Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Que se cache-t-il derrière le déclassement fait par Standard & Poor's?

Publié par wikistrike.com sur 23 Novembre 2011, 19:35pm

Catégories : #Economie

 

Que se cache-t-il derrière le déclassement fait par Standard & Poor's?

 

Le siège de Standard & Poor's dans le quartier financier de New York. (STAN HONDA/AFP/Getty Images).
Le siège de Standard & Poor's dans le quartier financier de New York. (STAN HONDA/AFP/Getty Images).

 

La France risque de perdre sa note du triple A, note délivrée par l’agence de notation Standard & Poor's (S&P) et la classant comme un état ayant un coût de l’emprunt plus faible sur les marchés. L'agence de notation avait retiré en août le triple A sur la dette à long terme des Etats-Unis. Dans quel contexte ce déclassement a t’il eu lieu ? 

Les débats sur la faiblesse de l’économie Américaine, sur son crash boursier et sa récession à double fond prirent source dans les bâtiments de S&P, qui baissa la note des U.S.A., passant de AAA à AA+. De nombreux spécialistes mirent en doute la véracité de la décision qui  menaçait  d'effondrer  le  marché. Dean Baker, codirecteur du « Center for Economic and Policy Research », déclara dans un communiqué: «Le Département du trésor a révélé que la décision de S&P était initialement basée sur un calcul comprenant une erreur de 2000 milliards de dollars. » Cependant, même après avoir corrigé cette énorme erreur, S&P a quand même maintenu sa décision. Cela nous laisse à penser que le S&P a déclassé le pays sans preuves fondées.

Paul Krugman, écrivant dans le New York Times, était aussi sceptique. Il déclara : « Les déclarations de S&P au sujet de la situation budgétaire des États-Unis, me laissent à penser que ce ne sont que des bêtises inventées. L'agence énonce que la cause de cette reclassification est la réduction de la taille du déficit convenu au cours de la prochaine décennie, qui est apparemment le nombre magique de 4 mille milliards de dollars. » Pourtant, la solvabilité des États-Unis ne dépend guère de ce qui se passe sur le court ou le moyen terme : mille milliards supplémentaires ne font qu'ajouter une fraction d'un pour cent aux intérêts à venir de la dette du PIB. En bref, S&P aurait créé cette histoire de toutes pièces.

Toutes les sources convergent vers le PDG de S&P, Deven Sharma qui après avoir pris le contrôle de l'agence de notation, dirigea personnellement les calculs qui ont déclassé l’Amérique. Pourquoi a t-il fait cela? La société n'a pas été satisfaite de son rendement et des sources proches de l'entreprise ont déclaré que la recherche d’un remplaçant de M. Sharma était en cours depuis six mois déjà.

La « Securities and Exchange Commission » a annoncé le 8 août que l’étude de l’affaire était en cours. Selon le Financial Times, cette histoire fait partie d'un examen préliminaire d’initiés potentiels. Le 12 août, MSN. Money a rapporté que « le déclassement n'était pas vraiment une surprise ». Dans Wall Street circulait la rumeur de ce déclassement bien avant sa diffusion publique. Différent sites d’information ont rapporté cette rumeur toute la journée. À moins que tout cela ne soit qu’une énorme coïncidence, il est probable que quelqu'un ait transmis l'information. Le Daily Mail parle de quelqu'un qui plaça 850 millions de dollars en bourse, prévoyant une baisse de la dette américaine.

Le dernier placement a été fait le 21 Juillet sur ​​les parts de 5370 du Trésor dans les dix ans et de 3100 à terme sur obligations du Trésor, a rapporté ETF Daily News. Le placement des boursiers a porté ses fruits, après que Standard and Poor's publia une baisse de la notation du crédit de AAA à AA +. Quoi qu’il en soit, ces derniers obtiendront un rendement de mille pour cent sur ​​leur argent, si toutefois les taux d'intérêts augmentent après ce déclassement.

Standard-Poor-s_pics_390.jpgCette supercherie a été évidement accompagnée des adieux de M. Sharma. Le 23 août 2011, Standard & Poor's annonça le nom du nouveau président, M. Douglas Peterson, chef d'exploitation de la Citibank.

 Maintenant, ce qui peut arriver est une auto réalisation de la prophétie. La crise arriverait non pas à cause des problèmes économiques mais simplement parce que tout le monde pense qu'il y en aurait une autre. Les baisses des marchés entre 2008 et 2009 ont remis en doute la capacité des investisseurs à évaluer les risques encourus. Une fois qu'ils commencent à vendre leurs actions et qu’ils se retirent sur des actifs sûrs, tels que les revenus en espèces ou les revenus fixes, le marché est susceptible de s’effondrer. Cet événement peut être appelé une bulle négative, à l'inverse de la bulle des actifs.

 

Source: la Grande Epoque

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents