Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Présidentielles US: ROMNEY VS OBAMA

Publié par wikistrike.com sur 11 Avril 2012, 05:46am

Catégories : #Politique internationale

ROMNEY VS OBAMA

130px-MORONI2.JPGETATS-UNIS - Le point sur la campagne après le retrait de Rick Santorum...

Mardi, Rick Santorum a décidé de jeter l'éponge dans les primaires républicaines, dégageant ainsi la route pour Mitt Romney. Quelle tactique pour le candidat face à Barack Obama? Le point avec le stratège républicain Patrick Dorinson.

Est-ce surprenant que Santorum n'ait pas mentionné une seule fois Romney dans son discours?

Absolument pas. Aujourd'hui, c'était le jour de Santorum, celui où il remercie son équipe de campagne et tire sa révérence. Mais il a passé un coup de téléphone à Mitt Romney, ce qui n'est pas toujours le cas après une lutte acharnée. Je ne serais pas surpris si les deux équipes de campagne discutaient en ce moment-même de la meilleure stratégie pour aplanir les différences et présenter un semblant d'unité.

Le fait que Gingrich continue a-t-il un impact?

Non, personne ne fait plus attention à lui, il n'a plus beaucoup de journalistes qui le suivent. Il est fini.

Après une campagne fratricide, sera-t-il facile de rassembler le parti?

Les experts et les médias libéraux (de gauche, ndr), aiment à répéter que cela sera compliqué. Ils racontent n'importe quoi. En novembre, tout le monde aura oublié les primaires. C'est dans sept mois, soit une éternité en politique. Peu importe les attaques et les noms d'oiseaux. La primaire Clinton/Obama n'avait pas été tendre non plus. Les électeurs républicains ne sont peut-être pas tous amoureux de Romney, mais ils détestent encore plus Obama.

Après avoir mis le cap à droite pendant la primaire, Romney peut-il revenir au centre sans passer pour un opportuniste?

C'est la tradition de toutes les primaires. Mais la vérité, c'est que le choix d'un président se fait avec ses tripes et quelques problématiques simples: quel est l'état de l'économie, de l'emploi, et qui je veux voir pour les quatre prochains années comme capitaine.

Tout se jouera-t-il sur l'emploi?

La situation ne s'améliorera sans doute pas fondamentalement d'ici novembre. Ça se jouera plus sur la perception de la situation, et qui réussira à convaincre qu'il est le mieux placé pour insuffler un vrai rebond.

Romney, très riche, gaffe souvent. Son syndrome de «Marie-Antoinette» peut-il l'handicaper?

Connecter avec les électeurs est l'un de ses challenges. Mais il n'a pas besoin de mentir et leur dire «Je comprends votre douleur». Il va plutôt jouer la carte «Je sais que vous traversez une situation difficile et je suis le plus qualifié pour vous aider à vous en sortir».

Quel est le meilleure choix pour le poste de vice-président?

Romney a de l'expérience, donc quelqu'un qui représente l'avenir, qui a de l'énergie et qui s'exprime bien. Quelqu'un comme Marco Rubio (40 ans, sénateur de Floride et fils d'immigrés cubains, ndr) ou Paul Ryan (41 ans, président de la Commission du Budget à la Chambre).

En général, le président sortant a un gros avantage financier. Cela sera-t-il le cas?

Sans doute pas. Les démocrates ont du mal à lever des fonds auprès des Super PACs (ces comités d'action politique qui peuvent indirectement financer sans limite des spots publicitaires depuis une décision de la Cour suprême de 2010, ndr). L'avantage traditionnel du sortant devrait être compensé. Les deux candidats disposeront globalement des mêmes munitions. Reste à voir qui est le meilleur tireur.

Obama ou Romney?

Obama reste le favori pour l'instant. Dans un combat de boxe, le challenger ne peut pas gagner sur décision des juges. Romney devra prendre des risques et essayer de battre Obama par K.-O. Il en est capable.

 

front-34-short-image-914327.jpg

 

 

Santorum dit bye bye

article_santorum.jpgMitt Romney a désormais la voie libre pour obtenir l'investiture républicaine à la présidentielle de novembre...

Rick Santorum a décidé de suspendre sa campagne dans la course à l'investiture républicaine. Mardi, il a téléphoné à Mitt Romney pour lui annoncer la nouvelle, selon CNN, et confié qu'il voulait «aider» le parti.

Dans une courte intervention télévisée, il a expliqué avoir pris sa décision après «un week-end difficile» marqué par un séjour de sa fille la plus jeune à l'hôpital, qui lui a donné l'opportunité de «faire le point».

«C'est fini pour moi, mais pas pour le pays»

Santorum a remporté onze Etats, soit onze de plus que ce que les experts prédisaient en décembre dernier. «Nous avons mené une campagne différente, basée sur vos histoires, et cherché des solutions pour refaire de l'Amérique une grande nation», a expliqué Santorum, sa famille, très émue, à ses côtés.

«Aujourd'hui, c'est fini pour moi, j'ai décidé de suspendre ma campagne. Mais la lutte continue pour le pays», a lancé Santorum, jurant qu'il allait rester actif pour «battre Barack Obama et remettre le pays sur le bon chemin». Pour le candidat conservateur, «il n'est pas possible de renforcer l'économie de l'Amérique sans renforcer ses valeurs».

Romney salue la campagne de Santorum

«Allez-vous soutenir officiellement Mitt Romney? Vous n'avez pas cité son nom», a demandé un reporter. Rick Santorum n'a pas répondu, quittant directement le podium, signe que la réconciliation, après une lutte violente et souvent personnelle, sera compliquée.

Diplomate, Mitt Romney a aussitôt publié une déclaration félicitant Rick Santorum pour sa campagne. «Rick Santorum a été un formidable adversaire et constitue une voix importante pour notre parti», conclut Romney. Newt Gingrich et Ron Paul, toujours en lice, ont, eux, annoncé qu'ils restaient en course. Contrairement à Santorum, à 69 et 76 ans, ils n'ont pas d'avenir politique à protéger.

 P.B.

Source: 20 minutes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents