Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

Brésil: L'invasion des "Trois Pouvoirs" est-il un coup montés par les USA ?

Le coup d’État manqué au Brésil est le dernier coup monté par la CIA, au moment même où le pays noue des liens plus étroits avec l’Est.

Un ancien responsable des services de renseignement américains a confirmé que le coup d’État raté remix du Maïdan organisé à Brasilia le 8 janvier était une opération de la CIA, et l’a relié aux récentes tentatives de révolution de couleur en Iran.

Dimanche, des partisans présumés de l’ancien président de droite Jair Bolsonaro ont pris d’assaut le Congrès, la Cour suprême et le palais présidentiel du Brésil, contournant de fragiles barricades de sécurité, grimpant sur les toits, brisant des fenêtres, détruisant des biens publics, dont de précieux tableaux, tout en appelant à un coup d’État militaire dans le cadre d’un projet de changement de régime visant le président élu Luis Inacio « Lula » da Silva.

Selon la source américaine, la raison de la mise en scène de l’opération – qui présente des signes visibles de planification hâtive – est que le Brésil est prêt à s’affirmer de nouveau dans la géopolitique mondiale aux côtés des autres États BRICS, la Russie, l’Inde et la Chine.

Cela laisse penser que les planificateurs de la CIA sont des lecteurs assidus du stratège du Credit Suisse, Zoltan Pozsar, anciennement de la Fed de New York. Dans son rapport novateur du 27 décembre intitulé « War and Commodity Encumbrance », Pozsar affirme que « l’ordre mondial multipolaire est en train d’être construit non pas par les chefs d’État du G7, mais par le « G7 de l’Est » (les chefs d’État des BRICS), qui est en réalité un G5, mais que j’ai pris la liberté d’arrondir en raison de « l’expansion des BRICS ». »

Il fait ici référence aux rapports selon lesquels l’Algérie, l’Argentine et l’Iran ont déjà demandé à rejoindre les BRICS – ou plutôt sa version élargie « BRICS+ » – et l’Arabie saoudite, la Turquie, l’Égypte, l’Afghanistan et l’Indonésie ont également manifesté leur intérêt.

La source américaine a établi un parallèle entre le Maïdan de la CIA au Brésil et une série de manifestations de rue récentes en Iran, instrumentalisées par l’agence dans le cadre d’une nouvelle campagne de révolution de couleur : « Ces opérations de la CIA au Brésil et en Iran sont parallèles à l’opération menée au Venezuela en 2002 qui a connu un grand succès au départ, les émeutiers ayant réussi à capturer Hugo Chavez ».

Entrée en scène du « G7 de l’Est »

Les néocons straussiens placés au sommet de la CIA, quelle que soit leur affiliation politique, sont livides à l’idée que le « G7 de l’Est » – comme dans la configuration BRICS+ du futur proche – sortent rapidement de l’orbite du dollar américain.

Le straussien John Bolton – qui vient de faire savoir qu’il souhaitait se présenter à la présidence des États-Unis – exige désormais l’éviction de la Turquie de l’OTAN, alors que le Sud mondial se réaligne rapidement au sein de nouvelles institutions multipolaires.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et son nouvel homologue chinois, Qin Gang, viennent d’annoncer la fusion de l’Initiative Ceinture et Route (BRI), pilotée par la Chine, et de l’Union économique eurasiatique (UEE), pilotée par la Russie. Cela signifie que le plus grand projet de commerce, de connectivité et de développement du XXIe siècle – les nouvelles routes de la soie chinoises – est désormais encore plus complexe et ne cesse de s’étendre.

Cela ouvre la voie à l’introduction, déjà en cours de conception à différents niveaux, d’une nouvelle monnaie commerciale internationale visant à supplanter puis à remplacer le dollar américain. Outre un débat interne entre les BRICS, l’un des vecteurs clés est l’équipe de discussion mise en place entre l’UEE et la Chine. Lorsqu’elles seront terminées, ces délibérations seront présentées aux nations partenaires de l’UEE et, bien sûr, aux BRICS+ élargis.

Dans les années 2000, aux côtés du président russe Poutine et de l’ancien président chinois Hu Jintao, Lula a été l’un des principaux concepteurs d’un rôle plus important pour les BRICS, notamment en ce qui concerne les échanges commerciaux dans leurs propres monnaies.

Les BRICS en tant que « nouveau G7 de l’Est », tel que défini par Pozsar, sont au-delà de l’anathème – tant pour les néocons straussiens que pour les néolibéraux.

Les États-Unis sont lentement mais sûrement expulsés de la grande Eurasie par les actions concertées du partenariat stratégique Russie-Chine.

L’Ukraine est un trou noir où l’OTAN risque une humiliation qui fera passer l’Afghanistan pour Alice au pays des merveilles. Une UE faible, forcée par Washington à se désindustrialiser et à acheter du gaz naturel liquéfié (GNL) américain à un prix absurde, n’a pas de ressources essentielles à piller pour l’Empire.

D’un point de vue géoéconomique, cela laisse « l’hémisphère occidental », dominé par les États-Unis, et surtout l’immense Venezuela, riche en énergie, comme cible principale. Et géopolitiquement, l’acteur régional clé est le Brésil.

Le jeu néocon straussien consiste à tout faire pour empêcher l’expansion commerciale et l’influence politique de la Chine et de la Russie en Amérique latine, que Washington – sans tenir compte du droit international et du concept de souveraineté – continue d’appeler « notre arrière-cour ». À une époque où le néolibéralisme est si « inclusif » que les sionistes portent des croix gammées, la doctrine Monroe est de retour, sous stéroïdes.

Tout sur la « stratégie de la tension »

Les indices du Maïdan au Brésil peuvent être obtenus, par exemple, au Cyber Command de l’armée américaine à Fort Gordon, où ce n’est un secret pour personne que la CIA a déployé des centaines de moyens à travers le Brésil avant la récente élection présidentielle – fidèle au livre de jeu de la « stratégie de la tension ».

Les conversations de la CIA ont été interceptées à Fort Gordon depuis la mi-2022. Le thème principal était alors l’imposition du récit très répandu selon lequel « Lula ne pouvait gagner qu’en trichant ».

L’une des principales cibles de l’opération de la CIA était de discréditer par tous les moyens le processus électoral brésilien, ouvrant la voie à un récit préemballé qui est en train de s’effilocher : un Bolsonaro vaincu fuyant le Brésil et se réfugiant au manoir Mar-a-Lago de l’ancien président américain Donald Trump. Bolsonaro, conseillé par Steve Bannon, a effectivement fui le Brésil, sautant l’inauguration de Lula, mais parce qu’il est terrifié à l’idée de se retrouver en prison plus tôt que prévu. Et d’ailleurs, il est à Orlando, pas à Mar-a-Lago.

La cerise sur le gâteau rassis de Maïdan a été ce qui s’est passé dimanche dernier : la fabrication d’un 8 janvier à Brasilia reflétant les événements du 6 janvier 2021 à Washington, et bien sûr l’impression du lien Bolsonaro-Trump dans l’esprit des gens.

Le caractère amateur du 8 janvier à Brasilia suggère que les planificateurs de la CIA se sont perdus dans leur propre complot. Toute cette farce a dû être anticipée en raison du rapport de Pozsar, que tous ceux qui comptent ont lu sur l’axe New York-Beltway.

Ce qui est clair, c’est que pour certaines factions du puissant establishment américain, se débarrasser de Trump à tout prix est encore plus crucial que de paralyser le rôle du Brésil dans les BRICS+.

En ce qui concerne les facteurs internes du Maïdan au Brésil, pour emprunter au romancier Gabriel Garcia Marquez, tout marche et parle comme la Chronique d’un coup annoncé. Il est impossible que l’appareil de sécurité entourant Lula n’ait pas pu prévoir ces événements, surtout au vu du tsunami de signes sur les réseaux sociaux.

Il a donc dû y avoir un effort concerté pour agir en douceur – sans aucun gros bâton préventif – tout en émettant le babillage néolibéral habituel.

Après tout, le cabinet de Lula est une véritable pagaille, avec des ministres qui s’affrontent constamment et certains membres qui soutenaient Bolsonaro il y a encore quelques mois. Lula appelle cela un « gouvernement d’unité nationale », mais il s’agit plutôt d’un patchwork de mauvais goût.

L’analyste brésilien Quantum Bird, un spécialiste de la physique mondialement respecté qui est rentré chez lui après un long séjour dans les pays de l’OTAN, note qu’il y a « trop d’acteurs en jeu et trop d’intérêts antagonistes. Parmi les ministres de Lula, on trouve des bolonaristes, des néolibéraux-rentiers, des convertis à l’interventionnisme climatique, des praticiens de la politique identitaire et une vaste faune de néophytes politiques et d’arrivistes, tous bien alignés sur les intérêts impériaux de Washington ».

Des « militants » à la solde de la CIA qui rôdent

Un scénario plausible est que de puissants secteurs de l’armée brésilienne – au service des habituels groupes de réflexion néoconservateurs straussiens, plus le capital financier mondial – n’ont pas vraiment pu réussir un véritable coup d’État, compte tenu du rejet populaire massif, et ont dû se contenter au mieux d’une farce « douce ». Cela illustre à quel point cette faction militaire autoproclamée et hautement corrompue est isolée de la société brésilienne.

Ce qui est profondément inquiétant, comme le note Quantum Bird, c’est que l’unanimité de tous les milieux pour condamner le 8 janvier, alors que personne n’en assume la responsabilité, « montre comment Lula navigue pratiquement seul dans une mer peu profonde infestée de coraux aiguisés et de requins affamés ».

La position de Lula, ajoute-t-il, « décrétant une intervention fédérale tout seul, sans visages forts de son propre gouvernement ou des autorités compétentes, montre une réaction improvisée, désorganisée et amateur ».

Et tout cela, une fois de plus, après que des « militants » soutenus par la CIA aient organisé les « protestations » ouvertement sur les médias sociaux pendant des jours.

Le même vieux manuel de la CIA reste cependant à l’œuvre. La facilité avec laquelle il a été possible de renverser le Brésil, l’un des leaders naturels du Sud mondial, continue de nous étonner. Les tentatives de coups d’État, de changement de régime et de révolution colorée continueront à être jouées – rappelez-vous le Kazakhstan au début de l’année 2021 et l’Iran il y a seulement quelques mois.

Même si la faction autoproclamée de l’armée brésilienne peut croire qu’elle contrôle la nation, si les masses importantes de Lula descendent dans la rue en force contre la farce du 8 janvier, l’impuissance de l’armée sera imprimée de façon graphique. Et comme il s’agit d’une opération de la CIA, les manipulateurs ordonneront à leurs vassaux militaires tropicaux de se comporter comme des autruches.

L’avenir, malheureusement, est de mauvais augure. L’establishment américain ne permettra pas au Brésil, l’économie des BRICS au meilleur potentiel après la Chine, de revenir en force et en phase avec le partenariat stratégique Russie-Chine.

Les néocons et néolibéraux straussiens, chacals et hyènes géopolitiques certifiés, deviendront encore plus féroces à mesure que le « G7 de l’Est », Brésil compris, s’efforcera de mettre fin à la suzeraineté du dollar américain et que le contrôle impérial du monde disparaîtra.

Pepe Escobar

source : The Cradle

traduction Réseau International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :