Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

« Une alliance obscure » : Les Twitter Files de Musk ont exposé le Cinquième Pouvoir

Une alliance dangereuse. En 1787, Edmund Burke a déclaré qu’il y avait « trois pouvoirs au Parlement ; mais, dans la galerie des rapporteurs, là-bas, il y a un quatrième pouvoir plus important que tous les autres ». La notion d’un pouvoir vital au-delà de notre gouvernement a été importée dans le Nouveau Monde et constitue aujourd’hui une croyance fondamentale du libéral américain : il n’y a pas de peuple libre, nous dit-on souvent, sans une presse libre, indépendante du Congrès, des tribunaux et de notre président. Mais tout au long du XXème siècle, des milliers de médias se sont progressivement consolidés et, à l’aube de notre ère Internet, seuls quelques géants subsistaient. Ces géants partageaient en grande partie une seule et même perspective et, en accord approximatif avec la classe dirigeante, le quatrième pouvoir en est venu naturellement à servir le pouvoir plutôt qu’à le critiquer. Cette relation s’est métastasée en quelque chose de très proche de l’autoritarisme pendant la pandémie de Covid-19, lorsqu’un récit unique de l’État a été écrit par la presse, et impitoyablement appliqué par une cinquième et dernière source de pouvoir dans l’industrie technologique nouvellement dominante.

Il s’agissait d’une sombre alliance de domaines, dont les descriptions précises ont été tournées en dérision pendant des années comme étant délirantes, paranoïaques, voire dangereuses. Mais aujourd’hui, grâce à un seul milliardaire qui envoie des messages de m*rde, l’existence de l’appareil de censure décentralisé du parti unique ne fait plus aucun doute.

Il y a quelques semaines, alléguant la preuve que Twitter a agi avec un parti pris politique flagrant, et d’une manière qui a influencé les élections américaines ( !), Elon Musk a ouvert les communications internes de sa nouvelle société à une petite poignée de journalistes. Ils se sont immédiatement mis à briser une série d’histoires majeures qui ont réécrit l’histoire de la technologie de l’ère Trump. Pour faire court, les dirigeants de Twitter ont menti au public, sans relâche, pendant des années, et tout ce que les plus paranoïaques d’entre nous ont jamais dit sur la plateforme était vrai. « La confiance et la sécurité » est un euphémisme pour la censure politique, avec des équipes « d’experts » composées presque exclusivement des majors d’études de griefs les plus radicaux et sans joie que vous ayez jamais rencontrés au collège. Leur objectif est de remodeler la politique américaine en dominant les limites de ce que le public est autorisé à considérer comme la politique américaine. Dans ces efforts, ils ont en grande partie réussi.

Le 2 décembre, Matt Taibbi a partagé les conversations de l’équipe « confiance et sécurité » de l’entreprise qui ont conduit à la suppression par Twitter de la fameuse histoire de l’ordinateur portable d’Hunter Biden du New York Post. Bien qu’intéressante, la révélation la plus notable de Taibbi est apparue presque comme un à-côté : les deux principaux partis politiques, ainsi que la Maison Blanche, ont maintenu des lignes de communication directes avec Twitter, qu’ils ont utilisées pour demander officiellement le retrait de contenus de la plateforme. La société a répondu avec enthousiasme à nombre de ces demandes, et les exemples que nous avons (pour l’instant) proviennent du parti démocrate. Les critiques n’ont pas manqué de souligner que Trump était à la Maison Blanche à l’époque, bien que moins intéressé, pour une raison quelconque, par ce qu’il a – le cas échéant – retiré du site.

Le 6 décembre, Bari Weiss et ses collègues ont apporté la preuve de l’existence des listes noires secrètes de Twitter, dans lesquelles des sujets spécifiques et, plus problématiquement, des personnes ont été supprimés par l’équipe « confiance et sécurité ». La mise sur liste noire était effectuée pour une multitude de raisons nébuleuses qui se résumaient généralement à quelque chose comme « cela semble dangereux ». Le danger était, bien sûr, défini par des agents partisans, et visait exclusivement des positions codées à droite. Le scepticisme à l’égard de l’idéologie radicale du genre, la méfiance à l’égard de la politique publique du Covid, et presque tout ce qui a trait à l’intégrité de notre dernière élection figuraient en tête de liste.

Indépendamment de toute opinion sur la question de savoir si ces sujets, ou les fournisseurs de ces sujets, auraient dû être « bannis par l’ombre », la révélation qu’ils l’ont été est extrêmement importante car les censeurs de Twitter, avec leurs nombreux partisans dans la presse, ont nié l’existence de ces outils pendant des années.

Enfin, au cours de ces derniers jours, TaibbiMichael Shellenberger et Bari ont tous rapporté des éléments sur le déplafonnement de Donald Trump, qui est sans conteste le désamour numérique le plus célèbre de l’histoire. C’est aussi l’histoire la moins convaincante de la série. S’il est bon de savoir enfin ce qui s’est passé exactement, c’est en fait ce que tout le monde supposait : Trump n’a pas été banni pour avoir violé la politique. Trump a été banni parce que les employés de Twitter, qui ont donné littéralement 99 % de leurs contributions politiques au parti démocrate, ont exigé que cela soit fait sans tenir compte de leurs propres règles.

Dans l’ensemble, les Twitter Files – une histoire en cours – dressent le portrait d’un parti pris partisan clair et inévitable sur l’une des plateformes de prise de parole les plus dominantes de l’histoire. Une petite poignée de cadres très à gauche, qui percevaient naturellement la plupart des opinions de droite comme dangereuses, ont travaillé sans relâche pour les empêcher de paraître. Habilités à censurer les contenus « dangereux » et protégés par une équipe de personnes partageant leur orientation politique, ces cadres ont produit, de manière légale et décentralisée, un élément clé de notre appareil de censure étatique de fait. Bien que nous ne soyons pas certains que cela se produise également chez Google, Meta ou TikTok (qui, pour une raison ou une autre, est toujours autorisé à opérer dans ce pays), je pense qu’il est fort probable que nous soyons en présence d’un problème qui touche l’ensemble du secteur.

Mais j’ai quand même des interrogations.

Où se trouve la liste complète des comptes bannis ? Quelles campagnes politiques, en particulier, ont communiqué avec Twitter, et qu’est-ce qui a été retiré ? Qu’en est-il des demandes des gouvernements étrangers ? Qu’en est-il des demandes de notre propre gouvernement ? Nous devons savoir quelles agences gouvernementales, le cas échéant, ont vu leur contenu supprimé de la plateforme, et nous devons connaître la nature de ce contenu. Taibbi a fait allusion à la Maison Blanche de Trump – quelqu’un de l’administration Trump a-t-il demandé un takedown ? Qui a fait la demande ? Qui a reçu la demande ? Y a-t-il eu une réponse ? Qu’est-ce qui a été retiré, le cas échéant ?

La ligne de questionnement de Trump est, en particulier, quelque chose que l’on pourrait supposer attrayant pour les médias, qui ont mené une guerre totale contre le roi clown populiste au cours des sept dernières années. Hélas, la presse semble globalement désintéressée. Est-ce parce qu’ils ne croient pas que l’ancien président ait jamais fait de telles demandes, ou leur manque d’intérêt provient-il plutôt d’une peur de valider une histoire majeure que la plupart d’entre eux essaient actuellement d’encadrer – pour leurs propres raisons politiques évidentes – comme ne valant pas la peine d’être lue ?

Une brève sélection de positions de notre cher quatrième pouvoir : Toute cette histoire est un « dud » (The Washington Post) – pas de bombe ici ! (Forbes). Les Twitter Files, dans lesquels une poignée de partisans engagés censurent avec enthousiasme de larges pans de la base conservatrice, y compris un ancien président, prouvent en fait que l’entreprise n’était pas politiquement biaisée. En revanche, elle est maintenant biaisée contre les démocrates (New York Magazine). L’exposé d’Elon est un flop qui n’a pas d’importance. Il a également placé de multiples « experts en confiance et en sécurité » en danger de mort (The Verge, sans surprise). Et puis, mon préféré : il est bon de voir enfin les outils de liste noire dont je suis curieux depuis de nombreuses années, dont nous avons d’ailleurs toujours su qu’ils existaient, et qui n’ont donc aucune importance (The Atlantic).

L’accusation de bannissement fantôme a suscité de vives huées de la part de la presse, dont Charlie Warzel en particulier, un homme qui était auparavant d’avis que « Twitter ne shadow ban pas les républicains ». Maintenant, face à la preuve que la société a absolument banni les républicains, la position officielle est que nous utilisons le terme « shadow ban » de manière incorrecte.

Il s’agit d’un jeu de sémantique, dans lequel le public est entraîné dans la question épuisante et inutile de savoir dans quelle mesure la suppression invisible de la parole, précisément, constitue un « vrai » bannissement fictif, plutôt que dans les questions très importantes d’éthique et, franchement, de sécurité. En premier lieu, est-il juste de gérer un appareil de censure décentralisé et de rendre ses règles invisibles ? Ensuite, qu’arrive-t-il à un pays libre lorsque les limites d’un discours acceptable sont fixées par une petite cabale de flics partisans non élus ? Parce que j’ai le sentiment que la réponse n’est pas « la liberté ».

Il y a eu quelques opinions notables, quoique prudemment dissidentes, de la part d’éminentes voix des médias. Katie Notopoulos de Buzzfeed, Jeff Bercovici du Los Angeles Times et Mike Isaac du New York Times ont tous pris des positions quelque peu risquées en faveur de la transparence, qui n’est apparemment plus en vogue chez les journalistes, Jeff reconnaissant explicitement la nature importante des révélations. Mais je n’ai vu qu’un seul article réel, rédigé et publié par une entité médiatique raisonnablement grand public, embrasser un aspect quelconque des Twitter Files.

Anthony Fisher, rédacteur d’opinion au Daily Beast, a tourné autour du sujet et a maladroitement tenté de dissimuler son accord général sur l’importance de l’histoire derrière de nombreux paragraphes démontrant sa bonne foi en matière de haine des conservateurs. Mais en abordant la censure de Twitter, il a inclus la ligne importante suivante :

Et cette leçon est « Ne faites pas confiance (ou n’exigez pas) que les frères milliardaires de la technologie soient les arbitres de la vérité et de l’information. »

C’était un retour en arrière sur la position que la plupart des journalistes et des militants partageaient dans les jours précédant Donald Trump. Malheureusement, il n’a pas fallu longtemps pour qu’ils réalisent qu’ils avaient un allié politique dans les moniteurs de l’industrie technologique, et qu’ils entreprennent une prise de pouvoir nationale. Quoi qu’il en soit, si vous deviez dépouiller la position ci-dessus de tout son odieux langage tribal, elle se résumerait à ceci : aucun individu ne devrait contrôler les limites du discours acceptable. Je suis d’accord. Mais si l’on se concentre sur les « tech bro », non seulement on trahit un parti pris, mais on passe à côté d’un aspect essentiel de la technologie.

Le cinquième pouvoir est un type de pouvoir fondamentalement différent. Il est plus difficile à consolider que les médias, et plus difficile à contrôler que même notre gouvernement divisé à dessein. Son impact est également beaucoup plus difficile à prédire. En effet, la technologie est avant tout définie en termes de nouveauté, ce qui la rend non seulement perturbatrice du pouvoir préexistant, mais aussi destructrice de lui-même – une sorte d’anti-pouvoir qui ne garantit que le changement. La vraie sécurité. Notre ultime remise à zéro. La technologie, qui renforce considérablement la tyrannie en période de stagnation, est également notre arme la plus puissante contre la tyrannie en période d’innovation.

Alors que de nombreux géants de la technologie ont suivi la voie des médias en consolidant leur pouvoir, en se centralisant et en s’alignant sur l’État, l’avenir de la technologie est toujours le changement. Des discussions cryptées et de la blockchain à la recherche intelligente artificielle, chaque géant de la technologie qui a amassé du pouvoir au cours des deux dernières décennies sera confronté à des menaces existentielles dans les années à venir – non seulement du gouvernement, mais aussi de l’industrie.

En ce qui concerne Twitter, Elon exploite déjà les propriétés du cinquième pouvoir, et pas en utilisant les outils actuels pour amplifier ses propres opinions (une conspiration émergente). Il fait évoluer le produit plus rapidement que ce que nous avons vu depuis des années de la part de n’importe quelle grande entreprise technologique orientée vers le consommateur. Les essais et les erreurs ont été largement ridiculisés par des personnes qui n’ont jamais créé une entreprise technologique. Mais alors que ses détracteurs sont obsédés par ses capacités de censure, les expériences de plateforme d’Elon sont les choses réellement capables de modifier en profondeur le discours national. Le support est le message, et le support évolue. Tout ce qui fonctionne sur Twitter sera cloné. Les limites du discours acceptable vont changer, et tout cela n’aura rien à voir avec les tweets piquants d’Elon.

Mais à propos de ces tweets épicés –

Alors que les anciens seigneurs de Twitter sombrent dans l’hystérie avec des commentaires farfelus déclarant qu’Elon est un nazi, ou un partisan de la conspiration QAnon, ou toute autre connerie de loser déséquilibré, il est confronté à deux menaces importantes. Premièrement, il s’est clairement fait un ennemi de toutes les autres sources majeures de pouvoir, y compris en particulier le quatrième pouvoir. Cela aura un impact sur toutes les entreprises d’Elon, car elles ont toutes besoin du soutien du gouvernement et du public, et les opinions de notre gouvernement et de notre public sont encore façonnées, dans une large mesure, par les médias. Ce n’est pas une coïncidence si les dirigeants des entreprises technologiques les plus puissantes, de Mark Zuckerberg à Jeff Bezos en passant par Jack Dorsey, partagent un langage de neutralité soigneusement élaboré. Cet air de neutralité est la façon dont un roi se comporte, car l’air de neutralité est la façon dont un roi survit. En affichant son pouvoir plutôt qu’en l’occultant, Elon demande à être attaqué, et ses ennemis sont heureux de s’exécuter, même si les plateformes plus dominantes ne sont pas inquiétées.

Quelque 80 millions d’Américains utilisent TikTok, une société désespérément compromise par le parti communiste chinois. Connaissez-vous seulement le nom de son PDG ?

« Une alliance obscure » : Les Twitter Files de Musk ont exposé le Cinquième Pouvoir

Pour un homme qui contrôle les limites du discours acceptable pour un tiers des adultes du pays, il ne semble pas particulièrement intéressé à parler.

Le deuxième danger d’Elon est le danger bien plus redoutable que lui-même représente. Ce que les « Twitter Files » prouvent sans aucun doute, c’est que la censure à l’ère des médias sociaux est un pouvoir – un pouvoir réel et dangereux qui corrompt.

L’année dernière, Dorsey s’est présenté devant le Congrès et a déclaré que ni lui ni personne d’autre, et certainement pas un membre du gouvernement, ne devrait être autorisé à fixer les limites d’un discours acceptable pour l’ensemble du pays. Mais en l’absence d’alternative viable, quelqu’un doit porter l’anneau. Dans les textes divulgués de la récente saga juridique de Twitter, il est clair que Jack pensait qu’Elon était un digne intendant de ce formidable pouvoir, et, pour ce que cela vaut, je suis d’accord. Mais tant que la nation reste libre, les règles du cinquième pouvoir sont immuables. Le pouvoir arrive dans des mouvements ascendants dramatiques, et réinitialise le statu quo. Il ne durera pas – il ne peut pas – éternellement. Alors changez le monde, mais faites attention à la tentation, et faites bon usage de vos pouvoirs divins tant que vous les avez. Parce qu’ils ne durent jamais éternellement.

Traduction de Pirate Wires par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :