Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

La couche d’ozone se régénère, limitant le réchauffement de la planète

Il est à noter que le réchauffement climatique n'est étrangement pas l'exclusivité de notre planète Terre, l'ensemble des planètes du système connaît exactement la même dynamique.

Un groupe scientifique soutenu par les Nations unies et chargé d’évaluer les effets du protocole de Montréal de 1989 – un accord international visant à éliminer progressivement les substances appauvrissant la couche d’ozone – a constaté que la couche d’ozone continue de se renforcer et que, par conséquent, la Terre évitera un réchauffement planétaire de 0,3 à 0,5°C d’ici 2100.

En vertu de l’accord de 1989, 99 % des produits chimiques destructeurs d’ozone, dont les chlorofluorocarbones (CFC) qui permettaient autrefois de conserver la fraîcheur des réfrigérateurs, ont été interdits en raison de l’amincissement de la couche d’ozone – également appelé « trou dans la couche d’ozone » – au-dessus de l’Antarctique.

Selon le rapport, dans une quarantaine d’années, l’amincissement du trou en Antarctique sera complètement inversé. Le trou beaucoup plus petit au-dessus de l’Arctique devrait se résorber beaucoup plus tôt, rapporte la DW.

La couche d’ozone se régénère, limitant le réchauffement de la planète

D’ici 2066, le trou d’ozone de l’Antarctique devrait retrouver sa taille de 1980, tandis que le trou de l’Arctique fera de même vers 2045. L’amincissement de la couche d’ozone dans les autres régions du globe devrait se rétablir d’ici 2040.

Outre les CFC, les produits chimiques destructeurs d’ozone tels que les halons, le méthylchloroforme, le tétrachlorure de carbone, les hydrochlorofluorocarbures (HCFC) et le bromure de méthyle étaient autrefois abondants dans les réfrigérateurs, les climatiseurs, les aérosols, les solvants et les pesticides.

Ces composés attaquent l’ozone en libérant des atomes de chlore et de brome qui dégradent les molécules d’ozone dans la stratosphère.

Depuis que ces substances ont été interdites, la diminution des concentrations de chlore et de brome a contribué à limiter l’exposition humaine aux rayons UV nocifs du soleil qui peuvent provoquer un cancer de la peau, des cataractes et affaiblir le système immunitaire. -DW

« Grâce à un accord mondial, l’humanité a évité une catastrophe sanitaire majeure due aux rayons ultraviolets qui se déversent à travers un trou massif dans la couche d’ozone », a déclaré le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, le 16 septembre dernier, lors de la Journée mondiale de l’ozone.

Des répercussions sur le changement climatique ?

 

Dans le même temps, dans un avantage marginal qui ne fera probablement pas taire les écologistes, le panel a affirmé l’impact positif du traité sur le climat.

« En protégeant les plantes des rayons ultraviolets, en leur permettant de vivre et de stocker du carbone, il a évité jusqu’à 1°C supplémentaire de réchauffement de la planète », a déclaré le chef des Nations unies, Antonio Guterres, qui a salué l’impact du protocole sur l’ozone et le climat, ajoutant qu’il s’agissait d’un modèle d’action mondiale « universellement ratifié et résolument mis en œuvre ».

« Ce n’est qu’en reproduisant ailleurs la coopération et la rapidité d’action du protocole de Montréal que nous pourrons mettre un terme à la pollution au carbone qui réchauffe dangereusement notre monde », a poursuivi M. Guiterres. « Le Protocole de Montréal est un succès car, lorsque la science a découvert la menace à laquelle nous étions tous confrontés, les gouvernements et leurs partenaires ont agi. »

 

Source AD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :