Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Faute d'argent, le Samu social de Paris n'accueille plus les femmes

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 31 Août 2011, 13:42pm

Catégories : #Social - Société

L'Etat baisse de 25% l'aide au Samu social de Paris, résultat, les femmes n'existent plus 

 

 

Le centre d'hébergement d'urgence Yves-Garel (XIe arrondissement de Paris) fermé plusieurs années pour rénovation. | MAXPPP

Un rassemblement est organisé mercredi devant le centre d’hébergement d’urgence Yves-Garel dans le 11e arrondissement de Paris. Associations et politiques - dont le NPA ou l’adjointe au Maire de Paris chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes – protesteront contre la fermeture du seul centre du Samu social dans la capitale.

Qualifié de  "vétuste et délabré", le centre d’hébergement mis à disposition par la Ville de Paris, où dorment chaque soirs 57 hommes et 38 femmes, ferme ses portes pour plusieurs années de rénovation (au moins 4 à 5 ans). Problème : si un bâtiment de remplacement a été trouvé pour accueillir les hommes (dans le 15e arrondissement), aucune solution de repli n’est mise en place pour les femmes. En cause : les restrictions budgétaires de l’État.

« Parer au plus pressé »

L’État finance le Samu social à hauteur à 92% mais la baisse de ses crédits a un impact direct sur l’hébergement des défavorisés. Le financement de l’hébergement d’urgence en hôtel a été amputé de 25%. Quant aux centres – où sont dispensés des soins à des personnes isolées – ils font face à de graves difficultés de financement.

Les crédits manquent pour aménager un nouveau centre pour les femmes, et Xavier Emmanuelli, fondateur du Samu social cité par La Charente Libre, explique « parer au plus pressé » en les plaçant « dans d’autres associations humanitaires », elles aussi saturées. « C’est sparadrap et bouts de ficelle » pour gérer la pénurie, lâche-t-il.

Situation d’une « gravité inouïe »

« Vous vous doutez bien qu’on a négocié (…) et qu’on a vraiment insisté », auprès du secrétaire d’État au Logement Benoist Apparu, assure Xavier Emmanuelli, ex-ministre de Jacques Chirac, chargé de l’Action humanitaire d’urgence entre 1995 et 1997. Mais  »c’est là que le ministre peut faire ses coupes » budgétaires, regrette-t-il dans L’Expansion.

Quelques jours avant la fermeture du centre, plusieurs élus de gauche d’Ile-de-France et des associations présentaient un manifeste pour dénoncer une situation d’une « gravité inouïe ». La mairie de Paris estime  »qu’il manque 13.000 places en Ile-de-France » dans les hôtels et centre d’hébergement. Le ministre du Logement, Benoist Apparu, cité par 20 Minutes, y voit une  »manipulation des élus de gauche ».

Ces 3 derniers mois les associations ont recensé 10 femmes et 16 enfants obligés de dormir dehors ou de rentrer au domicile conjugal malgré des violences, rappelleFrance 3.

 

Le Post

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents