Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Une tempête exceptionelle observée sur Saturne

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 9 Juillet 2011, 20:05pm

Catégories : #Astronomie - Espace

Au coeur de la tempête

Les astronomes déploient tous les moyens disponibles pour observer une tempête exceptionnelle qui fait rage sur Saturne. Les premiers résultats sont publiés aujourd'hui.

La tempête sur Saturne prise en février 2011 à 11 heures d’écart (une journée sur Saturne). Du nord au sud, elle couvre une surface de 15.000 km et s’étend au total sur environ 4 milliards de km2. (NASA/JPL-Caltech/SSI)La tempête sur Saturne prise en février 2011 à 11 heures d’écart (une journée sur Saturne). Du nord au sud, elle couvre une surface de 15.000 km et s’étend au total sur environ 4 milliards de km2. (NASA/JPL-Caltech/SSI)

  Depuis décembre 2010, la sonde Cassini observe sur Saturne une gigantesque tempête qui fait rage dans les nuages de la planète gazeuse. Tout a commencé par l’apparition, dans l’hémisphère nord, d’un petit nuage clair et brillant de seulement 2.500 km de large (le premier jour de l’observation). Cette tache blanche a rapidement grossi, atteignant 17.000 km trois semaines plus tard, sans compter la queue qui s’étire autour de la planète. Pareil phénomène n’a été observé que cinq fois au cours des 135 dernières années.


Image prise le 25 février 2011, 12 semaines après le début de la tempête. La 'queue' s'enroule autour de la planète. (NASA/JPL-Caltech/SSI)

Ces énormes tempêtes, ou ‘grandes taches blanches’, sont beaucoup moins fréquentes sur Saturne que sur Jupiter. Elles se produisent en moyenne une fois au cours d’une année saturnienne, soit tous les 25-30 ans à l’échelle terrienne. D’où l’excitation des scientifiques qui ont pu, grâce à la présence de la sonde Cassini, étudier en détails cette immense tempête. Une tache était apparue pendant quelques mois en 2009-2010, mais celle-ci est 500 fois plus grosse !

Deux équipes de chercheurs publient aujourd’hui dans la revue Nature les résultats d’une campagne d’observations multiples menées entre décembre 2010 et février 2011, combinant les données de Cassini et les images de télescopes terrestres. L’enregistrement des ondes radios par un instrument de la sonde (Radio and Plasma Wave Science) a révélé un taux exceptionnellement élevé d’éclairs dans cette tempête : ce taux est 10 fois plus important que lors des précédentes tempêtes –une dizaine- observées par Cassini depuis 2004. Au plus fort il se produit 10 éclairs à la seconde. L’intensité de leur signal radio est 10.000 fois supérieure à celle des éclairs sur Terre.

Beaucoup d’inconnues demeurent sur ces tempêtes saturniennes, qui semblent fortement liées aux saisons. En l’occurrence cette ‘grande tache blanche‘ est apparue au tout début du printemps dans l’hémisphère nord de Saturne. Cependant l’énergie fournie par le Soleil n’explique pas tout : ses rayons ne pénètrent pas profondément dans la troposphère de Saturne (couches basses de l’atmosphère), là où commence la convection, la formation puis la remontée de masses d’air chaud et humide.

L’équipe d’Agustin Sánchez-Lavega (Ecole technique supérieure d’ingénierie de Bilbao, Espagne) a profité de ces données pour tenter de modéliser les mécanismes de cet orage géant. D’après leurs résultats, la remontée d’air chaud et humide injecte des particules de glace d’ammoniac dans les couches supérieures de la troposphère. En s’élevant vers la tropopause, où les températures sont plus élevées et la pression moins forte, ces particules s’étendent à l’horizontal, donnant naissance à ces nuages blancs et lumineux qui s’étirent sous l’action des courants (jets) qui soufflent vers l’est.

Cécile Dumas
Sciences et Avenir.fr

 

Une tempête exceptionelle observée sur Saturne

 

une-tempete-exceptionnelle-observee-sur-saturne_30805_w460.jpgCela fait plusieurs mois que des chercheurs observent grâce à la sonde spatiale Cassini et à des télescopes au sol, une violente tempête qui balaie Saturne. Cette dernière, qui produit des éclairs beaucoup plus intenses que ceux qui frappent la Terre, est la sixième du genre à avoir été observée depuis 1876 sur la deuxième plus grande planète du système solaire.

Depuis le mois de décembre dernier, la sonde spatiale Cassini, située en orbite autour de Saturne, observe une violente tempête qui balaie toute la planète. Dans deux études publiées par la revue Nature, les astronomes font part de leurs observations, et parlent d'éclairs des milliers de fois plus intenses que ceux qui se produisent sur Terre. Depuis 1876, seules cinq autres tempêtes de ce type ont été détectées sur Saturne, dont l'atmosphère est généralement beaucoup plus calme.
C'est le 5 décembre dernier que ce phénomène s'est révélé aux chercheurs. La sonde Cassini a détecté des émissions radio provenant d'une tempête de foudre, tandis qu'au même moment, des astronomes amateurs ont découvert grâce à des télescopes au sol un point blanc dans l'hémisphère nord de Saturne. Puis peu à peu, cette tache blanche s'est étendue sur toute la planète. Au sommet de son intensité, la tempête aurait engendré jusqu'à dix éclairs de foudre par seconde, tandis que l'activité électrique était 10.000 fois plus puissante qu'elle peut l'être sur Terre.
Au cours de ces sept dernières années, la sonde Cassini a observé une dizaine de tempêtes sur l'astre. Mais toutes étaient beaucoup moins puissantes que celle qui "continue à faire rage", et ne montre pour le moment aucun signe de faiblesse, souligne Linda Spilker, une chercheuse de la mission Cassini au Laboratoire de propulsion par réaction de la Nasa.

 

Maxisciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents