Le responsable de la sécurité des systèmes d'information de Google, Eran Feigenbaum a confié à computerworld.com.au certains des scénarios sur lesquels son département avait travaillé: «Nous jouons beaucoup ici. Une partie de notre plan catastrophe est de supposer que le pire est arrivé. L’année dernière nous avons imaginé que Google avait été attaqué par des aliens et que la Californie avait été détruite. On s’est demandé que fait-on alors? Comment faisons-nous fonctionner notre infrastructure?»
 
Des plans top secrets 
 
La réponse, vous ne la connaîtrez pas vraiment, sauf de savoir que les positions des datacenters sont, pour la plupart, gardées secrètes et ils sont tous gardés 24h/24, 7 jours sur 7 et surveillés par vidéo et capteurs thermiques. Pour le reste, rien ne filtre au cas où des aliens envahissaient vraiment la Californie...
 
«Les gens n’aiment pas parler de cela, nous ne voulons jamais imaginer avoir un accident de voiture, explique le spécialiste de la sécurité, mais en réalité des incidents arrivent pour différentes raisons et ils fragilisent notre sécurité. Nous devons savoir comment réagir. Avoir une équipe à toute heure du jour et de la nuit et effectuer nos opérations de sécurité tant en Californie qu’à Zurich cela fait partie de ce plan
 
Folie et prise d'otages  
 
Précédemment la même équipe avait imaginé que les ingénieurs de Google étaient tous devenus fous et avait pris en otage les données des utilisateurs Gmail contre rançon. Il n’y a pas à dire, ils ont de l’imagination chez Google.
Rtl.be