Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Faîtes confiance à l'or

Publié par wikistrike.com sur 29 Juin 2012, 06:13am

Catégories : #Economie

Imprime ce message à ta mère 


« Le 10 juillet 1910, un brave ouvrier prénommé Anatole met 100 francs de côté, pour ses descendants. Il est payé 4,5 F par jour, pour 9 heures de travail, comme ouvrier typographe dans une imprimerie. C’est bien payé, un ouvrier charpentier est à 3F par jour, un manoeuvre 2F et quelques, un ouvrier agricole non nourri environ 1,25 F.

Le pain de 2 kg vaut 0,80 F. Ces 100 F représentent 250 kg de pain. Ils représentent aussi le salaire de 22 jours de travail. A raison d’un jour de paie mis de côté chaque mois, il a passé ces deux dernières années à économiser pour rassembler ces 100 F.

Pour stocker ces 100 francs, trois formes de monnaie s’offrent à lui :
- des billets, par exemple 2 billets de 50 F “rose et bleu” de la Banque de France.
- des pièces d’or, par exemple 5 pièces de 20 F Napoleon, soit 32,25 g d’or au titre de 900 millièmes.
- des pièces d’argent, par exemple 50 pièces de 2 F semeuse, ou bien 20 pièces de 5F (Napoleon, Cérès ou Hercule selon ce qu’il trouverait).

En tant qu’ouvrier typographe, il est fasciné par le tout nouveau billet de 100F de la Banque de France, dessiné par Luc-Olivier Merson. C’est le tout premier billet polychrome en circulation ! Par rapport aux vieux billets monochromes noirs, bleus, violets, ou encore bicolores bleus et rose, quelle révolution ! Il décide donc d’opter résolument pour la modernité et place ce billet tout neuf sous sa pile de draps.

Le billet de 100 F reste sous les draps, mais il perd de la valeur. La hausse des prix est importante entre les deux guerres. Pour rattraper l’inflation passée, Poincaré dévalue brutalement le franc, par la loi du 25 juin 1928, qui divise par cinq sa valeur en or : le franc vaut désormais “65,5 milligrammes d’or au titre de 900 millièmes”. La valeur précédente du franc, dit franc Germinal, avait été définie par la Convention en 1795 puis par la loi du 7 germinal an XI (27 mars 1803). Le franc Germinal était défini comme cinq grammes d’argent, au titre de neuf dixièmes, ce qui équivalait aussi à 322,58 mg d’or à neuf dixièmes (soit un rapport or/argent de 15,5). C’est pourquoi la pièce de 20 F pesait 0.32258*20 = 6,4516 g, depuis la révolution jusqu’à la dévaluation de 1928.
En 1928, les pièces d’or et d’argent, dont la valeur métallique est devenue cinq fois trop forte, sont retirées (ou thésaurisées !). Mais les billets restent valables, et Anatole laisse son billet sous sa pile de draps.

Le franc est dévalué à nouveau en 1936, 1938 et 1940. En février 1940, le franc ne vaut plus que 23,34 milligrammes d’or au titre de 900 millièmes.

A la libération, c’est un peu le désordre. Billets anciens, billets émis par Vichy, billets émis par les américains se cotoient. Le 4 juin 1945, il est décidé de retirer de la circulation l’ensemble des billets d’une valeur supérieure ou égale à 50 francs. En contrepartie, les déposants, qui ont douze jours pour procéder au changement, se voient remettre des coupures de réserve de 300 francs (“Cérès”) et de 5000 francs (“Empire français”). Le fils d’Anatole réussit à se précipiter dans les douze jours impartis, il a donc dû rassembler 3 billets de 100F pour avoir un billet de 300 F en échange. Ou bien, il l’a peut-être échangé contre des petites coupures (5F berger, 10 F mineur, 20F pêcheur) qui échappent à ce rappel. D’une façon ou d’une autre, il finit par réussir à acquérir un billet de 100 F “jeune paysan”, et à le replacer sous la pile de draps.

Après guerre, l’inflation reprend de plus belle et le pouvoir d’achat de ce billet de 100 F dégringole.
Revenu au pouvoir en 1958, le général de Gaulle annonce la création d’un “franc lourd” qu’il confie à son ministre des Finances, Antoine Pinay, et à l’économiste Jacques Rueff. Le 27 décembre 1958 une ordonnance met en place “au plus tard le 1er janvier 1960″ le nouveau franc, égal à 100 anciens francs. L’ancien franc vaut 1,8 mg d’or fin (8 fois moins qu’en 1940, 32 fois moins que le Franc Poincaré de 1928), le nouveau franc vaut donc 180 mg. Les anciennes pièces et billets restent valables mais le nombre inscrit dessus vaut désormais des centimes et non plus des francs. Le petit-fils d’Anatole peut donc échanger le billet de 100 anciens francs, que lui a légué son père, contre une toute nouvelle 1F semeuse en cupro-nickel. Il trouve que la pièce neuve est très jolie et bien brillante. Il la place sous la pile de draps.
La valeur du nouveau franc est encore un peu dévaluée en 1969 à 160 mg d’or. Ensuite la référence à l’or est abandonnée et même interdite par les accords de Kingston en 1976.

On passe au travers de l’inflation des années 1970 et 1980… La 1F semeuse a toujours cours légal.
Et puis on arrive à la grande révolution du passage à l’euro : les pièces et billets circulent effectivement dès le 1er janvier 2002. Les Français ont 6 mois pour changer leurs pièces et billets dans toutes les banques, et ensuite, 3 ans de plus pour les pièces et 10 ans pour les billets, à la Banque de France.

Dès le 2 janvier 2002, le petit-fils d’Anatole sort donc la pièce 1 F semeuse de sous les draps, et va l’échanger contre 2 pièces en euros : une de dix centimes, et une de cinq centimes. Il les replace sous la pile de draps.

Et puis, le 10 juillet 2010, le petit-fils d’Anatole, sentant qu’il se fait très vieux, à 80 ans passés, et trouvant que la date anniversaire convient bien, dit à son arrière-petit-fils :
- Steve, tu as 12 ans désormais. Il faut que je te confie quelque chose. Il y a un siècle exactement, ton arrière-arrière-arrière grand-père, Anatole, qui est mon propre grand-père, a mis 100 F de côté. A l’époque, ça représentait une somme importante. Ses descendants après lui ont conservé très soigneusement cette somme, sous forme de billets, puis de pièces, au travers de deux guerres mondiales, de plusieurs changements de la monnaie, et de bien d’autres misères, et ça n’a pas été facile, crois-moi. Aujourd’hui, je te remets solennellement ces deux pièces qui sont ce qui reste des 100 F de départ.

- Mais, arrière-grand-papa, qu’est-ce que tu veux que je foute avec 15 centimes ??? Ca paie même pas un quart de baguette !”. »

15 centimes d’euro ! Si son ancêtre avait économisé ses 100 F en 5 pièces de 20 F en or il aurait aujourd’hui :

20_francs_Napoleon_Or_-_Coq_Pile.jpg

Environ 1300 euros au lieu de 15 centimes d’euro !

L’or ne se dévalue pas à travers les époques ! L’argent papier ou virtuel, si… Comme en période de turbulences monétaires comme en ce moment.

Source: http://forum-gold.fr/viewtopic.php?f=14&t=4351

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents