Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

Un nouveau virus a-t-il circulé à Noël ?

TRIBUNE - La veille de Noël, j’ai été touché par un étrange syndrome grippal : un mal moins violent que la grippe, mais qui a persisté pendant plusieurs semaines, avec toux grasse et fatigue anormale. Intrigué, j’ai partagé mes symptômes avec les lecteurs de mon site Internet.

À ma grande surprise, j’ai reçu plus de 1 200 commentaires, dont la plupart me disaient avoir vécu la même chose que moi. En voici un minuscule échantillon, pour vous donner une idée :

"Effectivement, j’ai aussi contracté ce nouveau virus sans nom. Je ressens une fatigue comme je n’ai jamais connu." (Didier)

"Je suis toujours sous antibiotiques à cause d’une toux qui ne veut pas partir. Je n’ai jamais eu de tels symptômes de ma vie." (Ratiba)

"Toujours pas remise. J’ai 60 ans et je n’ai jamais été malade comme ça ! Très très bizarre cet état."  (Evelyne)

"J’entame la troisième semaine d’une espèce de grippe - bronchite, qui ne veut pas se déloger. Ça perdure, je n’ai jamais vu ça." (Trish)

On peut lire sur mon site une sélection des 100 témoignages les plus significatifs, mais j’ajoute ici celui de Véronique, assistante médicale :

"J’ai constaté depuis plusieurs semaines de nombreux cas similaires à votre description. Comme s’il y avait un virus hybride qui ressemble à la fois aux symptômes Covid et grippe mais qui ne se décèle pas avec les nouveaux tests."

Un nouveau virus étrange est-il en circulation ? Nous allons examiner cette hypothèse très attentivement.

Mais une chose est certaine : il se passe clairement quelque chose d’inhabituel. Voici pourquoi :

-        D’abord, plusieurs centaines de lecteurs m’ont dit avoir eu un syndrome grippal étrange au mois de décembre. Bien sûr, avoir la grippe en décembre n’est pas une nouveauté, mais ils ont presque toujours précisé que ce n’était pas une grippe habituelle : moins virulent que la grippe… mais qui dure plus longtemps.

-        Ils sont très nombreux à avoir écrit ne "jamais avoir été malade comme ça" (et cela veut dire quelque chose car bon nombre d’entre eux ont un âge respectable) ;

-        Ils sont aussi un certain nombre à avoir précisé que, d’habitude, ils ne sont jamais malades ;

-        Autre fait troublant, certains ont précisé qu’aucun des remèdes naturels qui, habituellement, les sortaient d’affaire rapidement, ne semblaient avoir d’effet cette fois-ci.

Venons-en maintenant au plus important : les symptômes.

Chez quasiment tout le monde, le mal commence par des symptômes de type pseudo-grippal (voire même un simple rhume). Puis, et c’est ce qui est très anormal, cela persiste dans le temps, parfois plusieurs semaines avec toujours :

-        de la toux (généralement grasse) ;

-        et une fatigue anormale.

Voilà les points communs de la plupart de ceux qui m’ont dit avoir eu cette étrange maladie.

Mais il y a aussi plusieurs symptômes vécus par certains, mais pas tout le monde :

-        Perte d’appétit

-        Extinction de voix

-        Mal de gorge

-        Nez bouché

-        Mal de tête

-        Perte temporaire et relative du goût

-        Sueurs nocturnes

-        Douleurs au dos

Autre point important : un certain nombre de lecteurs ont eu des complications.

Les deux complications les plus courantes rapportées sont :

-        la bronchite ;

-        et la pneumonie.

Mais il y a eu aussi des sinusites, conjonctivites, trachéites, angines. Dans beaucoup de cas, cela a conduit à un traitement antibiotique… qui a généralement résolu le problème (mais pas toujours).

Que se passe-t-il ? Quatre explications possibles

D’abord, rappelons quelques certitudes :

-        Ce mal étrange n’est clairement pas le Covid : tous ceux qui se sont testés ont été négatifs (et pour avoir vécu le Covid deux fois, je peux témoigner que cela n’a rien à voir).

-        Il ne s’agit pas non plus d’une grippe "habituelle" : là encore, tous ceux qui l’ont eu ont clairement ressenti qu’il ne s’agissait pas d’une grippe normale (et pas non plus d’un rhume ou d’un syndrome grippal habituel).

Alors, de quoi s’agit-il ?

Une première hypothèse – la plus simple – est qu’il ne s’agirait pas d’un nouveau virus.

Il pourrait s’agir d’un virus habituel de l’hiver, qui existe depuis longtemps… mais qui généralement n’a pas beaucoup de succès.

Mais cet hiver, il aurait infecté beaucoup plus de monde que d’habitude :

-        Peut-être parce que le temps a été exceptionnellement doux aux environs de Noël, et que cela aurait favorisé ce virus spécifique ;

-        Et/ou parce que les trois ans que nous venons de vivre, avec nouveau coronavirus et ses variants, confinements et distanciation sociale, ont fragilisé l’immunité de la population et peut-être chamboulé la hiérarchie habituelle des virus de l’hiver.

Mais on peut aussi faire l’hypothèse qu’il s’agirait bien d’un nouveau virus.

Ce serait cohérent avec un article publié en octobre 2022, dont Top Santé s’est fait l’écho sous ce titre : "Un nouveau virus hybride découvert : il est né de la fusion de la grippe et de la bronchiolite".

En fait, ce nouveau virus n’a pas été découvert, mais provoqué en laboratoire.

Des chercheurs ont infecté des cellules humaines avec deux virus : le virus de la grippe et le virus respiratoire syncytial (VRS), responsable de la bronchiolite.

Résultat : ils ont observé que les deux virus ont "fusionné" pour former un "nouveau virus hybride".

C’est intrigant, car les symptômes du "mal étrange de Noël" font penser à un mélange de grippe et de bronchiolite (notamment la toux persistante et les bronchites fréquentes qui s’ensuivent).

Dans l’article de Top Santé, il est même précisé ceci :

"Ce nouveau virus hybride serait capable d'accéder à un plus large éventail de cellules pulmonaires. Car, alors que la grippe infecte généralement les cellules du nez, de la gorge et de la trachée, le VRS a tendance à descendre plus bas dans les poumons, provoquant une infection plus grave."

Ce qui pourrait expliquer la pneumonie rapportée par beaucoup de mes lecteurs.

Et, par une étrange coïncidence, un phénomène récent a justement pu favoriser une "hybridation" du virus de la grippe et du VRS (bronchiolite).

Car l’automne dernier, on a eu une superposition inhabituelle de l’épidémie de grippe et de bronchiolite :

-        L’épidémie de bronchiolite a été particulièrement sévère en novembre…

-        Et l’épidémie de grippe a commencé plus tôt que d’habitude, mi-novembre… ce qui a fait qu’elle s’est superposée à celle de la bronchiolite.

On a bien là les ingrédients nécessaires à la création d’un virus hybride.

Cela dit, il y a une objection importante. Cela fait des centaines d’années que la grippe et le VRS circulent. Pourquoi a-t-il fallu attendre cette année 2022 pour qu’ils s’hybrident ?

C’est pourquoi il faut aborder une autre hypothèse : le rôle de la vaccination anti-Covid.

Depuis deux ans, plus d’un milliard de personnes ont été injectées avec des vaccins à ARN messager.

Ces vaccins, on le sait, sont très particuliers : non seulement ils contiennent le code génétique d’une partie du coronavirus (la protéine spike)… mais ils conduisent nos propres cellules à fabriquer cette protéine spike.

Donc, si l’on vaccine un individu déjà infecté par un autre virus, cela crée un vrai risque de recombinaison virale, et donc de création d’un nouveau virus.

Le généticien Christian Vélot avait très tôt alerté sur ce risque majeur lié à la vaccination de masse.

Alors, le "nouveau virus" pourrait-il être un virus recombinant Covid-grippe (ou Covid-VRS), causé par les vaccins anti-Covid à ARN messager ?

C’est une hypothèse plausible, car ces trois virus sont des virus à ARN, donc davantage susceptibles de se recombiner entre eux.

Enfin, il y a une dernière hypothèse.

Depuis une dizaine d’années, les expériences dangereuses en laboratoire se sont multipliées.

Aujourd’hui, il est manifeste que la folie de certains virologues n’a plus de limites.

La preuve : alors même qu’il est désormais évident que le Sars-CoV-2 a été artificiellement fabriqué en laboratoire, des chercheurs de l’Université de Boston se sont récemment "amusés" à créer un dangereux coronavirus mutant en :

-        Prenant la protéine spike du variant Omicron BA-1 (plus infectieux)…

-        Et en la fusionnant avec le reste du coronavirus de Wuhan (plus mortel).

Des manipulations risquées comme celle-ci, il s’en produit partout dans le monde. Souvent, elles sont réalisées sous le sceau du "secret défense", en lien avec la recherche d’armes biologiques.

On ne peut donc pas écarter l’hypothèse que le "virus étrange" soit directement issu d’une expérience de laboratoire.

Voilà les hypothèses qui me paraissent les plus plausibles, à ce jour.

J’encourage les lecteurs de FranceSoir à ajouter ici leur témoignage et/ou leur interprétation de ce phénomène étrange. L’intelligence collective est toujours éclairante.

 

Xavier Bazin, écrivain et journaliste scientifique indépendant, est l’auteur de Antivax toi-même ! Retrouvons un esprit critique sur la vaccination, paru aux Éditions Trédaniel. Ses articles sont consultables sur son site Internet ici.

 

Source F-S

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :