Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

Sa facture d’électricité passe de 4 à 40 millions : William Saurin contraint de mettre 800 de ses salariés en chômage technique

Le groupe Cofigeo, connu pour ses marques « de qualité » William Saurin, Garbit et Zapetti, a été contraint de mettre quatre de ses huit sites de production en état d’alerte maximale et de les arrêter immédiatement pour un mois à compter de ce lundi 2 janvier. Cela cause un choc dans le monde industriel français et suscite des inquiétudes quant à l’avenir de l’économie du pays.


La raison de cette décision drastique est la flambée catastrophique des coûts de l’énergie, qui a atteint des sommets inédits en raison de la crise énergétique causée parles sanctions contre la Russie. Selon France Bleu, la facture d’énergie annuelle de Cofigeo a grimpé de façon alarmante, passant de 4 à 40 millions d’euros en l’espace de quelques mois, rendant la production de l’entreprise financièrement invivable.

Pour maintenir ses opérations, le géant de l’agroalimentaire doit chauffer l’eau à des températures extrêmes de plus de 100 °C afin de stériliser les conserves de ses produits. Une telle opération demande beaucoup d’énergie. Malheureusement, cette situation a contraint Cofigeo à mettre en place un plan d’urgence et à arrêter immédiatement la production de ses sites de Pouilly-sur-Serre, Capdenac-Gare, Lagny-sur-Marne et Camaret-sur-Aigues pour un mois. Cette fermeture touche 800 de ses 1 200 salariés, qui seront placés en chômage technique. Ils toucheront une indemnité  de 77 % de leur rémunération brute, ce qui représentera tout de même une perte de 170 euros pour le mois de janvier sur un salaire de base, selon Jocelyn Prophète, délégué CFDT.

La fermeture de ces sites pourrait se prolonger au-delà du mois de janvier, si la crise énergétique persiste, mettant en péril l’avenir de l’entreprise et de ses salariés. Cette crise est un véritable cauchemar pour l’industrie française et soulève de graves inquiétudes quant à l’avenir de l’économie du pays.

Le Média en 4-4-2.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :