Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Dette américaine : les fonctionnaires ne sont plus payés dans 35 états.

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 26 Juillet 2011, 07:28am

Catégories : #Economie

La-crise-americaine-des-subprimes_medium.jpgLa fin est proche 

 

Le 2 août 2011 s'approche à grands pas, et le recul du plafond de la dette reste dans l'impasse, ce qui inquiète le FMI qui a hier exprimé ses crainte d'un plus que probable défaut des USA. 

En attendant, la crise s'étend, et ce week-en, ce sont des fonctionnaires de l'aviation civile qui se sont retrouvés aau chômage technique, et ce pour le plus grand plaisir des compagnies aréiennes qui ne versent plus de taxes aéroportuaires. Le blocage parlementaire n'affecte cependant pas le trafic aérien.

La situation devient de plus en plus intenable, et c'est désormais dans 35 états que les fonctionnaires ne peuvent plus être payés. 

Au pays de la démesure, le choc pourrait s'avérer vraiment démesurable, et cela, dans 7 tout petits jours. 

 

 

Ghiham Doyle pour WikiStrike

 

 

 

 

Obama appelle a un compromis avec les Républicains,mais ceux-là sont hostiles

 

 

Le président des États-Unis s’est exprimé lundi soir...

 

Le compte à rebours à commencer pour les Etats-Unis. Si le plafond de la dette n’est pas relevé d’ici le 2 août, le pays fera faillite.

Pour éviter cette situation, Barack Obama a appelé lundi républicains et démocrates à trouver un «compromis juste» pour éviter un défaut de paiement.

Compromis sur la dette

Lors d'une allocution à la nation prononcée à la Maison blanche, le président américain a détaillé les graves conséquences économiques que provoqueraient un défaut voire un abaissement de la note souveraine si les élus du Congrès ne parviennent pas à s'entendre d'ici la semaine prochaine.

«Faire défaut sur nos obligations serait un résultat risqué et irresponsable (...). Nous risquerions de déclencher une grave crise économique, une crise provoquée presque entièrement par Washington», a déclaré Barack Obama.

Le chef de la Maison blanche a souhaité un compromis visant à réduire le déficit de 4.000 milliards de dollars et à faire partager l'effort de réduction des dépenses par toutes les catégories de la société. Une solution que refuse une partie des élus républicains, parmi lesquels les conservateurs du Tea Party.

Impasse budgétaire

L'impasse budgétaire entre républicains, majoritaires à la Chambre des représentants, et démocrates, qui tiennent le Sénat, rend nerveux les investisseurs à l'approche de la date-butoir. Car le Trésor américain ne sera alors plus en mesure de régler toutes ses factures.

Barack Obama a souligné qu'un abaissement de la note souveraine américaine déclencherait une hausse des taux d'intérêt et un fardeau supplémentaire pour le contribuable. Et le président a estimé que le peuple américain n'avait pas à devenir la «victime collatérale» des calculs politiques du Congrès.

Il a ajouté qu'un défaut de paiement, le premier dans l'histoire des Etats-Unis, affecterait directement la vie quotidienne de nombreux Américains car le gouvernement ne serait plus en mesure de verser les chèques mensuels de la Securité sociale, les pensions des anciens combattants ou d'honorer les contrats avec des milliers d'entreprises.

Hausse des impôts

Barack Obama a également fustigé ceux des républicains qui refusent toute hausse des recettes et s'opposent aux appels de la Maison blanche à la suppression des exemptions fiscales pour les entreprises et les particuliers les plus riches.

Dans sa réponse, le président républicain de la Chambre des représentants, John Boehner, a réaffirmé son hostilité au plan proposé par les démocrates.

«La triste vérité, c'est que le président a voulu un chèque en blanc il y a six mois, et qu'il veut un chèque en blanc aujourd'hui. Cela ne se produira tout simplement pas, a-t-il déclaré.

 

20minutes.

   

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents