Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

Emmanuel Macron annonce une enveloppe de 413 milliards d’euros de financement des armées pour les sept années à venir

Le président Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi les grandes orientations de la future loi de programmation militaire 2024-2030, placée sous le signe de la « transformation des armées » sur fond de retour de la guerre en Europe.

Après la réparation des armées, vient le temps de sa transformation. Alors que la guerre en Ukraine a mis en lumière des faiblesses dans le dispositif militaire français, Emmanuel Macron a profité de ses vœux aux forces armées, ce vendredi, pour annoncer l’ère d’une « économie de guerre ».

Pour se préparer à des guerres « plus brutales, plus ambiguës ». Et pour y répondre, « il faut de grands moyens ». Le président de la République a d’abord rappelé la géographie des tensions avant de dévoiler les grandes orientations de la future loi de programmation militaire 2024-2030. Parmi elles, le montant consacré à la défense sur les sept prochaines années atteindra les 400 milliards d’euros.

En comparaison, la loi de programmation militaire 2019-2025 prévoyait un budget de 295 milliards d’euros. Au total, ces deux LPM auront conduit à un doublement des moyens des armées. « C’est un effort considérable, sans précédent depuis cinq décennies », reconnaît le chef d’État.

 

Hausse du budget du renseignement de 60 %


Car la guerre en Ukraine a tout changé. Elle a poussé la France, et les Européens les plus rétifs, à consacrer plus d’argent à leur défense. « Ces efforts seront dans les années qui viennent à proportion de dangers, c’est-à-dire considérables, a affirmé Emmanuel Macron au début de son discours. Les menaces sont multiples et s’agrègent plutôt qu’elles ne se succèdent. » C’est pourquoi le budget du renseignement augmentera de 60 % sur sept ans.


La nouvelle loi de programmation militaire mettra l’accent sur la souveraineté, à travers le renforcement de sa dissuasion nucléaire. « C’est ce qui fait de la France un pays différent en Europe. Il nous faut la défendre avec force, cela signifie mieux la faire comprendre à ceux qu’elle interroge », a déclaré le chef d’Etat. Ainsi, les efforts de modernisation de la dissuasion nucléaire française (auxquels 5,6 milliards d’euros de crédits de paiement sont consacrés en 2023) seront poursuivis.

 

Drones et défense sol-air


Le chef d’Etat a également plusieurs fois évoqué l’élargissement du recours aux drones pour combler les lacunes dans ce domaine. Les capacités cyber seront donc « très sensiblement renforcées », tout comme la surveillance des drones.

Pour faire face à l’expansionnisme de la Chine en Asie-Pacifique, l’Outre-mer fera l’objet d’« investissements supplémentaires » pour pouvoir « donner un coup de griffe à celui qui voudrait s’en prendre à nos intérêts », a fait valoir l’Élysée.

 

Doubler le nombre de réservistes


« N’oublions jamais que notre Nation est un archipel, souligne Emmanuel Macron. Nos outre-mers ne doivent jamais quitter notre regard. De ce tableau des périls, il est logique de prévoir et anticiper, se préparer au monde qui vient. Intégrer l’ère du drone, investir dans le quantique, décupler l’intelligence humaine par l’intelligence artificielle », a-t-il énuméré.

La France compte également renforcer ses moyens de défense sol-air et sa capacité de frappe dans la profondeur. Soucieux de renforcer la « force morale » de la nation, le chef de l’État a enfin pour objectif de doubler le nombre de réservistes, au nombre de 40 000 actuellement. Sur ce point, Emmanuel Macron apportera plus de détails « dans les semaines à venir ».

 

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :