Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Plus de 150 hybrides animaux-humains

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 24 Juillet 2011, 21:41pm

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

L'homme n'est pas un animal, il est bien plus bête
 
large_355483.jpgCent cinquante embryons hybrides animaux-humains ont été produits par des scientifiques fous au Royaume Uni — avec l’approbation entière du gouvernement – sous l’égide de la Loi sur l’embryologie pour la fécondité humaine. Le journal britannique Daily Mail rapporte qu’un comité de scientifiques a récemment sonné l’alarme sur cette opération et exprimé son inquiétude sur la possibilité d’expériences allant »trop loin » et donnant au final un scénario digne de la Planète des singes, où les animaux s’échappent du laboratoire et commencent à se reproduire dans la nature.
Cela ressemble à de la science-fiction ? Ce n’est qu’une extension d’un fait scientifique : des hybrides mi-humains mi-animaux ont été créés par ces scientifiques britanniques depuis trois ans. Parmi les monstruosités qu’ils ont créé, il y a eu des oeufs fécondés avec du sperme humain et des »cybrides » (cytoplasmic hybrids) – cellules animales injectées dans des noyaux de cellules humaines. Ils ont également créé des chimères, un mélange de cellules humaines et de cellules animales, ressemblant beaucoup à la représentation de science-fiction de la planète des singes, la science qui tourne mal.
On n’a pas encore révélé quels animaux ont servi pour les chimères et les hybrides, mais il est presque certain que ce sont des mammifères. En outre, plus les codes génétiques des animaux sont proches de ceux des humains, plus les embryons ont une probabilité de viabilité, il semble donc probable que ces scientifiques fous ont combiné des oeufs de singes ou de chimpanzés avec des oeufs humains. La planète des singes ne semble pas si farfelue, n’est-ce pas ?
Aucun embryon n’a pu grandir comme foetus, au fait. La loi actuelle britannique demande à ce qu’ils soient détruits au bout de 14 jours. Mais ce n’est qu’une loi. Qui peut savoir le type de science démente menée dans les sous-sols de laboratoires, hors de la vue des organismes de contrôle britanniques et bien hors la loi. Avec tout ce que nous savons, il pourrait exister un laboratoire où des demi-singes vivant aujourd’hui dans des cages pour être étudiés au nom de la »science » projettent de s’échapper. De nombreux animaux dans le monde, en passant, ont récemment fait des prises de conscience et échappé volontairement à leurs geôliers.
Créer toujours plus de monstruosités au nom de la science
Trois laboratoires du Royaume-Uni ont obtenu la permission de jouer à Dieu avec ces embryons mi-humains mi-animaux : Le Collège Royal de Londres, l’Université de Newcastle et celle de Warwick. Mais à quoi bon ces singeries avec des embryons d’espèces croisées ?
Les scientifiques déclarent que c’est pour développer des cellules souches d’embryons servant à »traiter des maladies incurables ». Ouais, d’accord. La vraie raison est qu’ils veulent développer en secret un laboratoire rempli de singes mi-humains prisonniers de cages, puis récolter leurs cellules et les vendre à des compagnies pharmaceutiques pour les offrir à des patients pour 100.000 dollars par traitement. Comme d’habitude, ce n’est qu’un autre moyen d’exploiter des organismes vivants (et faire vivre un enfer aux animaux) pour faire du fric.
Peu de gens le savent, mais même aujourd’hui, des primates en cage entassés dans des pièces servent à cultiver du matériel viral prélevé de leurs organes qu’on mélange à des produits chimiques toxiques pour fabriquer des vaccins. L’industrie des vaccins ne révélera pas ce sale petit secret, bien sûr, parce que c’est totalement inhumain (et carrément choquant). Mais aujourd’hui c’est avec des embryons mi-humains que les scientifiques jouent, qui peuvent en théorie servir à faire naître des hommes-singes qui seraient à moitié singes et à moitié humains.
L’histoire de la science médicale est coutumière d’abus éthiques et d’expériences médicales horrifiques
Le fait qu’une communauté »scientifique » britannique trempe dans des desseins si noirs, est, naturellement, choquant pour beaucoup de gens. Bien qu’on puisse s’attendre à ce que de telles activités prennent place dans des pays comme la Corée du nord ou la Chine, où le marché noir pour la récupération d’organes humains est un événement quotidien, peu de gens pensent que des scientifiques britanniques engagent de tels types de trahisons scientifiques, du style de »l’île du Dr Moreau » (roman de H. G. Wells, NdT). Mais c’est parce que personne ne sait ce dont sont capables les scientifiques britanniques (ou les américains dans le cas présent).
Les frontières de l’éthique ont été oblitérées au sein de la communauté scientifique dans une quête du profit. Tant que de l’argent sera en jeu, semble-t-il, ni le viol de la nature, Dieu ou juste le simple bon sens ne feront obstacle à un groupe de scientifiques déments (sanctionnés par le gouvernement !) qui veulent nourrir leurs egos maniaques.
Un autre exemple frappant, celui du Dr Jonas Salk, le fameux promoteur du vaccin contre la polio, qui est devenu un médecin criminel pour avoir mené des expériences médicales sur des malades mentaux sans leur consentement. NaturalNews a fourni des documents sur une histoire partielle des expériences médicales sur les êtres humains qui attestent des sommets atteints par cette horrifiante branche d’une soi-disant »science ».
Ce qui est clair, c’est que cette ‘‘science » médicale ne respecte aucune frontière éthique et essaie de manière routinière de jouer à Dieu avec les gènes, les graines et les médicaments pour faire encore plus d’argent – tout en risquant de mettre la planète en danger d’une échappée de ces organismes hors des laboratoires.
Qu’en sera-t-il s’ils se débrouillent pour créer une race de créatures mi-humaines mi-singes avec un QI de 180 qui se montre plus futée que les scientifiques, qui s’échappe de sa prison et donne naissance à une nouvelle espèce qui met la race humaine en esclavage par injection de drogues altérant l’esprit ? Attendez une seconde…les compagnies pharmaceutiques l’ont déjà fait, n’est-ce pas ? Nous sommes peut-être les cobayes…
(NaturalNews) par Mike Adams

Traduction Hélios du Bistro Bar blog

 
Al lire aussi sur WikiStrike :

150 créatures hybrides homme-animal ont été produites dans des laboratoires au Royaume-Uni:

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents