Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par wikistrike.com

L'après Bolsonaro: Le gouvernement brésilien lance une grande opération pour expulser les orpailleurs du territoire yanomami

Survival : « Plus un moment à perdre. Faites sortir les mineurs et gardez-les dehors ! »

Les autorités brésiliennes ont lancé une opération de grande envergure pour expulser des milliers de mineurs d’or illégaux du territoire yanomami, dans le nord du pays.

Sont impliqués dans l’opération des agents de l’agence de protection de l’environnement, l’IBAMA et du département des affaires autochtones, la FUNAI, ainsi que la force nationale de sécurité publique.

Les mineurs ont dévasté le territoire, terrorisé les communautés yanomami et provoqué une crise sanitaire catastrophique – tellement grave que le président Lula l’a qualifiée de “génocide”. Des centaines de Yanomami, en particulier des enfants, sont morts de maladies évitables et de malnutrition. Des pistes d’atterrissage illégales et même une route ont été construites, et des milliers de mines ont défiguré le paysage.

Un camp appartenant à des mineurs illégaux brûle dans le territoire yanomami après que des agents d'Ibama et d'autres l'aient détruit.

Un camp appartenant à des mineurs illégaux brûle dans le territoire yanomami après que des agents d’Ibama et d’autres l’aient détruit. © Ibama

 

L’ancien président Bolsonaro a activement encouragé l’invasion. Sous son administration, le nombre de mineurs a explosé et les bandes criminelles ont pris en charge une grande partie du commerce illégal de l’or dans la région. Les mineurs ont même atteint des zones de forêt habitées par des Yanomami non contactés.”

Davi Kopenawa Yanomami, leader renommé et président de l’organisation yanomami Hutukara a déclaré : « Je suis fatigué d’entendre les pleurs et les larmes des mères et des pères yanomami qui ont perdu leurs enfants. Ce n’est pas la faute des Yanomami si leurs enfants meurent. Nous, les Yanomami, sommes des êtres humains, mais Bolsonaro a détruit notre santé et notre terre. C’est un crime qui se passe dans ma “maison”. La chose la plus importante dont nous avons besoin, en plus des soins de santé urgents, est une protection maximale et permanente de notre terre, en particulier dans les zones frontalières et là où vivent les Moxihatea [Yanomami non contactés]. Cette situation ne doit plus jamais se reproduire. »

Des mineurs illégaux sont arrêtés dans le territoire yanomami par des agents de l'Ibama et d'autres.

Des mineurs illégaux sont arrêtés dans le territoire yanomami par des agents de l’Ibama et d’autres. © Força Nacional Brasileira

 

Survival International fait campagne aux côtés des Yanomami depuis 53 ans, réclamant la protection de leurs terres. L’organisation, ainsi que des organisations yanomami comme Hutukara, demandent depuis des années le retrait des mineurs et ont récemment proposé un plan en six points pour réparer certains des torts causés aux peuples autochtones du Brésil sous le régime de Bolsonaro.

Des photos satellite choquantes publiées par Survival en 2020 ont révélé l’ampleur de la destruction dans un seul camp minier.

La directrice de Survival Brésil, Sarah Shenker, a déclaré aujourd’hui : 

« Cette catastrophe a été en grande partie orchestrée par l’ancien président Bolsonaro. Il a encouragé l’invasion par les mineurs et a même empêché les équipes médicales d’entrer dans la zone alors que l’ampleur de l’urgence sanitaire était évidente.

« Maintenant, outre le retrait des mineurs, une opération de soins de santé intensive est nécessaire pour faire face à la crise. Et il faudra une réelle volonté politique pour démanteler et traduire en justice les bandes criminelles qui occupent désormais la zone et ont semé la terreur sur tout le territoire yanomami.

« Cette opération n’est pas arrivée trop tôt. Il est absolument vital que les autorités fassent sortir les mineurs et qu’ils restent en dehors du territoire. Ils gâchent la vie des Yanomami depuis bien trop longtemps et ont causé une misère et une destruction indicibles. Même s’ils sont tous expulsés et sont maintenus à l’écart, il faudra des années pour que les Yanomami et leur forêt tropicale se rétablissent.

« Par-dessus tout, ce génocide ne doit plus jamais se reproduire. Les territoires autochtones du Brésil doivent enfin être entièrement délimités et protégés de toute invasion. C’est la seule façon pour les peuples autochtones, y compris les peuples non contactés, de survivre, de prospérer et de continuer à vivre à leur manière sur leurs terres, qui comptent parmi les plus riches en biodiversité de la planète. »

Notes aux rédacteurs : 

- Des articles de presse au Brésil indiquent que la police fédérale a ouvert une enquête sur l’ancien président Bolsonaro pour génocide.

- Survival se bat aux côtés des Yanomami depuis des décennies. Nous avons mené la campagne internationale pour la démarcation du territoire yanomami avec Davi Kopenawa Yanomami et la Commission Pro-Yanomami (CCPY).

- Les Yanomami vivent dans le nord du Brésil et le sud du Venezuela. L’exploitation illégale de l’or affecte également les Yanomami dans le sud du Venezuela.

Source SF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :