésirables) ; et les résolutions émises en 2018 par l’Institut national des forêts (INFONA), qui interdisent toute déforestation à l’intérieur de la zone.

- La viande et les peaux du Paraguay sont responsables, par unité de poids, de plus de déforestation que toute autre matière première sur Terre (Grand Theft Chaco I, p. 36).

- La forêt du Chaco paraguayen est en train d’être détruite à l’un des rythmes les plus rapides de la planète.

- Vous trouverez ici quelques-unes des réponses des constructeurs automobiles à l’enquête initiale d’Earthsight.

 

Source SF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :