Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Biocarburant : l'algue miracle sera cultivée à Gruissan

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 14 Novembre 2011, 12:19pm

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

 

Biocarburant : l'algue miracle sera cultivée à Gruissan

Le salin de Gruissan a été retenu pour développer les deux premières étapes du projet Salinalgue. Objectif : cultiver la Dunaliella salina, une micro-algue géniale, utile à la fabrication de bioproduits dont un biocarburant.


sdsd.PNG

Préserver l'environnement, produire moins d'émissions de gaz à effet de serre… oui mais comment ? A sa manière et dans son champ de compétence, le projet Salinalgue répond à cette question. Salinalgue ? Tel est le nom d'un projet porté par Biocar, la branche biocarburants de la Compagnie du Vent. L'idée consiste à cultiver une microalgue baptisée Dunaliella salina, à grande échelle, dans des milieux ouverts, sur des salines inexploitées. Bingo ! Le salin de Gruissan est de ceux-là. En balance avec les Salins de Giraud, il a été choisi pour la première phase d'expérimentation.

« C'est un projet en trois phases, explique Robert Gandolfo, chef de projets de Pôle Mer PACA. La première prévoit un développement sur 1 000 à 1 500 m2 ; la deuxième sur quelques hectares ». Gruissan offrait ce potentiel. C'est donc ici que se dérouleront les deux premières phases. Dunaliella salina, dont les vertus bioénergétiques ouvrent des perspectives intéressantes (lire encadré), fera sur place l'objet d'une étude approfondie en vue de maîtriser sa culture et sa récolte.

Un budget de plus de 7 M€

Pour la troisième étape, Salinalgue rebroussera sans doute chemin vers les Salins du Midi et ses 20 000 hectares. Le bioraffinage nécessite en effet un traitement au CO2. Fos-sur-Mer, à proximité des Salins du Midi, en produit 10 millions de tonnes. À ce stade, il s'agira d'expérimenter l'extraction des composés contenus dans cette microalgue et ainsi valoriser toute la biomasse produite. Dans l'idéal, l'industrialisation interviendrait à partir de 2015.

Innovant, le projet associe treize partenaires réunis dans un consortium privé-public : autour du porteur du projet, Biocar (La Compagnie du Vent), les industriels Air Liquide, Naskeo, IDEE Aquaculture et GDF Suez, les instituts de recherche Ifremer, l'Insa Toulouse, l'Inria-Comore, l'Inra, le CEA Marcoule, Supagro, la Tour du Vallat et Someval. Son budget est de 7,45 M€, abondé à hauteur de 3,9 M€ par le Fonds unique interministériel.

Salinalgue a été labellisé par les pôles de compétitivité Pôle Mer PACA, Cap Energies, Trimatec et Derbi.

Les vertus bioénergétiques de Dunaliella salina

Dunaliella salina, c'est le nom de cette micro-algue prometteuse qui se développe spontanément dans les milieux lagunaires très salés. Décrite par Robert Gandolfo comme une « algue miraculeuse » très résistante, elle se caractérise par ses capacités à se protéger des espèces invasives.

Pas très riche en lipides, Dunaliella salina possède, outre des oméga 3, une ressource importante : sa richesse en bétacarotène. Ce qui laisse entrevoir un potentiel de développement et de commercialisation important. Les pigments de bétacarotène, un marché porteur, offrent en effet un formidable substitut aux colorants chimiques entrant dans la composition de nombre de produits que nous consommons.

Autre développement possible : par bioraffinage, Dunaliella salina ouvre une perspective de production de biogaz et de biocarburant nouvelle génération, avec de hautes performances de rendement de production à l'hectare et un effet bénéfique induit : la réduction d'émission de gaz à effet de serre.

Source : ladepeche.fr


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents