Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

Des documents montrent que les CDC ont sciemment omis de mentionner des événements indésirables graves dans les enquêtes post-vaccination

Des documents montrent que les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) n’ont pas inclus les effets indésirables graves tels que les inflammations cardiaques dans les enquêtes post-vaccination, alors que l’agence savait que ces problèmes pouvaient être liés aux vaccins COVID-19.

Avant même que les enquêtes ne soient déployées en décembre 2020, après l’autorisation des premiers vaccins, les CDC savaient que la myocardite – une forme d’inflammation cardiaque dont il a été confirmé depuis qu’elle est causée par les injections de Pfizer et Moderna – et d’autres événements indésirables graves présentaient un « intérêt particulier » en ce qui concerne les vaccins, selon une version récemment divulguée du protocole du système d’enquête.

Le protocole (pdf) du 19 novembre 2020 pour V-safe, le système d’enquête, mentionne la myocardite, l’accident vasculaire cérébral, le décès et une douzaine de « conditions médicales prédéfinies ». Le protocole a été obtenu par le Réseau d’action pour le consentement éclairé (Informed Consent Action Network, ICAN), un organisme à but non lucratif qui recherche la transparence autour des informations de santé. Toutes ces affections peuvent provoquer des symptômes graves.

-safe est un système d’enquêtes qui a été introduit pendant la pandémie de COVID-19 pour contrôler la sécurité des vaccins. Il a été développé et est géré par les CDC.

Les versions actualisées du protocole énumèrent les mêmes 15 événements indésirables.

Aucune de ces affections ne figurait dans les enquêtes proprement dites.

Les personnes interrogées pouvaient cocher des cases si elles présentaient certains symptômes, mais seuls 10 problèmes de moindre importance, tels que la fièvre et les nausées, figuraient parmi les options proposées.

« Il est profondément troublant que les CDC construisent V-safe d’une manière qui ne lui permette pas d’évaluer facilement le taux de préjudice lié aux événements indésirables que les CDC avaient déjà identifiés comme pouvant être causés par ces produits », a déclaré Aaron Siri, un avocat représentant l’ICAN, au Epoch Times. « Cela remet en question ce que les CDC essayaient réellement d’accomplir avec V-safe. Essayaient-ils d’évaluer la sécurité réelle de ces produits ? Ou essayaient-ils de concevoir un système qui serait plus susceptible de confirmer ses précédentes déclarations publiques concernant la sécurité de ces produits ? »

Les CDC n’ont pas répondu à une demande de commentaire pour cet article.

Les données V-Safe enfin rendues publiques

Les CDC ont lancé V-safe en décembre 2020. Les Américains ont été invités à utiliser les enquêtes, qui ne sont disponibles que sur les smartphones, pour signaler comment ils se sentaient après la vaccination.

« Grâce à V-safe, vous pouvez rapidement dire aux CDC si vous avez des effets secondaires après avoir reçu le vaccin COVID-19 », indiquait une affiche de promotion de l’outil.

Les utilisateurs devaient indiquer comment ils se sentaient, s’ils avaient de la fièvre, leur température et les symptômes les plus courants. On leur demandait également s’ils étaient incapables de travailler ou de vaquer à leurs occupations quotidiennes, et s’ils avaient besoin de soins médicaux.

Environ 10 millions de personnes se sont inscrites jusqu’au 31 juillet 2022.

Les CDC ont décrit les résultats de V-safe dans de multiples études, mais ont refusé de divulguer les données brutes jusqu’à ce que l’ICAN intente un procès contre eux. Les données communiquées à l’ICAN en octobre 2022 ont montré que plus de 3,2 millions de personnes ont consulté un médecin ou ont manqué l’école, le travail ou d’autres activités normales après la vaccination.

Les CDC ont publié certaines des données v-safe le 1er décembre 2022, plusieurs mois après le délai qu’il s’était lui-même imposé.

Cacher les entrées en texte libre

Les utilisateurs de V-safe pouvaient signaler les événements indésirables graves, mais uniquement s’ils les écrivaient dans un champ de texte libre.

L’invite était la suivante : « Tout autre symptôme ou problème de santé que vous souhaitez signaler. »

Les CDC se sont opposés à la publication des résultats du champ, insistant sur le fait qu’il serait trop onéreux d’examiner les 6,8 millions d’entrées pour y rechercher des informations personnelles identifiables (PII), selon un rapport d’étape conjoint présenté au tribunal en novembre 2022.

L’agence a refusé la demande de l’ICAN de fournir un échantillon aléatoire de quelques centaines d’entrées, ce qui, selon les plaignants, étayerait leur argument selon lequel les entrées ne contiennent probablement que peu ou pas d’informations personnelles identifiables telles que des noms et des adresses.

Les entrées sont importantes car elles montreraient combien de personnes interrogées ont déclaré avoir subi les événements indésirables préspécifiés, comme une inflammation cardiaque.

Les CDC ont proposé d’examiner toutes les entrées et de les convertir en codes médicaux, selon le dépôt.

« Il était apparemment disposé à le faire parce que, même si cela aurait pris plus de temps et aurait été plus complexe que de simplement vérifier les DPI, cette approche aurait permis aux CDC de cacher au public la plupart de ce qui est réellement écrit dans les champs de texte libre », a déclaré ICAN dans le document.

Lire la suite ici

 

Sources : Zero Hedge, Zachary Stieber via The Epoch Times – Traduit par Anguille sous roche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :