Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

Campagne de dons - Janvier 2023

Chers amis lecteurs. 2023 devrait être une année majeure dans le dévoilement de tous les mensonges qui ont permis à certaines puissances de prendre le contrôle de toute l’humanité. Autre que les guerres économique et militaire, la guerre médiatique est de plus en plus virulente et la nécessité pour les médias alternatifs d’être prêts à y faire face est plus qu’urgente.

WikiStrike désire monter en puissance, avec de nouveaux moyens nous permettant d’être au rendez-vous des grands chamboulements qui nous attendent. Pour y parvenir, nous avons besoin de vous et de votre soutien. 

 

 

ICI

Paypal (sécurisé)

 

 

___________________________________________________________________

Le Conseil d’Oxford va tester un verrouillage climatique à partir de 2024

par Géopolitique Profonde

Un projet authentique de parquage d’être humains

Essai par Eric Worrall – Première publication JoNova.

Imaginez que vos politiciens fous de pouvoir aiment tellement les verrouillages Covid qu’ils veulent les poursuivre indéfiniment.

Cela va être testé dans le Oxfordshire en Grande-Bretagne.

« Le conseil du comté d’Oxfordshire adopte un  « essai » de verrouillage climatique qui débutera en 2024 :

Le conseil du comté d’Oxfordshire a approuvé hier des plans visant à enfermer les résidents dans l’une des six zones afin de « sauver la planète » du réchauffement climatique.

La dernière étape du projet de « ville en 15 minutes » consiste à placer des barrières électroniques sur les principales routes d’entrée et de sortie de la ville, afin de confiner les habitants dans leur propre quartier. »

Si les habitants veulent sortir de leur zone, ils devront obtenir l’autorisation du Conseil, qui décidera qui est digne de liberté et qui ne l’est pas.

Dans le cadre du nouveau système, les résidents seront autorisés à quitter leur zone au maximum 100 jours par an, mais pour pouvoir le faire, chaque résident devra enregistrer les détails de sa voiture auprès du conseil, qui suivra ensuite leurs mouvements grâce à des caméras intelligentes dans toute la ville.

Le communisme améliorera notre temps.

Le conseil du comté d’Oxfordshire, qui est dirigé par les travaillistes, les libéraux-démocrates et les verts, a secrètement décidé de diviser la ville d’Oxford en six districts de « 15 minutes » en 2021, peu après leur élection.

Dessin du Forum Économique Mondial.

Chaque résident sera tenu d’enregistrer sa voiture auprès du conseil du comté, qui contrôlera ensuite le nombre de fois où il quittera son district grâce à des caméras de reconnaissance des plaques d’immatriculation.

Et ne pensez pas que vous pouvez contourner le système si vous avez deux voitures. Ces deux voitures seront comptées comme une seule, ce qui signifie que vous devrez répartir les trajets entre vous. 2 voitures de 50 trajets chacune ; 3 voitures de 33 trajets chacune et ainsi de suite.

Lire la suite ici

***

Cette histoire est tellement folle que j’ai voulu la corroborer. Il s’agit de la même histoire publiée dans lOxford Mail ;

Les filtres à circulation diviseront la ville en six quartiers « 15 minutes », selon un conseiller municipal chargé des routes.

Les barrages routiers empêchant la plupart des automobilistes de traverser le centre-ville d’Oxford diviseront la ville en six quartiers « de 15 minutes », a déclaré un responsable des déplacements du conseil départemental.

Et il a insisté sur le fait que ce plan controversé serait mis en œuvre, que les gens l’apprécient ou non.

Duncan Enright, membre du cabinet du conseil du comté d’Oxfordshire chargé des déplacements et de la stratégie de développement, a expliqué les propositions de filtres de circulation de l’autorité dans une interview au Sunday Times.

Il a déclaré que les filtres transformeraient Oxford en « une ville où il faut 15 minutes » pour accéder aux services locaux dans un rayon de marche très court.

Les gens peuvent conduire librement dans leur propre quartier et peuvent demander un permis pour conduire à travers les filtres, et dans d’autres quartiers, jusqu’à 100 jours par an. Cela équivaut à une moyenne de deux jours par semaine.

Lire la suite ici

Le conseiller Duncan Enright, membre du cabinet du conseil du comté d’Oxfordshire chargé des déplacements et de la stratégie de développement. Image : Conseil du comté d’Oxfordshire.
***
L’Oxfordshire et les détails de son concept de « ville de 15 mn », inspirée de Anne Hidalgo…

L’Oxfordshire est le siège de l’Université d’Oxford, l’un des principaux établissements d’enseignement de Grande-Bretagne.

Les États communistes comme l’Union soviétique et la Chine semblent adorer les restrictions de mouvement et les passeports internes.

À mon avis, la Grande-Bretagne se rapproche du communisme pur et dur depuis au moins un demi-siècle.

Il était donc inévitable qu’une tentative soit faite à un moment donné pour introduire des restrictions de mouvement à la chinoise pour les Britanniques.

À mon avis, les revendications climatiques ne sont qu’une excuse, une tentative de détourner les critiques de leur autoritarisme.

J’adorerais écrire que l’Université d’Oxford est en colère, que les universitaires d’Oxford sont indignés par cette tentative de restreindre la liberté des gens, mais jusqu’à présent, je n’ai pas découvert une seule expression d’indignation publique de la part des universitaires.

Pendant près de mille ans, l’université d’Oxford a été le phare de la liberté intellectuelle.

Un certain nombre de grands intellectuels d’Oxford ont été pendus ou autrement persécutés au cours des siècles, en raison de leur résistance à l’autoritarisme. Il est donc incroyablement triste que les héritiers de cette fière tradition semblent si désireux de tourner le dos aux libertés que leurs prédécesseurs ont parfois sacrifié leur vie pour défendre.

Le concept de « 15 Minute City » mentionné par le conseiller Duncan Enright est intimement lié aux objectifs de durabilité et de climat.

Extrait de Introduction à la « ville 15 min » – Durabilité, résilience et identité du lieu dans les futures villes post-pandémiques :

« … Le succès de ce concept, tel qu’il a été démontré dans la ville de Paris sous la direction du maire Anne Hidalgo, a été salué comme un puissant concept d’urbanisme qui conduira à une relance économique, tout en apportant une cohésion et une interaction sociales et en aidant à créer des écosystèmes durables dans les villes, surtout après les expériences de COVID-19 et les mesures de confinement associées.

Si certaines des caractéristiques du concept de « ville en 15 minutes » ont été temporairement adoptées dans différentes villes après les impacts du COVID-19, son adoption dans la planification à long terme se traduirait par une meilleure qualité de vie, car la proximité des services de base permettrait d’économiser le temps perdu dans le trafic, favorisant ainsi la mobilité durable ».

Cela contribuera aux efforts visant à réduire les émissions, comme le prévoit l’accord de Paris, et à promouvoir une production culturelle plus élevée, entre autres. Par exemple, en repensant le système de transport pour créer davantage de rues cyclables et piétonnes, les problèmes liés à la possession d’une voiture privée seront en quelque sorte résolus, car ils seront réduits si davantage de personnes adoptent la culture du vélo.

Traffic sur Botley Road.

En outre, comme l’exprime Reimer, l’adoption du concept de « ville en 15 minutes » ouvrira également la voie à des innovations numériques plus originales, telles que les technologies de partage de vélos, qui augmenteront les expériences de haute qualité de vie des résidents urbains.

Par exemple, comme l’exprime Gehl, le fait de « repenser les villes pour faciliter la marche et le cyclisme inspirerait à son tour la création de parcs, de places et de lieux publics au sein des quartiers et, ce faisant, contribuerait à combler l’inégalité sociale dans l’accès à ces installations, qui ne sont pas toujours disponibles pour tous dans une ville dépendante de la voiture. »

Balkaniser les villes en quartiers plus petits, comme les quartiers dans « The Hunger Games », causera à mon avis des dommages économiques substantiels, et réduira les contacts sociaux et la coopération entre les différentes régions des villes qui ont été manipulées de cette façon.

L’intérêt de vivre en ville, pour les personnes qui le souhaitent, réside dans le large éventail de possibilités et de ressources économiques et sociales qu’offre la vie urbaine.

Mais comme ils l’ont dit à maintes reprises, les concepts traditionnels de prospérité et de croissance économique ne sont pas les objectifs fondamentaux des « deep greens ».

source : Géopolitique Profonde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :