Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Une truite à deux têtes découverte près d’une mine d’exploitation de phosphates aux Etats-Unis

Publié par wikistrike.com sur 16 Février 2012, 08:35am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Une truite à deux têtes découverte près d’une mine d’exploitation de phosphates aux Etats-Unis
00000000000000000.PNG

Malgré la découverte hautement suspecte d’une truite à deux têtes non loin du théâtre de ses opérations d’exploitation minière, une compagnie américaine a demandé d’alléger les restrictions imposées sur les quantités de rejet  d’un élément toxique. Au diable la protection de l’environnement

Il ne s’agit ni d’une capture d’écran d’un film de science-fiction, ni d’une image « photoshoppée » mais bel et bien d’un cliché d’une authentique truite à deux têtes. Diffusée sur la toile au début du mois, cette photo fait en réalité partie d’un rapport datant de 2010. Rédigé par la JR Simplot Company, géant américain de l’agro-alimentaire, celui-ci consistait paradoxalement à apporter la preuve du faible impact des opérations de l’entreprise sur l’environnement…

Si cette expertise ne fait parler d’elle qu’aujourd’hui, c’est parce que la Simplot Companyl’a déposée auprès de l’US Fish and Wildlife Service (USFWS) le 30 janvier dernier pour examen. Avec certainement l’espoir que l’organisme fédéral fasse fi des anomalies détectées sur les poissons exposés à d’importantes quantités de sélénium. Hautement toxique à fortes concentrations, cet élément chimique est rejeté dans les affluents de la rivière Snake lors des opérations menées par la société dans la Smoky Canyon Mine, une mine d’exploitation de phosphates située dans l’Etat de l’Idaho. Or, comble de l’ironie, le rapport a été établi par la Simplot Comapny afin de justifier sa demande d’allégement des restrictions quant aux quantités de sélénium rejetées par la mine…

Le site du Jackson Hole News & Guide (JHNG), qui a publié la photo de la truite à deux têtes, rapporte que pour élaborer cette étude, des chercheurs ont notamment collecté des œufs de truites exposées à un taux de 22 parties par million (Ppm) de sélénium, c’est-à-dire celui que la Simplot Company demande à pouvoir atteindre, et les ont fait éclore en laboratoire. Et si plusieurs cas de décès et de malformations importantes ont été enregistrés, les auteurs du rapport ont tout de même tenté de démontrer que ce taux de sélénium n’avait qu’un impact « marginal » sur la population de truites de la rivière Snake, dévoile le site du JHNG.

D’autres espèces seraient également touchées

Les experts de l’USFWS ont quant à eux estimé que les investigations de la Simplot Company étaient « systématiquement biaisées » et que « les concentrations en sélénium provoqueraient d’importants dommages sur les poissons et la faune », rapporte le porte-parole de l’USFWS Chris Tollefson, cité par Reuters. Selon l’organisme fédéral, l’étude de la Simplot Company aurait notamment « omis » de prendre en compte les malformations de truites décédées afin que le taux d’anormalités penche en la faveur de l’entreprise.

A noter enfin qu’hormis ces graves anomalies relevées sur les poissons – notamment au niveau des yeux, de la mâchoire, des nageoires et de la colonne vertébrale, selon le JHNG-, la Simplot Company aurait occulté d’examiner les conséquences d’une contamination au sélénium sur le reste de la faune de la région. De son côté, l’USFWS aurait établi que de telles concentrations de cet élément chimique nuiraient notamment aux capacités reproductrices d’espèces comme le canard colvert, si bien que 85% de ses œufs ne parviendraient à éclore…

De quoi être ébahi par la détermination de la Simplot Company. Le jour où la découverte d’une truite à deux têtes ne sera officiellement considérée que comme une conséquence infime des activités humaines, il faudra s’inquiéter.

 

Source: Zegreenwev 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents