Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

Dans un article sur le « Nouvel ordre mondial », George Soros préconise l’utilisation de soldats d’Europe de l’Est afin de « réduire le risque de sacs mortuaires pour les pays de l’OTAN »

Alors que la guerre en Ukraine fait rage, il ne fait aucun doute que le coût humain a été énorme pour l’Ukraine, y compris ce qui est probablement plus de 100 000 soldats qui sont morts dans des opérations de combat.

Cependant, un homme a prédit une grande partie de ce qui s’est passé dans la bataille à l’est de l’Europe : George Soros.

L’oligarque financier milliardaire, souvent présenté comme un humaniste, a promu une stratégie géopolitique dure dans son article de 1993 intitulé « Toward a New World Order : The Future of NATO ».

Dans un article sur le « Nouvel ordre mondial », George Soros préconise l’utilisation de soldats d’Europe de l’Est afin de « réduire le risque de sacs mortuaires pour les pays de l’OTAN »

Dans cet article, il explique comment les Européens de l’Est pourraient être utilisés comme « main d’œuvre » dans les conflits à venir afin de réduire le nombre de morts dans les pays occidentaux, ce que, selon Soros, l’Occident ne tolérerait pas politiquement, contrairement à l’Est de l’Europe.

« Les États-Unis ne seraient pas appelés à jouer le rôle de gendarme du monde. Lorsqu’ils agiraient, ils le feraient en conjonction avec d’autres. Au demeurant, la combinaison de la main-d’œuvre d’Europe de l’Est avec les capacités techniques de l’OTAN renforcerait considérablement le potentiel militaire du Partenariat, car elle réduirait le risque de housses mortuaires pour les pays de l’OTAN, qui constitue la principale contrainte à leur volonté d’agir. C’est une alternative viable au désordre mondial qui s’annonce », écrit Soros dans l’article.

Soros reconnaît que les pays de l’OTAN n’ont aucun appétit pour les « sacs mortuaires », mais sa déclaration indique implicitement que les Européens de l’Est peuvent remplir ce rôle.

Ce que Soros a décrit semble se dérouler exactement comme il l’avait prédit concernant la guerre en Ukraine. Armés d’armes haut de gamme de l’OTAN, les soldats ukrainiens s’opposent activement à la Russie, dont Soros craignait déjà qu’elle ne devienne une nation nationaliste opposée à l’ordre mondial dont il faisait la promotion en 1993. Les puissants pays occidentaux disposent des armes nécessaires, et l’Ukraine de la main-d’œuvre. Le fait que Soros ait déjà vu le potentiel de ce que cette symbiose pourrait produire sur le champ de bataille des décennies à l’avance renforcera probablement sa réputation de penseur stratégique calculateur – et peut-être impitoyable.

Comme Soros l’avait prédit, la société ukrainienne semble tolérer le nombre élevé de morts dans son conflit actuel avec la Russie. Pendant la guerre du Viêt Nam, les États-Unis ont perdu 58 220 hommes en l’espace d’environ 10 ans, et pourtant, la guerre a suscité une forte opposition de la part du public américain. Malgré un nombre de morts bien plus élevé sur une période bien plus courte, la société ukrainienne n’a pas vu beaucoup de protestations.

L’absence de protestations en Ukraine peut également être favorisée par le fait que l’Ukraine a mis en suspens la majeure partie de la société civile, a interdit les partis et les médias d’opposition, et a même proscrit l’Église orthodoxe russe. Un autre facteur clé du point de vue de la société sur le conflit est le fait que la guerre se déroule sur le sol ukrainien, ce qui constitue un facteur très motivant pour les soldats ukrainiens.

Tous ces corps ukrainiens ont bien sûr coûté cher à la Russie, dont les cimetières se remplissent aussi vite, voire plus. Les chiffres exacts des pertes de part et d’autre ne sont pas officiels et sont probablement inexacts, mais la guerre coûte cher aux deux nations en termes de vies humaines.

Dans le même article, Soros appelle à un « nouvel ordre mondial ». Ce terme est souvent tourné en dérision par les médias de l’establishment qui le considèrent comme une théorie du complot, mais Soros l’utilise ouvertement. En outre, dans l’article, le nouvel ordre mondial qu’il appelle de ses vœux est remarquablement mondialiste et centralisé. En d’autres termes, il s’agit exactement du type de nouvel ordre mondial contre lequel ses détracteurs, tels que le Premier ministre hongrois Viktor Orbán, mettent en garde depuis plus d’une décennie.

« Par conséquent, la seule base d’action est la sécurité collective. Et c’est là que réside le problème. L’effondrement de l’empire soviétique a créé un problème de sécurité collective de la plus haute gravité. Sans un nouvel ordre mondial, il y aura du désordre, c’est clair. Mais qui sera le gendarme du monde ? C’est la question à laquelle il faut répondre », écrit Soros.

Dans son article, Soros expose un certain nombre de ses théories, faisant référence aux sociétés ouvertes et fermées ainsi qu’à la « théorie du changement révolutionnaire », qu’il dit avoir également appliquée aux marchés financiers. Le milliardaire décrit comment la dissolution de l’Union soviétique a présenté de nouveaux défis en matière de sécurité mondiale, mais aussi des opportunités.

La mission initiale était de défendre le monde libre contre l’empire soviétique. Cette mission est obsolète, mais l’effondrement de l’empire soviétique a laissé un vide sécuritaire qui pourrait se transformer en « trou noir ». Cette situation présente un type de menace différent de celui de l’empire soviétique. Il n’y a pas de menace directe de la région pour les pays de l’OTAN ; le danger est à l’intérieur de la région, et il concerne les conditions à l’intérieur des États autant que les relations entre les États. Par conséquent, si l’OTAN a une mission quelconque, c’est de projeter sa puissance et son influence dans la région, et cette mission se définit le mieux en termes de sociétés ouvertes et fermées.

Les sociétés fermées fondées sur des principes nationalistes constituent une menace pour la sécurité, car elles ont besoin d’un ennemi, qu’il soit extérieur ou intérieur. Mais la menace est d’un caractère très différent de celle pour laquelle l’OTAN a été conçue, et une approche très différente est nécessaire pour combattre cette menace. Elle implique la construction d’États démocratiques et de sociétés ouvertes et leur intégration dans une structure qui exclut certains types de comportement.

Soros écrit également dans son article que l’OTAN se hâte d’accorder l’adhésion à des pays d’Europe centrale et orientale avant que « la Russie ne se redresse ». Soros semble considérer que l’OTAN transgresse activement la Russie à une époque où le pays était encore dans le chaos après la chute du communisme.

« Les pays d’Europe centrale réclament à cor et à cri une adhésion complète à l’OTAN dès que possible, de préférence avant que la Russie ne se rétablisse. La Russie s’y oppose, non pas parce qu’elle nourrit des visées sur son ancien empire, mais parce qu’elle ne voit aucun avantage à y consentir. Sa fierté nationale a été blessée et elle en a assez de faire des concessions sans avantages correspondants », écrit M. Soros.

L’activiste milliardaire fait également un certain nombre d’autres propositions dans le document, notamment celle d’offrir l’adhésion à l’OTAN au Japon, son objectif étant la création d’un « nouvel ordre mondial. »

« Il faudrait demander au Japon de rejoindre l’OTAN. Nous aurions alors les prémices d’une architecture pour un nouvel ordre mondial. Elle est basée sur les États-Unis en tant que superpuissance restante et sur la société ouverte en tant que principe d’organisation. Elle consiste en une série d’alliances, dont la plus importante est l’OTAN et, à travers l’OTAN, le Partenariat pour la paix qui ceinture l’hémisphère nord« , écrit-il.

Traduction de Remix News par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :