Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La colère d’une étoile balaie une partie de l’atmosphère d’une planète ! (Vidéo)

Publié par wikistrike.com sur 29 Juin 2012, 20:12pm

Catégories : #Astronomie - Espace

La colère d’une étoile balaie une partie de l’atmosphère d’une planète ! 


Stellar flare hits HD 189733b (artist's impression)

Des couples se forment dans l’espace, entre des objets célestes, parfois harmonieux et sans craintes, comme ses 2 planètes qui s’orbitent collées-serrées et que nous découvrions ensemble récemment, ou encore comme l’amour brulant et dévorant d’une planète avec son étoile…

La vie ne doit pas être évidente pour HD 189733b. Il s’agit d’une planète en orbite autour de l’étoile HD 189733, à environ 63 années-lumière de la Terre. Elle est semblable à Jupiter, tout en étant légèrement plus massive et légèrement plus grande. Cependant, contrairement à notre propre grande soeur, la planète HD 189733b est beaucoup plus proche de son étoile, en orbite autour à, à peu près, 4 millions de kilomètres au-dessus de sa surface ! Cela signifie que la couche de nuages ​​de la planète atteint les 840 °C, si chaud que l’atmosphère de la planète est emportée par son propre soleil, en créant une queue de comète, alors que des gaz s’échappent de la planète.

Images d’entête et ci-dessous, représentations artistiques de la planète HD 189733b passant un peu trop près de son étoile agitée. (Hubble site/ ESA).

En plus de cela, et pour rajouter au supplice de cette planète, les astronomes viennent de découvrir que l’étoile est sujette à des crises de colère cosmique, qui se manifestent par des éruptions solaires et qui affectent encore plus la planète voisine.HD 189733b-2Retour en arrière : les chercheurs ont ciblé l’étoile et la planète en utilisant letélescope spatial Hubble, en 2010 et n’ont rien constaté d’étrange. En 2011, cependant, ils l’ont à nouveau observé avec Hubble , mais en utilisant aussi le satellite Swift de la NASA, qui est sensible aux émissions de haute énergie, comme l’extrême ultraviolet et les rayons X. Ils se trouvaient être en pleine recherche, lorsque l’étoile a éclaté en une poussée massive de plasma, qui a rapidement quadruplé sa luminosité en rayons X. Et parce que la planète est tellement proche de son étoile, que son atmosphère s’est gonflée et s’est fait souffler loin dans l’espace par la lumière vive de l’étoile !

Quelques heures plus tard, comme on le verrait de la Terre, la planète passe directement en face de son étoile (comme Vénus la fait lors de son transit au début de ce mois). L’atmosphère, à ce point, s’est diffusée en un jet continu loin de la planète, suite à l’éruption et a également bloqué une partie de la lumière de l’étoile. Dans les données de Hubble, les astronomes ont non seulement détecté cette absorption, mais ils ont pu la mesurer pour voir combien d’hydrogène avait été perdu par la planète. Il s’avère qu’environ 1000 tonnes d’hydrogène ont été soufflées loin de la planète à chaque seconde ! Et c’est une limite inférieure; ils ne pouvaient déterminer la quantité d’hydrogène neutre, les atomes qui s’agrippaient encore à leurs électrons. Il y avait probablement beaucoup d’hydrogène ionisé qu’ils ne pouvaient pas détecter.

La NASA a mis à disposition une courte vidéo qui explique cela : 

Le site du 
Hubble à partir de l’ESA/ASE propose une série de vidéos représentant ce phénomène (lien plus bas) :

 

HD 189733b est en fait la deuxième planète découverte, à perdre son atmosphère en raison de sa proximité avec son étoile, la planète HD 209458b ou Osiris, mais c’est la première fois que des changements dans l’atmosphère ont été détectés.

Il a été découvert sur HD 189733b : de l’hydrogène, de la vapeur d’eau, du dioxyde de carbone et du monoxyde de carbone dans son air et les chercheurs ont été en mesure de littéralement cartographier la distribution de la chaleur dans son atmosphère. Des détails qui leurs sont désormais disponibles et auxquels ils n’avaient pas accès, il y a encore très peu de temps. C’est incroyable de penser que des planètes qui s’évaporent sont surveillées, alors qu’elles sont dramatiquement touchées par les soubresauts de leur étoile.

A partir du site consacré à l’Hubble de l’ESA/ASE : Dramatic change spotted on a faraway planet et via le Hubble Site : Hubble, Swift Detect First-Ever Changes in an Exoplanet Atmosphere.

Source: Gurumed

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents