Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

Campagne de dons - Janvier 2023

Chers amis lecteurs. 2023 devrait être une année majeure dans le dévoilement de tous les mensonges qui ont permis à certaines puissances de prendre le contrôle de toute l’humanité. Autre que les guerres économique et militaire, la guerre médiatique est de plus en plus virulente et la nécessité pour les médias alternatifs d’être prêts à y faire face est plus qu’urgente.

WikiStrike désire monter en puissance, avec de nouveaux moyens nous permettant d’être au rendez-vous des grands chamboulements qui nous attendent. Pour y parvenir, nous avons besoin de vous et de votre soutien. 

 
 
 
 

 

 

 

 

ICI

Mnesuel ou unique

Coïncidences : On a arrêté le Médiator pour moins que ça

L’année 2022 s’est achevée sur un constat : de nos jours, il n’y a plus un seul lieu qui soit vraiment sûr et si, jadis, le lit constituait l’endroit où l’on mourait le plus, il est clair qu’à présent, la mort peut frapper bien plus soudainement, à n’importe quel moment, plusieurs fois devant un ballondans des hôpitauxà la télé ou dans une voituresur le plancher des vaches ou en plein vol commercial… Décidément, la mort subite concerne maintenant tout le monde, tout le temps et aucun endroit n’est épargné.

La communauté scientifique a été, un temps, quelque peu déconcertée : pourquoi diable observe-t-on une telle recrudescence de ces morts soudaines ? Oh, bien sûr, il est évident que la presse, toujours friande de sensations fortes (et définitives) s’empresse de rapporter toutes ces occurrences même lorsqu’il n’y a, en réalité, rien d’anormal à tel point que la titraille n’hésite plus à se parer d’un « soudainement » même lorsqu’il s’agit de personnes âgées ayant amplement passé l’espérance de vie, ce qui noie malencontreusement les autres cas où des enfants, des adolescents ou de jeunes adultes en pleine santé décident de ne pas se réveiller un beau matin sans prévenir.

Cependant, après de minuscules minutieuses recherches, la communauté scientifique et les experts de médias de grand chemin se sont ressaisis, et des explications solides ont été trouvées : il devient maintenant assez clair que, depuis quelques mois, ces morts soudaines sont liées au changement climatique – eh oui, les températures trop chaudes ou trop froides déclenchant apparemment des crises cardiaques inopinées, c’est ainsi… Ou alors, à une surconsommation de caféde jeux vidéos ou d’édulcorants.

Une chose est certaine : tout ceci n’a absolument aucun lien, même vague, avec quelque expérience que ce soit en cours à l’échelle de toute la population, et tout au plus peut-on parler de coïncidence.

Toute coïncidence bue, on doit cependant noter que les occurrences de myocardites et de péricardites ont clairement augmenté dans la population occidentale sur (au moins) les douze derniers mois (comme on pourra le constater sur ces deux études, s’ajoutant aux nombreuses autres parvenant aux mêmes conclusions), à tel point d’ailleurs que ces deux termes, quasiment inconnus du grand public avant 2021, sont devenus bien plus courants.

Et le problème, c’est justement lorsqu’on commence à éplucher les expériences personnelles, les témoignages maintenant nombreux, les études, les chiffres et les statistiques qui s’accumulent un peu partout, on revient à la conclusion (déjà mentionnée à plusieurs reprises dans ces colonnes par le passé) que ces vaccins présentent maintenant des taux d’effets secondaires trop élevés pour qu’on puisse continuer à les administrer comme on le fait encore actuellement.

Cette affirmation ne devrait, en ce début d’année 2023, plus faire débat et ne devrait faire mousser aux lèvres que ceux qui continuent de braire « sûrs et efficaces » en refusant les éléments factuels, pourtant assez peu complotistes, qui s’accumulent en ce sens ; en effet, sans même lancer la moindre hypothèse sur des effets iatrogènes à plus long terme, l’expérience actuelle sur les injections à ARNm aurait été jugée il y a quelques années beaucoup trop risquée compte tenu du profil de risque actuel.

Historiquement, des vaccins présentant des profils d’effets indésirables beaucoup plus faibles ont déjà été retirés, comme celui contre la grippe porcine de 1976 qui a été interrompu en raison d’un risque de syndrome de Guillain-Barré de 1 sur 100 000. Avec 1 risque de myocardite pour 3000 injections, on est bien au-delà.

Par exemple, en Allemagne, il apparaît assez clairement que l’augmentation des myocardites se produit après l’introduction des injections ARNm, et pas du tout au moment de l’épidémie de COVID elle-même : les taux de myocardite ont bondi de plus de 75% après le début des campagnes de vaccination. On aura du mal à pousser ça dans les bras du COVID tant ces myocardites ont chuté au début de la pandémie et ont même continué à baisser pendant quelques mois par la suite (de mai à septembre 2020)…

Du reste, le schéma est globalement le même en France, où l’année 2020 fut plutôt normale en terme de myocardites, au contraire de 2021 :

Or, de façon intéressante, les autorités sanitaires allemandes ont clairement attribué la mort de plus de 250 personnes aux injections ARNm. Pour rappel, les autorités françaises avaient attribué 30 décès au Médiator sur la période de 1976 à 2009 et cela avait suffit à en retirer l’autorisation de mise sur le marché, et avait conduit les mêmes autorités à lancer des poursuites contre le laboratoire Servier qui produisait ce médicament à l’époque. On connaît la suite.

Devant les chiffres actuels où plus de 250 personnes en Allemagne sont mortes directement à cause de ces injections (et au moins autant en France), n’est-il pas grandement temps d’en demander l’arrêt, et de s’interroger sur la pertinence de poursuites judiciaires alors que ces chiffres sont en réalité connus depuis des mois et que chaque semaine qui passe augmente mécaniquement la probabilité de nouveaux décès ?

D’autant que, pendant qu’on s’interroge finement sur les risques (avérés maintenant) de problèmes au muscle cardiaque provoqués par ces injections expérimentales, les recherches continuent sur leur mode opératoire exact. Il faut en effet comprendre que les affirmations commerciales de Pfizer et de Moderna ont été progressivement battues en brèche : alors que leur produit devait empêcher infection et transmission, la réalité s’est jouée des brochures sur papier glacé. Alors que le produit ne devait pas quitter la zone d’injection, on a commencé à le retrouver un peu partout dans le corps. Alors qu’il n’était censé être produit que pendant quelques semaines, plus aucun représentant officiel de ces entreprises ne s’aventure à donner une période précise pendant laquelle la protéine de pointe est produite : un mois, trois mois, un an, dix, allez savoir…

Et surtout, alors que cette protéine de pointe ne devait pas se retrouver dans le noyau cellulaire, des études (dont celles de Pfizer) montrent qu’elles se retrouvent effectivement dans le noyau… Ce qui est très problématique puisque tout indique à présent que cette spike est assez fermement antagoniste à la production de la protéine p53. Cette dernière est très importante dans la réparation cellulaire, et empêche à ce titre l’apparition ou le développement de cancers dans notre corps.

L’avenir nous dira si l’on arrive encore à justifier la rapidité avec laquelle ces injections furent lancées sur le marché puis quasiment imposées, de façons plus ou moins vicieuses, à une vaste portion de la population. L’année 2023 permettra certainement d’y voir plus clair.

Parions cependant que d’autres morts soudaines émailleront l’actualité…

source : Hashtable

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :