Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

Le noyau interne de la Terre en rotation a récemment fait une pause puis a changé de direction

elon de nouvelles recherches menées par une équipe de Pékin, le noyau interne de la Terre pourrait être en train de faire l’équivalent planétaire d’un « 180 ». D’après des décennies d’activité sismique, le noyau interne pourrait avoir récemment marqué une pause, voire être en train de s’inverser lentement.

Image d’entête : le noyau interne de la Terre est constitué principalement de fer solide et peut tourner séparément des parties extérieures de la planète. (Johan Swanepoel/ SPL)

Selon les chercheurs dans leur nouvelle étude (lien plus bas) :

Nous présentons ici de surprenantes observations qui indiquent que le noyau interne a presque cessé sa rotation au cours de la dernière décennie et qu’il pourrait connaître un renversement dans une oscillation multidécennale, avec un autre point d’inflexion au début des années 1970.

Le noyau interne solide se trouve dans un noyau externe liquide plus grand, il n’est pas complètement dépendant de ce que fait la planète externe (comme le manteau).

 

Représentation artistique des couches de la Terre (pas à l’échelle) : la croute, le manteau, noyau externe, noyau interne. (Freepik)

Inversion noyau terrestre 2 23

Il est important de comprendre le fonctionnement des noyaux interne et externe, car ils semblent tous deux liés à la génération du champ magnétique terrestre. La rotation du noyau interne est entraînée par le champ magnétique généré dans le noyau externe et équilibrée par les effets gravitationnels du manteau.

Savoir comment le noyau interne tourne pourrait expliquer comment ces couches interagissent. Cependant, les scientifiques ne sont pas encore parvenus à s’accorder sur la vitesse de cette rotation, ni sur sa variation. Ils ont d’abord pensé que le noyau interne pouvait tourner plus vite que la surface de la planète. Puis il fut plus lent, tandis qu’une étude publiée l’année dernière par des chercheurs de l’Université de Californie du Sud suggérait qu’il pourrait même osciller sur un cycle de six ans.

 

Dans une précédente étude, des chercheurs de l’Université de Californie du Sud ont identifié l’année dernière un cycle de six ans de super et de sous-rotation dans le noyau interne de la Terre, contredisant les modèles précédemment acceptés qui suggéraient qu’il tournait constamment à un rythme plus rapide que la surface de la planète. (Edward Sotelo/ USC)

Inversion noyau terrestre 1 23

Yi Yang et Xiaodong Song ont analysé la différence de forme d’onde et de temps de parcours des ondes sismiques provenant de séismes presque identiques qui ont traversé le noyau interne de la Terre en suivant des trajectoires similaires depuis les années 1960.

Ils ont constaté que, depuis 2009 environ, les trajectoires qui présentaient auparavant des variations temporelles significatives ont peu changé, ce qui, selon eux, indique que la rotation du noyau interne a marqué une pause.

 

Représentation des ondes sismiques se propageant à l’intérieur de la planète. Les ondes sont réfractées lorsqu’elles atteignent une couche ayant des paramètres physiques différents. (Wikimedia)

Inversion noyau terrestre 3 23

L’équipe a remonté le temps jusqu’à la fin des années 60 et au début des années 70 et elle suggère que cela pourrait être lié à une inversion de la rotation du noyau interne faisant partie d’une oscillation de sept décennies, le précédent retournement ayant eu lieu au début des années 70.

Si tel était le cas, cela concorderait également avec certaines observations au niveau géophysique, notamment la façon dont le champ magnétique évolue dans le temps et les variations de la durée d’un jour terrestre.

Selon les chercheurs dans leur étude :

Ces observations fournissent des preuves d’interactions dynamiques entre les couches de la Terre, depuis l’intérieur le plus profond jusqu’à la surface, potentiellement dues au couplage gravitationnel et à l’échange de moment angulaire du noyau et du manteau vers la surface.

L’étude publiée dans Nature Geoscience : Multidecadal variation of the Earth’s inner-core rotation.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :