Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Assurance maladie : Alain Minc a une idée, faire payer les "très vieux" qui coûtent trop cher à l'Etat, comme son papa

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 14 Juillet 2011, 10:58am

Catégories : #Santé - psychologie

Quand tout est liquéfaction ! La moralité de certains hommes politiques

 

alain-minc.jpgInvité de l’émission « Parlons Net », sur France-Info, Alain Minc,le conseiller du Président de la république, a évoqué le problème de l’assurance maladie. Pour régler « l’effet du vieillissement » sur les comptes de la Sécu, il a une solution toute simple, qu’il qualifie de « progressiste » : faire payer les « très vieux » qui coûtent trop cher selon lui à l’État.

Le conseiller et ami de Nicolas Sarkozy, Alain Minc, évoque une anecdote personnelle : « J’ai un père qui a 102 ans. Il a été hospitalisé 15 jours dans un service de pointe. Il en est sorti. La collectivité française a dépensé 100.000 euros pour soigner un homme de 102 ans. C’est un luxe immense, extraordinaire, pour lui donner seulement quelques mois ou quelques années de vie supplémentaires ».

Et de poursuivre qu’il trouve « aberrant » que l’Etat « m’ait fait ce cadeau, à l’oeil ».

Quand on découvre la face immonde de ce genre de personnage, adulé par les médias et également conseiller ECONOMIQUE privillégié de la présidence, il ne faut plus s’étonner des « guerres humanitaires » engagées par les princes du trône ou du traitement sans pitié et inhumain que les proches d’Alain Minc infligent aux plus faibles comme les Grecs. Tout cela pour imposer un ministères des Finances EUROPEEN. Ces gens utilisent leur intelligence au service d’une cause mondialiste, occulte, inhumaine et donc… diabolique.

« Alain Minc est un mélange d’Attali, de Jean-Marie Messier et de Régis Debray. Autant dire ce qu’il y a de plus détestable dans le Tout Paris « bobo » de la gauche caviar mitterrando-sarkoziste. Il représente à merveille, avec ses trois compères et quelques autres, une bien curieuse exception française. Celle de considérer comme des gourous de la pensée, des phares de l’intelligence des types qui se sont toujours trompés et qui ont tout raté dès qu’ils ont essayé de faire autre chose que de lâcher des lieux communs, des contre vérités ou des jugements pontifiants à l’emporte pièce.
Voulant se goinfrer à tous les râteliers, il a, maintes fois, retourné sa veste. Depuis quelque temps, il est sarkoziste et se présente comme « le » conseiller du prince. C’est son droit puisque c’est aussi son gagne-pain (de la brioche dorée) ». (Thierry Desjardins)

 

L.I.E.S.I

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents