Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

Les vaccins contre le COVID sont « manifestement dangereux » et devraient être interdits immédiatement, affirment des médecins suédois de premier plan

Cette décision fait suite à une déclaration publique d’un groupe de cinq médecins suédois de haut niveau qui, en collaboration avec le Dr Johan Eddebo, chercheur dans le domaine de la numérisation et des droits de l’homme, lancent l’alerte à propos des vaccins contre le Covid, qu’ils décrivent comme « manifestement dangereux ». Ils affirment qu’il faut « arrêter immédiatement » la vaccination de masse en attendant des « enquêtes approfondies » sur l’incidence réelle et la gravité des effets indésirables.

La véritable nature et l’étendue des dommages causés par les vaccinations de masse sans précédent contre le COVID-19 commencent tout juste à apparaître clairement. Des revues scientifiques de premier plan ont enfin commencé à publier des données corroborant ce que la communauté des chercheurs clandestins a observé au cours des deux dernières années, notamment en ce qui concerne les problèmes complexes de suppression immunitaire.

 

Des chiffres vraiment inquiétants concernant à la fois les naissances et la mortalité apparaissent également.

En ce moment, un nouveau variant Omicron, prétendument super-contagieux, fait la une des journaux. Sous-variant de la souche XXB, cette souche posséderait des capacités d’évasion immunitaire précisément du type de celles que certains chercheurs indépendants avaient prédites à la suite de la fixation antigénique étroite des vaccinations de masse.

L’OMS maintient que, dans le monde, 10 000 personnes meurent encore chaque jour à cause du Covid, un nombre invraisemblable de décès plus de dix fois supérieur à celui d’une grippe ordinaire. Elle réitère l’urgence des vaccinations, surtout à la lumière de la réouverture de la Chine et des données prétendument falsifiées sur la mortalité et les infections.

L’UE a même convoqué un sommet d’urgence face au prétendu « chaos covidien » chinois qui « rappelle comment tout a commencé à Wuhan, il y a trois ans ».

En Suède, le ministre de la santé et des affaires sociales a déclaré qu’il ne pouvait pas exclure de nouvelles restrictions et a affirmé que chacun devait prendre « ses trois doses », puisque « seulement » 85 % de la population a « un cycle vaccinal complet ».

Qu’une couverture vaccinale aussi étendue n’ait pas donné de meilleurs résultats après près de deux ans est un fait remarquable. D’autant plus si l’on considère que certaines personnes ont été exposées quatre fois ou plus au même antigène vaccinal et qu’elles ont pourtant contracté la maladie contre laquelle elles sont censées être immunisées.

Dans le même temps, des signes d’alerte encore plus inquiétants abondent.

L’un d’entre eux est le fait que la mortalité moyenne dans de nombreux pays occidentaux reste à un niveau remarquablement élevé, alors que les effets directs du coronavirus sont marginaux depuis plus d’un an. Les données d’EuroMOMO indiquent une surmortalité marquée dans l’UE pour toute l’année 2022, et le Bureau allemand des statistiques rapporte que la mortalité du pays en octobre était supérieure de plus de 19% à la valeur médiane des années précédentes.

Ce phénomène est-il dû au Covid, comme semble l’indiquer le chiffre de « 10 000 par jour » de l’OMS ?

La faute en revient au « Covid Long » ainsi qu’aux infections aiguës habituelles, mais selon les statistiques d’EuroMOMO et de Our World in Datala majeure partie de la surmortalité en Europe en 2022 n’est pas due à des infections à coronavirus cliniquement manifestes.

En outre, nous ne devrions pas assister à une surmortalité continue due à un virus respiratoire de ce type après trois ans d’exposition mondiale, en raison de la consolidation inévitable de l’immunité naturelle.

Si une telle situation persiste, le lien hypothétique avec une suppression de l’immunité liée au vaccin, qui vient d’être mis en évidence, devient pertinent et doit être étudié en détail.

Si, comme cela a été avancé, les vaccinations, et en particulier les rappels, modifient le profil immunitaire des personnes vaccinées de telle sorte que les infections de type Covid sont « tolérées » par le système immunitaire, il est possible que les personnes vaccinées tendent vers une situation d’infections répétées à long terme qui ne sont pas éliminées et ne présentent pas de symptômes évidents, tout en favorisant les dommages systémiques.

La littérature indique aujourd’hui que les anticorps neutralisant les virus sont largement remplacés par des anticorps non inflammatoires chez les vaccinés, un « changement de classe » d’anticorps visant à éliminer le virus de notre système à une catégorie d’anticorps dont le but est de nous désensibiliser aux irritants et aux allergènes.

L’effet net est que la réponse inflammatoire à l’infection par Covid est régulée à la baisse (réduite). Cela signifie que les infections complètes se présentent avec des symptômes plus légers et qu’elles ne sont pas éliminées aussi efficacement (en partie parce que la fièvre et l’inflammation sont essentielles pour que le corps se débarrasse d’un agent pathogène).

Il est étonnant que ces développements ne justifient pas à eux seuls l’arrêt immédiat des vaccinations de masse et la réalisation d’enquêtes approfondies.

Il existe bien sûr une autre explication partielle potentielle, plus connue, de cette surprenante surmortalité. Nous disposons d’indications de troubles de la coagulation liés aux vaccins contre le Covid, mises en évidence dans une nouvelle étude nordique majeure, tandis que des études répétées montrent une corrélation claire entre les maladies cardiaques et la vaccination contre le Covid (voir Le Vu et al.Karlstad et al. et Patone et al.).

Une étude thaïlandaise récemment publiée indique en outre que près d’un tiers des jeunes vaccinés inscrits présentaient des manifestations cardiovasculaires, et une étude suisse non encore publiée suggère que pas moins de 3 % de tous les vaccinés manifestent des lésions du muscle cardiaque.

Et comme indiqué plus haut, nous observons également des signaux relatifs à des troubles de la fertilité liés aux vaccins contre le Covid.

Une étude israélienne montre une altération de la motilité et de la concentration des spermatozoïdes après la vaccination par Pfizer et Moderna. Le comité de sécurité de l’Agence européenne des médicaments a également affirmé que les vaccins pouvaient provoquer des troubles menstruels, et les propres études de Pfizer indiquent que les nanoparticules lipidiques des vaccins à ARNm se concentrent dans les organes reproducteurs.

L’hypothèse selon laquelle les vaccins contre le COVID-19 influencent la fertilité est étayée par une baisse significative et sans précédent du taux de natalité suédois au cours des premiers mois de 2022. Selon les démographes suédois, cette baisse est « surprenante ».

Il existe des données similaires dans de nombreux autres pays occidentaux, et poursuivre les vaccinations à grande échelle pour les groupes à faible risque tels que les enfants ou les femmes enceintes est totalement irresponsable – d’autant plus que les vaccinations ne font rien ou presque pour arrêter la propagation, comme cela avait été initialement promis, et comme cela est souvent encore faussement affirmé.

Il faut espérer que l’hypothèse d’une baisse des taux de natalité due aux vaccinations pourra être falsifiée le plus rapidement possible par une enquête approfondie et indépendante. Les chiffres sont vraiment inquiétants.

Pourtant, le fait que les données de Pfizer relatives aux troubles de la fertilité aient été cachées et aient dû être découvertes par le biais d’une requête en vertu de la loi sur la liberté d’accès à l’information (FOIA) est caractéristique de l’ensemble de la situation.

Il n’y a pratiquement pas de débat public indépendant sur ces questions, et les perspectives critiques sont activement supprimées par les grandes plateformes numériques.

Les organismes de surveillance publique tels que l’Agence européenne des médicaments sont financés par l’industrie pharmaceutique et fondent souvent leurs recommandations sur les études internes de Big Pharma. L’indépendance de nos institutions scientifiques et universitaires est menacée, et nous constatons une confluence entre la recherche scientifique, les intérêts des entreprises privées et les objectifs politiques et idéologiques à tous les niveaux.

Placer un filtre numérique de censure sur tout cela, où des algorithmes propriétaires microgèrent le flux d’informations et le débat public conformément aux intentions de leurs propriétaires, revient en pratique à abolir la société démocratique ouverte et la recherche scientifique indépendante.

Des révélations récentes montrent également que les plateformes numériques ont activement travaillé à la suppression des perspectives critiques sur les politiques du Covid et les vaccinations de masse. Twitter a développé à cette fin des stratégies de censure clandestines et a utilisé ce que l’on appelle le « shadowbanning », qui a pour effet de supprimer de manière presque indétectable la visibilité des messages et des comptes liés à des perspectives et des analyses indésirables. Facebook a supprimé plus de sept millions de publications visant à influencer le débat sur Covid uniquement au cours du deuxième trimestre de 2020. YouTube a interdit la publication de matériel vidéo contenant des perspectives critiques sur les vaccinations contre le Covid. Ces contenus sont qualifiés de « mésinformation » et de « désinformation », qu’ils soient ou non étayés par des données pertinentes.

Ce type de mesures a des conséquences très graves. Le contrôle centralisé du flux d’informations par la numérisation n’affecte pas seulement la politique au niveau local et régional, mais influence également la manière dont le travail scientifique et journalistique peut être conçu et réalisé. Il crée des structures qui répriment immédiatement les opinions hétérodoxes et réduit au silence les voix critiques par la peur et la persécution indirecte.

La confiance du public dans nos institutions communes sera inévitablement érodée par cette évolution.

La société ouverte a maintenant désespérément besoin d’une renaissance. Les discours démocratique et scientifique doivent être reconstruits à partir de la base, d’une manière qui respecte les risques nouveaux et uniques de notre situation contemporaine, et qui protège et souligne la responsabilité de chaque citoyen.

Dans la situation actuelle, il est essentiel de poursuivre les questions critiques relatives aux vaccinations de masse manifestement dangereuses et d’enquêter sur la corruption de nos institutions politiques et scientifiques que la situation de Covid a mise en lumière.

Il est essentiel que nous commencions immédiatement à remédier aux dommages importants qui ont été causés à la santé publique mondiale et à la société ouverte en tant que telle.

Johan Eddebo, Ph.D., chercheur en numérisation et droits de l’homme

Sture Blomberg, MD, Ph.D, professeur associé en anesthésiologie et soins intensifs et ancien médecin-chef

Ragnar Hultborn, professeur émérite, spécialiste en oncologie

Sven Román, MD, psychiatre pour enfants et adolescents, depuis 2015 psychiatre consultant travaillant en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent dans toute la Suède

Lilian Weiss, professeur associé, spécialiste en chirurgie

Nils Littorin, résident en psychiatrie, médecin en microbiologie clinique.

Les auteurs sont membres du réseau bio-médico-légal de Läkaruppropet. Ils organisent une conférence à Stockholm les 21 et 22 janvier en collaboration avec le réseau de l’Appel des médecins suédois. Elle portera principalement sur les conséquences de la politique mondiale de COVID-19 et les effets des vaccins contre le Covid.

Traduction du Daily Sceptic par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :