Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

Le Forum économique mondial déclare que la « mésinformation » est l’un des principaux « risques internationaux »

Le groupe pro-censure a publié un nouveau rapport à l’occasion de son événement annuel.

Le Forum économique mondial (FEM) a publié un rapport, citant, dans le cadre de sa réunion annuelle, la « mésinformation et la désinformation » parmi les principaux « risques » mondiaux dans un rapport couvrant la période des deux prochaines années, et de la prochaine décennie.

 

De nos jours, les concepts mal, voire pas du tout, définis de « mésinformation et de désinformation » sont souvent utilisés par les gouvernements et les médias (sociaux) qu’ils influencent, simplement comme une excuse « universelle » pour censurer l’information et étouffer la liberté d’expression.

Mais dans le discours des élites réunies par le FEM, la « mésinformation et la désinformation » sont au même niveau que la crainte d’un conflit mondial, d’une inflation incontrôlée, de la sécurité alimentaire et d’autres catastrophes réelles qui pourraient frapper le monde dans les années à venir.

Et maintenant – que l’on soit d’accord ou non avec la vision de la planète du FEM, telle qu’elle est exposée dans le « Global Risks Report 2023 » – où le « changement climatique » et les « actions » liées à cette théorie jouent également un rôle très important – ce qui est vraiment intéressant, c’est de voir ce que le FEM pense qu’il faut faire face à ce qu’il identifie comme des problèmes clés.

Le rapport du FEM indique que la technologie va en fait « exacerber les inégalités », tandis que l’angle « cybersécurité » reste une grande préoccupation.

L’avenir, tel que prévu par le groupe, voit la technologie comme l’une des cibles centrale

N’hésitant jamais à utiliser des mots à la mode, le FEM mentionne des éléments tels que l’IA et l’informatique quantique, ainsi que la biotechnologie, comme des secteurs qui devraient se développer grâce aux investissements publics (c’est-à-dire militaires) et privés dans la recherche et le développement.

L’avenir dystopique effrayant dans lequel l’IA, la biotechnologie et l' »informatique quantique » gagnent en importance et dans lequel de plus en plus d’argent est investi est décrit dans le rapport comme une « solution partielle à toute une série de crises émergentes, qu’il s’agisse de faire face à de nouvelles menaces pour la santé et à une pénurie de capacités de soins de santé, de renforcer la sécurité alimentaire ou d’atténuer les effets du changement climatique ».

Mais cela ne sera vrai que pour les pays capables de dépenser de l’argent pour faire face aux « risques » futurs – les autres, c’est-à-dire les pays pauvres dont la souveraineté est mal définie, peuvent s’attendre à encore plus d’inégalités.

Il semblerait, cependant, que le FEM ne considère pas cela comme un point négatif en soi. Cette partie du rapport note ensuite que ces technologies comportent « également » des risques, qui vont de « l’aggravation de la mésinformation et de la désinformation à une évolution rapide et ingérable des emplois de cols bleus et blancs ».

Traduction de Reclaim The Net par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :