Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

Des doses du vaccin anti covid-19 de Pfizer et des fiches de vaccination attendent les patients pédiatriques au UW Medical Center – Roosevelt à Seattle, Washington, le 21 juin 2022. (David Ryder/Getty Images)

Des doses du vaccin anti covid-19 de Pfizer et des fiches de vaccination attendent les patients pédiatriques au UW Medical Center – Roosevelt à Seattle, Washington, le 21 juin 2022. (David Ryder/Getty Images)

Grâce à Elon Musk, le public sait maintenant que Twitter a supprimé les premières options de traitement pour le COVID-19, ainsi que les problèmes de sécurité du vaccina affirmé le Dr Peter McCullough dans une interview diffusée dans Newsmakers by NTD et The Epoch Times le 14 décembre.

 

En outre, grâce aux Twitter Files – une série de courriels et de communications internes rendus publics par Musk – le cardiologue a déclaré qu’il y avait des preuves que les agences gouvernementales travaillaient contre lui (McCullough) personnellement.

« Je n’ai enfreint aucune des règles de Twitter », a déclaré M. McCullough. « Et ce que nous apprenons, c’est que des courriels secrets entre des agences gouvernementales et Twitter travaillaient pour, dans un sens, me bannir à l’ombre, me censurer et inhiber ma capacité à exercer mes droits à la liberté d’expression et à diffuser des informations scientifiques. »

McCullough a déclaré que la prise de contrôle de Twitter par Musk est un « changement bienvenu », en particulier pour les professionnels de santé comme lui.

 

« Twitter était devenu une plateforme incroyablement partiale et censurée, où le public savait qu’il ne recevait pas un ensemble d’informations justes et équilibrées sur toute une série de développements – y compris le traitement précoce de l’infection par le SARS-COV2 et une vision équilibrée de la sécurité et de l’efficacité des vaccins », a affirmé M. McCullough.

Le cardiologue a également affirmé avoir été censuré et finalement suspendu pour avoir partagé des « résumés et des manuscrits » scientifiques, qui ne correspondaient pas à la vision politique acceptée. De plus, M. McCullough a fait remarquer qu’il n’était pas le seul médecin visé.

Musk a levé les suspensions de McCullough et du Dr Robert Malone, contributeur à la technologie des vaccins à ARNm – suspendu de Twitter en 2021 après avoir critiqué l’efficacité des vaccins à ARNm – après avoir terminé son achat de Twitter.

Médias sociaux et censure

Selon McCullough, lorsqu’une entreprise de médias sociaux affiche un avertissement relatif au COVID-19 ou qualifie un post de « mésinformation », c’est un signe de censure et de contrôle gouvernemental.

« Facebook, Instagram, et les autres plateformes. (…) Chaque fois qu’un message est posté, et qu’il est indiqué ‘Voir le centre d’information COVID’, ou qu’il est étiqueté ‘mésinformation COVID’, cela indique en fait qu’il y a une ingérence du gouvernement. Il y a une censure gouvernementale en cours », a affirmé M. McCullough.

Il ajoute que lorsqu’un utilisateur est témoin de ce qui précède, il doit dénoncer cette plateforme. En outre, M. McCullough estime qu’il faut une « révision complète » de la direction des médias sociaux et un « nettoyage » de toutes les formes de censure sur les sites de médias sociaux.

l a déclaré explicitement concernant les soins de santé qu’un arrêt passé de la Cour suprême des États-Unis garantissait aux médecins la liberté d’expression et l’autorité médicale, et que les plateformes de médias sociaux violaient cet arrêt.

 

« Les médecins, dont je fais partie, nos droits à la liberté d’expression ont été garantis par un arrêt de la Cour suprême. Nous avons une autorité médicale, et le public attend nos analyses et nos conseils pour le reste de cette pandémie. »

Mensonges sur les médicaments et les vaccins

En ce qui concerne la sécurité des vaccins et les réactions qu’il a reçues lorsqu’il a exprimé ses préoccupations, M. McCullough a déclaré : « Aucun médicament ou vaccin n’est exempt d’effets secondaires. Il n’y a pas de médicament ou de vaccin qui soit parfaitement efficace.

« Ainsi, lorsque les Américains ont vu des publicités qui disaient ‘sûr et efficace’, bien sûr, immédiatement, nous avons sauté sur l’occasion et fait valoir, sur la base de la littérature évaluée par les pairs, que ce n’était pas correct. »

McCullough a en outre indiqué que lui et l’auteur John Leake ont publié un livre intitulé « The Courage to Face COVID-19″ – détaillant l’histoire vraie de la « suppression intentionnelle du traitement précoce [du COVID-19] par ce que nous appelons le complexe biopharmaceutique. »

McCullough a expliqué que ce qu’il entendait par « complexe biopharmaceutique » est l’amalgame de Big Pharma, d’intérêts gouvernementaux et de fondations, y compris tout ce qui va jusqu’au Forum économique mondial.

Il a ajouté que ce complexe n’avait qu’une seule mission – la vaccination de masse – et qu’il avait donc délibérément enterré les traitements précoces « pour favoriser la stratégie vaccinale ». M. McCullough a reconnu que son allégation était « complexe et époustouflante », mais a déclaré que les Américains savent qu’il s’agit de la réalité et non d’une conspiration.

McCullough a également déclaré que la création d’un comité d’intégrité de la santé publique par le gouverneur républicain de Floride Ron DeSantis (apparemment pour s’assurer que les politiques ne suppriment pas les informations de santé publique à l’avenir) est une validation des médecins comme lui.

Les Twitter Files

Depuis qu’il a pris le contrôle de Twitter, Musk s’est fait de plus en plus entendre sur la transparence et la nécessité pour les gens de voir ce qui se passe dans les coulisses de l’entreprise technologique. À cette fin, il a publié des courriels secrets et des discussions sur le bannissement ou la suppression de comptes qui ne suivaient pas la ligne du parti.

Dans le cadre de son reportage, The Epoch Times a demandé au Département de la justice et au FBI de commenter les révélations sur les fichiers Twitter et leur implication dans les entreprises de médias sociaux.

Le bureau de presse national du FBI a répondu : « Le FBI collabore régulièrement avec des entités du secteur privé pour fournir des informations spécifiques aux activités subversives, non déclarées, secrètes ou criminelles d’acteurs étrangers malveillants identifiés.

Cette collaboration n’est pas fondée sur le contenu d’un message ou d’un récit particulier. Les entités du secteur privé décident indépendamment des mesures qu’elles prennent, le cas échéant, sur leurs plateformes et pour leurs clients après que le FBI les a informées. »

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :